Archives de catégorie : Randonnées

95 – La Tête de Belau (04)

Août 2019

Une belle randonnée de 17 km pour 1098 m de dénivelé cumulé au départ de la grange des Béliers à Le Vernet en-dessous de Seyne(04) Itinéraire balisé jusqu’à la cabane de Val Pousane ensuite monter à vue. A noter : la carte IGN ne correspond pas toujours à la réalité du terrain. De nombreux sentiers à vaches peuvent dérouter le randonneur !

Se garer derrière la grange des béliers puis emprunter le sentier balisé en sous-bois direction le Col de Mariaud. Quelques raccourcis assez raides coupent les virages en lacets et font gagner 1 km environ. Au col Mariaud à 1561 m d’alt, prendre le chemin qui grimpe plein nord vers la Tête de la Bau à 1702 m. Ensuite bifurquer vers l’Est direction La cabane de Val Pousane, la sente suit la crête jusqu’à la cabane de Val Pousane à 1812 m. Ensuite Plus aucune indication donc se diriger à vue vers le Pic des Têtes bien visible en montant sur les crêtes jusqu’à la Tête de Belau 2242 m d’altitude.
(Les 300 derniers mètres se déroulent dans un pierrier très pentu). Du sommet , continuer à suivre la crête qui redescend petit à petit vers le pic des Têtes, au petit cairn, bifurquer à gauche pour redescendre progressivement à vue vers la cabane des Têtes et plus loin la Vieille Cabane. Attention de nombreux sentiers à vaches peuvent vous tromper !! Après la Vieille Cabane suivre la piste sur plusieurs centaines de mètres puis remonter à vue pour retrouver le chemin qui redescend vers la Tête de la Bau. Prendre le même itinéraire pris à l’aller pour regagner le point de départ.

Cliquer pour agrandir les photos
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=EZUPsrK1LL&pass=b4181

Possibilité de se garer juste avant la barrière

Jolie fontaine rencontrée sur la longue piste qui mène au Col de Mariaud

Lever de soleil sur le Blayeul

La cabane du Col de Mariaud

Si on continue à suivre la piste après le Col de Mariaud, on peut apercevoir l’endroit du crash de l’avion Germanwings en 2015.


la sphère solaire installée sur le site du crash de l’A320 de la Germanwings. L’oeuvre est composée de 149 pièces, comme le nombre de victimes, et contient des messages des familles.

Au Col de Mariaud, prendre la direction de La Tête de La Bau.

Le sentier caillouteux qui mène à la Tête de la Bau

Le passage escarpé pour atteindre la Tête de la Bau

A la Tête  de la bau, prendre la direction de la cabane de Val Pousane donc grimper le long de la clôture

Suivre la clôture qui suit la crête

Le sommet de Grisonnière et au fond le Blayeul

en contre-bas du sentier qui mène à la cabane de val Pousane, on peut apercevoir la sphère solaire

des lames rocheuses sillonnent le parcours

Puis apparaît la cabane de Val Pousane, le Pinet, la Tête  de Belau, la Tête de Beloupet et le pic des Têtes. 

La cabane de Val Pousane : tout est prêt pour recevoir le randonneur

Cabane très propre

A partir de la cabane, plus aucune indication donc se diriger à vue vers la crête, viser le Pic des Têtes 

Le Pinet et au pied la cabane de Val Pousane

Un endroit couvert d’Edelweiss

La longue ascension le long de la crête vers le sommet

Le pierrier pentu avant d’arriver au sommet

Dans le rétro

Le sommet de la Tête de Belau à 2242 m d’alt

En admiration devant un tel paysage, une vue magnifique…

Vue sur le Puy de la Sèche

L’immense pierrier du Pic des Têtes 

La crête à suivre sur une centaine de mètres pour redescendre progressivement à gauche vers la cabane des Têtes 

Du creux de la crête entre Belau et Beloupet, descendre progressivement

La cabane des Têtes 

La Vieille Cabane se rapproche

des vaches bien dodues nous font la fête

La source de la Vieille Cabane

Dans le rétro

De nombreux sentiers à vaches peuvent tromper le randonneur

Retour à la Tête de la Bau, prendre la direction du Col de Mariaud

Pour clore notre randonnée, il nous fallait aller à la stèle pour rendre hommage aux victimes du 24 mars 2015, jour de la plus grande tragédie aérienne qui a touché notre territoire. L’ émotion était grande….

94 – Le Pic Queyrel (05)

Août 2019

Une très belle randonnée de 18 km pour 1135 m de D environ au départ de la station Chaillol 1600 parking 2 après 1 km de piste plus ou moins carrossable avec une voiture basse. Il existe un itinéraire plus court mais nous avons rallongé le parcours pour corser un peu notre balade.
Le Queyrel domine le Champsaur du haut de ses 2 435 mètres et offre sur sa face sud un relief très caractéristique fait d’un empilement de murailles déchiquetées et de pitons semblant interdire tout accès.

Du parking, prendre la piste plein nord sur 1 km environ puis emprunter le sentier qui grimpe assez sèchement en foret direction « Le Chevalet » , au carrefour à 2040 m prendre à gauche direction « Les Cougnets – Col du Vialet ». Ensuite le chemin descend progressivement jusqu’à 1860 m, du carrefour Les Cougnets continuer direction Col du Vialet ( un seul L sur les panneaux de balisage). Le sentier continue son ascension jusqu’au Col à 2240 m d’alt. La vue est superbe sur tous les sommets avoisinants. Suivre une sente qui part sur la gauche au milieu des rochers. Puis à la cote 2300 laisser le sentier sur la droite, continuer tout droit sur un sentier à peine marqué puis grimper à gauche pour atteindre le sommet de la crête et redescendre de l’autre coté pour atteindre l’Arche double qui mérite d’être admiré. Revenir sur ses pas et trouver la brèche en face qui permet de remonter et retrouver le chemin qui mène au sommet du Pic Queyrel à 2435 m d’alt. Du sommet, redescendre coté nord en suivant les nombreux petits cairns jusqu’ au Col de l’Escalier à 2167 m. Attention la descente est très raide ++

Du Col de l’Escalier, prendre le sentier à gauche direction sud qui descend progressivement vers Merdarel 1860 m et prendre la direction  » Chaillol station », le sentier est agréable en foret mais dès qu’il passe plein sud, il est très exposé au soleil. Poursuivre jusqu’au Clot Chanu jusqu’à rejoindre le carrefour emprunté à l’aller et continuer la descente en passant par le carrefour Les Cougnets puis par les télésièges du Clot Chenu. Emprunter la piste qui rejoint le parking du départ

Cliquer pour agrandir les photos
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=VTvBo9GT3Z&pass=30ddd

Après 1 km de piste environ, prendre le petit sentier à gauche qui grimpe sèchement vers « Chevalet »

Du Chevalet, prendre la direction les Cougnitz et le Col du Vialet. Déjà + 300 m de dénivelé. Maintenant le sentier descend progressivement

Derrière le brouillard, on peut distinguer le Dévoluy

Vue sur la vallée coté sud

Arrivé au Cougnitz, prendre la direction du Col du Vialet. Le sentier monte progressivement

Les premiers Grès de Queyrel apparaissent

Les aiguilles de Queyrel

Magnifiques cheminées de Queyrel

Pause petit déjeuner sous une cheminée. Nous sommes en admiration devant ce magnifique spectacle


La paroi de ces cheminées révèle une roche essentiellement granuleuse connue sous le nom de Grès du Champsaur. Les grès sont formés des bancs métriques et renferment, surtout à leur base, bon nombre d’inclusions sous forme de galets de différentes tailles ). Au sommet des bancs, les sédiments sont plus fins disposés en lamines qui prennent un aspect schisteux.

On peut distinguer tous les sommets du Dévoluy

Le sentier continue son ascension vers le col du Vialet

Bientôt arrivé au Col du Vialet

Le Col du Vialet à 2240 m d’altitude

Vue magnifique du Col du Vialet

Le Vieux Chaillol et ses 3163 m

Le sommet se laisse apercevoir

Suivre ce beau petit sentier

L Arche double au bord de la falaise : vertigineux s’abstenir

Vue de l’Arche sur la vallée

La brèche qui permet d’accéder au sentier qui mène au sommet

Laisser les bâtons, un peu d’escalade sur une dizaine de mètres

Le sentier de la brèche au sommet

A la recherche de fleurs de génépi

Les vues sont superbes

Le sommet approche…


Le Pic Queyrel qui, tel un phare, se dresse sur le rebord sud du massif des Ecrins, à côté de son grand frère, le Vieux Chaillol.

Le sommet Pic Queyrel ou Queyron à 2435 m d’altitude

La descente coté nord par le Col de l’Escalier est très raide, les genoux sont mis à rude épreuve. Il suffit de suivre les nombreux petits cairns

Je déconseille cette descente aux randonneurs non avertis

Vue sur les crêtes du Barry , le Cuchon

Il nous faut encore descendre pour atteindre le Col de l’Escalier : – 300 m de dénivelé sur une très courte distance

Le Col de l’Escalier à 2167 m

Du Col de l’Escalier, vue sur les sommets du Dévoluy

En descendant vers Merdarel, le sentier traverse une jolie foret, bien agréable

Puis le sentier longe en contre bas des blocs rocheux coté sud, le soleil est chaud….pour rejoindre le chemin pris à l’aller

En levant la tète, les crêtes

Le sentier du retour. Non ce ne sont pas des mains courantes mais un long tuyau d’eau

Continuer à suivre la direction de Chaillol station

La piste traverse les télésièges du Clot Chenu

Au bout de la piste, une aire de pique-nique et un autre parking

Encore une très jolie randonnée pour les copains randonneurs du 04. Nous espérons que le récit de cette balade vous aura donné l’envie d’aller admirer ses beaux sommets du Champsaur.

93 – Le Mourre de Simance (04)

Juillet 2019

Une difficile randonnée de 16 km pour 1150 m de dénivelé environ au départ du parking avant le petit hameau de Chasse près de Villars Colmars dans le 04. Itinéraire balisé jusqu’à la cabane de Chabaud, la montée se fait à vue ainsi que la descente. Reprise du balisage à la cabane de Joyeux jusqu’au parking de départ.

Du parking de départ, suivre la piste vers le nord sur 2 km environ, après la barrière cassée prendre le chemin sur la gauche qui grimpe assez sèchement et franchir la petite passerelle en bois pour arriver aux Sagnes puis prendre la direction Cabane de Chabaux. Plus de balisage donc l’ascension sera à vue. Monter à gauche sur une pente herbeuse, rester à droite du torrent principal. Continuer sur quelques centaines de mètres jusqu’à traverser le torrent à gauche. Après avoir traversé le torrent, la pente diminue et la prairie s’élargit. A gauche la montagne de Michard élève ses hautes falaises jusqu’à la montagne de Vachière.
L’ascension reprend raide, après un passage sur une pente très forte, suivre à gauche un semblant de chemin en dévers. Puis faire une boucle à droite, continuer NE, traverser un éboulis de gros cailloux jusqu’à franchir un ravin de robine.
A la sortie du ravin un sommet apparaît, il cache le Mourre de Simance légèrement en arrière. De là, la pente qui y accède, traverse une prairie en partie couverte de gros cailloux qui monte très raide (200 m de dénivelé pour 500 m parcourus). De là-haut, la vue est exceptionnelle, aux sommets les plus proches, cités précédemment, s’ajoutent des vues plus lointaines. Les Préalpes de Digne, la montagne de Lure, le Ventoux, les Baronnies et le massif du Dévoluy avec son Pic de Bure, semblent tout proche. Redescendre pour emprunter à 200 m de dénivelé plus bas, la crête qui sépare le vallon de Joyeux et le vallon de Chabaud. Poursuivre la descente en crête jusqu’à la cote 2200 m puis traverser plein nord une foret de mélèzes, d’éboulis, de pierriers jusqu’à rejoindre le sentier qui mène à la cabane de Joyeux. De Joyeux rejoindre les Sagnes, l’itinéraire est de nouveau balisé puis prendre le chemin de l’Âne pour passer devant la cabane de Marie-Louise prête à s’effondrer , longer le cours d’eau jusqu’à rejoindre la piste empruntée à l’aller et le parking du départ

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=3Ffp6ipX1s&pass=69442

Le parking du départ juste avant le hameau de Chasse

Emprunter la piste plein nord sur 2 km environ

Après la barrière, prendre à gauche le sentier qui grimpe assez sèchement

franchir la passerelle qui mène aux Sagnes

Les Sagnes

Prendre la direction de cabane de Chabaud

Le sentier traverse une foret de mélèzes

La cabane de Chabaud ou nous avons rencontré la bergère, ses moutons et ses chiens très sympas !

un grand cairn avant d’arriver à la cabane de Chabaud

Les cabanes de Chabaud

Plus de balisage, l’ascension se fera à vue

Contourner la barre rocheuse pour continuer à monter vers le sommet

Le vallon de Chabaud est magnifique

L ascension est raide

on peut apercevoir les crêtes de la montagne de Vachière et de Michard

On aperçoit un sommet, serait-ce le Mourre de Simance ?

Dans le rétro, on peut apercevoir des copains randonneurs en bas

La vue sur la crete de la montagne de Vachire, la montagne de Michard, le sommet de Denjuan

Enfin, le sommet se dresse devant moi

Le sommet à 2511 m d’altitude

Deux cairn au sommet du Mourre de Simance et une vue à 360 °

Une vue magnifiue sur les sommets avoisinants : la montagne de Boules, le Mourre Frey, le sommet de Denjuan, au loin le Couard

Jolie vue pour la pause casse-croûte

Le vallon de Joyeux

Pour la descente, suivre la ligne de crête jusqu’à la cote 2200 m

Dans le rétro, le sommet derrière nous s’éloigne

La crête de Chabaud qui relie le Mourre de Simance au Sangraure (2559 m)

La descente sur la crête se poursuit sur 2 km environ

Petit à petit, on peut apercevoir la cabane de Joyeux

Apres la crête, descendre en foret puis dans les pierriers

Jusqu’à rejoindre plein nord, le sentier qui mène à la cabane de Joyeux

Arrivée dans le vallon de Joyeux

Traverser le riou de Joyeux

Le riou de Joyeux nous offre de jolies cascades

Prendre la direction Les Sagnes

La cabane de Joyeux

La bergerie de Joyeux

de nombreux passages à gué pour rejoindre Les sagnes

Retour dans la foret de mélèzes

Au carrefour pris à l’aller, prendre la direction Les Sagnes

Des nouveaux panneaux ont été installés pendant notre ascension. Prendre la direction chemin des Ânes

de nouveaux panneaux aux Sagnes

La cabane de Marie-Louise prête à s’effondrer

Le riou est propice à un petit bain de pieds

Retour sur la piste empruntée à l’aller et au parking du départ

Une difficile randonnée tant par l’ascension raide du sommet que par les passages dans les pierriers mais elle nous a offert de magnifiques vues à couper le souffle et de jolis paysages.

92 – Le Tour de la femme couchée par le plateau de Pisse en l’air (04)

Juillet 2019

Une magnifique randonnée de 20 km pour 1150 m de Dénivelé environ au départ du petit village de Villar Heyssier à coté de Beauvezer. L itinéraire est très bien balisé sauf au niveau du plateau de Pisse en l’air mais des cairns indiquent la direction à suivre. Passage dans les magnifiques Gorges de St Pierre ou le sentier est assez vertigineux donc les personnes sujettes au vertige, s’abstenir.

Au départ de Villar Heyssier, prendre la direction des Gorges de St Pierre, passer sur un petit pont de bois ou coulent quelques cascades puis continuer jusqu’à rencontrer un autre petit pont pour monter vers la cabane de Congerman. Prendre le petit sentier juste à coté de la fontaine qui monte à travers bois jusqu’à apercevoir le Plateau de Pisse en l’air et le petit Coyer . La vue à 360 °est magnifique. Traverser le plateau, des cairns indiquent la bonne direction. A la croix, un petit passage escarpé permet de descendre sur la barre de Pisse en l’air puis prendre le chemin qui descend à travers les mélèzes pour rejoindre la baisse de l’Orgeas. A la baisse, descendre par un petit sentier à peine marqué dans les hautes herbes vers la cabane de l’Orgeas puis continuer la descente sur le sentier caillouteux qui mène au joli petit village de Ondres . Continuer en prenant la direction du Plan, après avoir traverser le hameau, de suite à droite, prendre un petit sentier qui grimpe et rejoint le village de Villar Heyssier et le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=KK6Mi2ixGy&pass=14f6a

Au départ de la randonnée 7h30, 8° C.

du parking de Villar Heyssier suivre le balisage vers les Gorges de St Pierre.

Traverser le petit pont de bois ou coule une jolie cascade

La lumière du matin n’est pas idéale pour prendre de jolies photos

Le sentier est à flanc de montagne

Le sentier est assez large pour marcher tranquillement

Impressionnantes ces Gorges !

Traverser le petit pont de bois, prendre la direction de la cabane de Congerman

Le gite de Congerman à 1860 m d’alt. Des tables en bois nous permettent la pause petit-déjeuner. Pour réserver le gite : https://gitesetrandonnees.onf.fr/gite/gite-retrouvance-congerman/

d’autres cabanes ouvertes peuvent recevoir les randonneurs pour la nuit

Prendre le petit sentier à peine marqué à coté de la fontaine

Prendre la direction du Carton , Lac de Lignin

au fur et à mesure de l’ascension, la vue se dégage sur le plateau de Pisse en l’air. 11 h 15 il fait 18°C.

La belle barre rocheuse et en haut un aperçu du petit Coyer

Prendre le sentier qui mène sur le plateau

Sous le plateau de Pisse en l’air, la barre rocheuse est impressionnante !

La vue du haut du plateau à 2200 m d’alt. est grandiose !

Sur le plateau, des cairns indiquent la direction à suivre

Traverser tout le plateau pour rejoindre la croix

Le petit Coyer et ses 2583 m d’alt.

Au loin, on peut apercevoir : le sommet du Carton(2614 m) le grand Coyer (2693 m)

Derrière la croix, un petit passage escarpé permet de descendre pour rejoindre le petit sentier qui descend au milieu des mélèzes vers la baisse de l’Orgeas

Dans le rétro, le petit passage escarpé

Continuer jusqu’à trouver le petit sentier qui part sur la droite et descend en foret

Une belle rencontre

La descente au milieu des mélèzes pour rejoindre la baisse de l’Orgeas. Le sentier est fort agréable.

A la baisse de l’Orgeas, prendre la direction de Ondres mais éviter la longue piste, emprunter le petit sentier à peine marqué dans les hautes herbes qui passe devant un petit cabanon en bois

Passer devant le petit cabanon en bois, une balise jaune permet de se repérer

Descendre vers la cabane de l’Orgeas

La cabane de l’Orgeas fermée

Le sentier caillouteux plein sud sous La Femme Couchée

Bassin de la fontaine de Fontaras fermée en 1853

Arrivée à Ondres, joli petit village restauré et remis en état à partir de la fin des années 1950 par quelques familles de vacanciers tombées amoureuses du site.

Autrefois, le village abritait jusqu’à 250 personnes, on y trouvait une école primaire et un prêtre attaché à l’église Saint-Laurent, succursale de la paroisse de Thorame-Haute.

Ondres se caractérise par son aridité qui le fait parfois manquer d’eau en juillet-août. Le village n’est équipé ni en réseau d’électricité, ni en réseau d’eau, ni en lignes de téléphone. En été, il peut compter une centaine d’habitants et les constructions sont presque toutes restaurées.

La jolie petite église conservée dans son jus. Elle est ouverte l’été, il y a une exposition sur l’histoire du village et sa reconstruction à l’arrière de la nef.

Maintenant il fait chaud, la fontaine permet de nous rafraîchir, l’eau y est potable.

La vue sur la vallée et le Verdon

Sur le petit sentier qui rejoint Le Plan, une grande croix domine la vallée

Juste avant d’arriver à Le Plan, une halte s’impose pour un petit bain de pieds car la chaleur nous écrase.

Après avoir traverser Le Plan par le GRP, prendre à droite et emprunter le PR petit sentier qui grimpe raide vers Villar Heyssier

Retour au parking du départ devant une habitation joliment décorée

Les copains randonneurs du 04 étaient déjà allés aux Gorges de St Pierre en 2017 et avaient apprécié cette balade aussi nous y sommes retournés en passant par le plateau de Pisse en l’air. L’arrivée au plateau est magnifique !! Nous la conseillons pour ses jolis paysages variés, sa vue à 360 ° sur le plateau, et ses cascades magnifiques dans les gorges de St Pierre.

91 – Le Pic de Morgon (05)

juin 2019

Une magnifique randonnée de 19 km pour 1100 m de dénivelé cumulé . La balade est peu balisée, quelques cairns de temps en temps. A faire de préférence en juin-début juillet. Vertigineux s’abstenir…

La piste étant de mauvaise qualité, la voiture a refusé de monter jusqu’au parking du grand-Clot après l’Abbaye de Boscodon, aussi nous sommes partis d’en bas.

Emprunter la piste jusqu’au Parking du grand Clos puis grimper par le sentier caillouteux qui mène jusqu’aux portes de Morgon à 1906 m d’alt. Là le panorama sur le cirque du Morgon est grandiose ! Eviter de passer trop près de la bergerie, cela énerve les chiens. Continuer en passant plus à droite de la bergerie et grimper par le chemin bien tracé jusqu’au sommet du Morgon à 2324 m d’alt. La vue est spectaculaire sur le lac de Serre-Ponçon et ses alentours. Puis emprunter le sentier de crête au sud, quelques passages escarpés et délicats pour certains jusqu’à rencontrer le chemin de la descente dans le cirque. Nous avons continué en crête dans l’intention d’aller jusqu’à la tète de la Vieille à 2380 m d’alt. mais nous avons fait demi-tour car le GPS indiquait déjà un kilométrage assez élevé ! Donc redescendre par le sentier bien marqué jusqu’au bas du cirque, passer devant la grande croix , devant le lac de St Pierre et son sanctuaire la Chapelle de St Pierre ( ressemble à un kiosque). Puis remonter au-dessus du lac pour rejoindre le chemin qui retourne aux portes de Morgon. Reprendre le sentier pris à l’aller et redescendre la piste jusqu’au lieu de départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou pour télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=4UkmCacTGL&pass=ce546

La voiture a refusé de monter la piste aussi nous sommes partis d’en bas donc 3 km X 2 et 260 m de D en +

Prendre le sentier au fond du parking du Grand-Clot

Le Belvédère qui permet d’admirer le panorama

Coté nord, on peut apercevoir les Aiguilles de Chabrières

Puis Savines-le-lac et le pont qui permet de traverser le lac de Serre-Ponçon

La longue piste qui amène aux portes de Morgon

Les Portes de Morgon : l’entrée dans le cirque de Morgon est grandiose !

Il existe maintenant un sentier qui part sur la gauche avant d’arriver aux portes de Morgon, il contourne la bergerie et rejoint ensuite le chemin plus haut, il part vers la foret mais hélas vous n’aurez pas l’entrée spectaculaire dans le cirque de Morgon….

Le sommet est en vue. Eviter de passer trop près de la bergerie….

Les chiens sont interdits dans le cirque de Morgon entre le 15 juin et le 15 juillet, ainsi que du 15 Août au 15 septembre. Mais hélas certains randonneurs ne respectent pas la réglementation

Le Pic de Charance à 2316 m d’alt et la montagne sans nom à 2379 m d’alt.

Quelques cairns le long du sentier

Tout à coup un troupeau de moutons fait son entrée près de la bergerie

Des VTTistes tentent en vain l’ascension du Pic

Le sentier monte régulièrement mais le soleil commence à chauffer

Des fleurs de partout…..la saison idéale pour faire cette randonnée

La montée devient de plus en plus raide et la vue sur Embrun se dégage petit à petit

La vue sur Embrun et les montagnes avoisinantes

Un magnifique panorama

ça y est, nous sommes repérés ! une marmotte annonce notre arrivée !

Nous approchons du sommet….

Le sommet à 2324 m d’alt déjà bien occupé !

La vue sur le lac de Serre-Ponçon au sommet est magique !

Le sentier de crête qu’il nous faut prendre pour rejoindre la tète de la Vieille à 2381 m

la descente pour atteindre le chemin de crête est glissante…

La jolie couleur rose de la roche de Morgon

Dans le rétro…

A gauche du sentier : le cirque de Morgon

Quelques passages escarpés ou délicats pour certains. Vertigineux s’abstenir….

on peut apercevoir à droite le sentier qui descend vers le cirque de Morgon

La tète de la Vieille au fond mais nous devons faire demi-tour, le GPS indique un kilométrage déjà élevé….il nous faut penser au retour….

Nous prenons la direction du lac

Pause casse-croute avant d’arriver au lac

Le sanctuaire ou chapelle St Pierre à coté du lac

 Au Moyen-Age, la montagne appartenait aux moines de l’abbaye de Boscodon qui y faisaient paître leurs troupeaux. Cette étrange chapelle est le but d’un pèlerinage depuis des temps immémoriaux, qui a lieu tous les 29 juin, jour de la Saint-Pierre. La pratique de ce pèlerinage contient sans doute des survivances des rites païens du passé, à l’exemple de ces impressionnants blocs rocheux qui peuvent avoir été des tables de sacrifice. De ce sanctuaire abandonné au début du XXème siècle, ne subsistaient plus que ces rochers grossièrement taillés. Il fut cependant reconstruit à l’identique en juin 1992, en poutres de mélèzes, par les élèves du lycée professionnel d’Embrun. Depuis lors, des festivités y sont de nouveau organisées chaque année en juin.

Le lac de Saint-Pierre

Petit bain de pied dans le lac

retour vers les portes de Morgon

Le Pic de Morgon est une randonnée à effectuer préférablement tôt le matin ou tard le soir (c’est très bien exposé), en début/fin de saison si l’on veut profiter du calme (pas mal de passage en été). Un bel objectif pour une randonnée familiale ou un trail du matin. Nous conseillons de revenir via les crêtes du Cirque et de finir au Lac de Morgon.
Une randonnée incontournable de Serre-Ponçon, permettant d’accéder au plus beau panorama sur l’entièreté de la retenue de Serre-Ponçon (les deux bras). Une randonnée pas trop difficile, qui peut être complétée par le Tour du Cirque de Morgon.

90 – Retour aux Aiguilles de Chabrières à Réallon (05)

Juin 2019

Une magnifique randonnée de 15 km pour 900 m de dénivelé environ au départ du parking de la station de Réallon. L itinéraire est balisé point rond bleu.

Du parking, monter de suite vers les Aiguilles de Chabrières, itinéraire bien indiqué. Puis longer les crêtes jusqu’à l’aire de repos ou on peut admirer les Aiguilles, puis continuer en crête jusqu’à la table d’orientation. Redescendre et emprunter le sentier caillouteux qui mène à la brèche. Grimper en utilisant les mains si besoin jusqu’en haut de la brèche à 2270 m. Puis suivre les points bleus vers l’Ouest entre les rochers. A 2320 m d’alt environ, emprunter une sente qui grimpe vers le haut des Aiguilles ou un panorama splendide permet d’admirer le paysage grandiose. Redescendre et rattraper le sentier qui fait le tour de l’Oucane à la Serrière de la Fourche, passer devant la cabane des Rougnous et continuer la descente jusqu’au premier carrefour ou est indiquée la direction de Vaucluse. Suivre ce sentier agréable en sous-bois jusqu’à Vaucluse petit hameau de quelques beaux chalets. Poursuivre par le GR 50 jusqu’au retour à la station et au parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Au départ, la montée se fait à l’ombre, il fait déjà 15°C à 7h30 à 1547 m d’altitude !

Petità petit, les Aiguilles se dévoilent…

En bas, on peut apercevoir le petit village de Réallon

Au fur et à mesure de notre ascension, le Lac de Serre-Ponçon

Suivre le sentier qui suit la crête

Petite pause contemplative : la vue est superbe !

Passer devant l’arrivée du télésiège de Chabrières à 2113 m d’alt.

Aire de repos

La table d’orientation

Puis s’engager sur le sentier caillouteux qui mène à la brèche


Les crêtes des Aiguilles de Chabrières se singularisent par leur aspect déchiqueté, qui trahit la nature de leur principal constituant : les calcaires et dolomies du Trias moyen.

Le sentier qui mène à la brèche

Vue plein sud

Dans le rétro

L’ascension sur le sentier caillouteux est fastidieuse mais devient plus facile au niveau des rochers

Ranger les bâtons, escalader les rochers est assez aisé

Vue de la brèche : plein sud

Vue Nord-Ouest sur les Oucanes

Continuer à suivre les ronds bleus direction Nord-Ouest

Vue du haut des Aiguilles à 2366 m d’alt.

Quelques copains randonneurs sont restés en bas…


Les Oucanes, derrière les aiguilles de Chabrières, constituent un paysage tout à fait original pour le massif des Ecrins. Le karst qui les compose est développé dans d’épais calcaires et dolomies appartenant à l’écaille briançonnaise de Chabrières. Sur un espace restreint, ces oucanes donnent la possibilité d’observer les formes caractéristiques d’un karst alpin : lapiés, cannelures méandriformes, petites vasques, couloirs portant des cannelures de mur, exsurgences de Vaucluse.


« La principale caractéristique de l’Oucane de Chabrières est le développement considérable de grandes crevasses rectilignes (plus de vingt), conjuguées selon deux directions maîtresses (sud-est-nord-ouest et sud-nord); ces crevasses (environnées d’innombrables autres) mesurent de 10 à 155 m. de longueur et de 1 à 12 m. de largeur; leur profondeur arrive à 25 m. jusqu’à la neige qui les encombre et qui empêche de scruter leur réelle étendue verticale. Dans aucun lapiaz on n’a rencontré jusqu’ici de fissures aussi larges, aussi profondes, ni aussi régulières. » 

Dans le rétro : les Aiguilles face nord

Puis prendre la Serrière de la Fourche

Passer devant la cabane des Rougnous

Continuer à descendre ..

Pause casse-croûte devant un panorama splendide !

Au premier carrefour, bifurquer vers la Fond Renarde et Vaucluse

La cabane de la Fond Renarde est fermée

Le sentier agréable et ombragé qui mène à Vaucluse

Les chalets de Vaucluse

L’orage arrive, il nous faut accélérer le pas….

Retour à la station, les premières gouttes commencent à tomber…..ouf

Une magnifique randonnée déjà réalisée l’année dernière mais tellement belle que nous avions envie de la refaire car elle offre un panorama grandiose à 360° sur l’Embrunais, le massif des Écrins et sur le lac de Serre-Ponçon. Fin juin est la période idéale pour cette balade.

89 – Le Cuchon et les dents d’Autane (05)

Juin 2019

Une belle randonnée de 17 km pour 910 m de dénivelé environ au départ d’ Ancelle. L itinéraire est très bien balisé du début jusqu’à la fin. Quelques endroits vertigineux et un passage câblé.

Se garer au parking containers à poubelles au bord de la Rouanne, suivre la Rivière en rive gauche jusqu’au petit pont de bois et poursuivre en rive droite jusqu’à la balise indiquant le Cuchon. Prendre le sentier caillouteux plein nord qui grimpe régulièrement, un panneau en bois avec un sens interdit vous indique qu’il faut virer à droite. Suivre la sente balisée PR jusqu’au sommet du Cuchon. Monter jusqu’à la table d’orientation et profiter de la vue magnifique ( que nous n’avons pas eue) Puis grimper par le sentier en face qui grimpe vers les dents d’Autane, l’itinéraire est très bien balisé. passer un passage câblé un peu vertigineux , dépasser la brèche et poursuivre jusqu’ à 2200m d’alt. Au carrefour prendre la direction « cabane des gardes »et redescendre plein nord par le petit sentier en lacets qui mène à la cabane des gardes ( ouvert à l’étage)Puis emprunter le GR 50 jusqu’au belvédère qui permet une magnifique vue sur les différents sommets ( le Vieux Chaillol, le Palastre etc..) Dépasser les téléskis et continuer la descente jusqu’à rejoindre le beau village d’Ancelle et le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=LdDXnaKBcE&pass=2c061

Le parking du départ à coté des containers à poubelles. Prendre de suite en rive gauche

La Rouanne est déchaînée par les pluies abondantes de ces derniers jours

Emprunter le petit pont en bois pour passer en rive droite

L’itinéraire est très bien balisé. Au carrefour prendre la direction Le Cuchon

Le sentier caillouteux s’élève de plus en plus…

Le brouillard est là !

Petit à petit le sommet se dévoile

En bas, Ancelle se dégage

Au carrefour, prendre la direction Le Cuchon

En face, plein sud quelques sommets se dévoilent à leur tour….L Aiguille, le Piolit, la Coupa, Les Parias, la Pousterle etc

Les moutons sont dans les alpages à la cote 1778. Un berger et son border-collie sympa surveillent le troupeau

Passage dans les pierriers

le brouillard est là…

Petit sentier bien agréable avant d’arriver au sommet

Le sommet du Cuchon à 2002 m d’alt. dans le brouillard, pas de visibilité sur les alentours

Sa table d’orientation

L’arrivée du téléski au sommet du Cuchon

Au loin, plein sud, quelques sommets sur fond de ciel bleu

La vue sur notre itinéraire pour grimper aux dents d’Autane

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà ce que nous devrions voir sans le brouillard…

Le terrain est très glissant, les pluies de la nuit ont rendu le sentier très humide

Les dents d’Autane

Contourner les dents en empruntant une sente au nord

Le passage est très glissant, heureusement un câble assure notre progression

L’eau ruisselle de la roche…

Pas facile de se voir dans ce brouillard

Perché sur une dent !

Mieux vaut ne pas avoir le vertige !

Passage dans la brèche

Entre deux dents !

Dans le rétro

Vue sur Ancelle et encore plus loin sur Gap

L ascension n’est pas terminée, le sentier grimpe encore…

Le brouillard nous accompagne tout le long de notre passage en crête

Au carrefour à 2200 m d’alt., prendre la direction de « la cabane des gardes »

Le vent se lève, il ne fait vraiment pas chaud …..il nous faut redescendre…

Encore quelques névés sur le versant nord

Vue sur St Léger les Mélèzes

Le sentier en foret est agréable mais très humide

La cabane des gardes à 1725 m d’alt, l’étage est ouvert et permet de s’y mettre à l’abri

Arrivée au belvédère

Joli panorama sur les différents sommets au-dessus de St Léger les Mélèzes ( le Vieux Chaillol etc )

Le GR 50 vous ramène à Ancelle

Encore une très belle randonnée mais hélas le brouillard nous a accompagnés tout le long de notre ascension et donc ne nous a pas permis de profiter des beaux paysages mais nous vous conseillons cette belle balade peut être aurez vous plus de chance que les copains randonneurs du 04 !

88 – Retour au Contadour (04)

Juin 2019

Dans les pas de J.Giono

Retour au Contadour ou nous ferons l’itinéraire en sens horaire. Jolie randonnée de 12 km pour 300 m de dénivelé environ sur les hauteurs au-dessus de Banon. L itinéraire est très bien balisé PR

Départ au parking avant le hameau Tinette, prendre la direction de Tinette, la petite route se transforme petit à petit en une piste rocailleuse puis au premier virage emprunter le sentier qui grimpe sur la droite et continuer direction Jas des Terres du Roux, le seul Jas restauré. Poursuivre jusqu’à rejoindre un autre chemin et bifurquer à gauche plein nord sur 1 km environ puis virer à droite pour rejoindre une grande bergerie au deuxième carrefour. Continuer plein nord, passer les Fraches ou subsiste une bergerie en ruine et grimper vers le Jas des Agneaux qui hélas est complètement écroulé. Suivre le sentier qui monte en crête à 1413 m d’alt. passer devant un grand cairn et bifurquer à droite plein sud pour rejoindre un autre cairn à la cote 1431. Puis descendre tout droit en ignorant les autres sentiers jusqu’au carrefour du Jas de La Bouscarle ou un aller et retour s’impose pour aller admirer la bergerie datée de 1904. Revenir au carrefour puis à cent mètres environ, bifurquer sur la droite jusqu’à atteindre le premier carrefour et sa citerne .Virer à gauche plein sud et descendre rejoindre le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=wkv2Viy5yw&pass=b48e2

première bergerie rencontrée

Le jas des Terres du Roux très bien restauré classé monument historique à 1,5 km de Tinette

L’arrière du Jas des Terres du Roux

Poursuivre en montant progressivement jusqu’à rejoindre un autre sentier

Au carrefour, prendre la direction de La Pévouilloue

On peut apercevoir au loin le géant de Provence : le Mont Ventoux

Au prochain carrefour, une autre bergerie tout en longueur presque 20 m !

Les Fraches : les ruines d’une bergerie

La bergerie des Fraches: Des arcs-diaphragmes maçonnés sont disposés à intervalles réguliers et encastrés à leur base dans les parois latérales de la bergerie.

Le Jas des Agneaux s’est complètement écroulé

Dans le rétro, on peut apercevoir à gauche le Jas des Agneaux et à droite en crête des cairns

Puis monter jusqu’à la cote 1413 m pour y admirer la vue magnifique

Vue sur la vallée du Jabron

Le cairn du pape à la cote 1413

Le grand cairn à la cote 1431

D’autres petites constructions en pierres sèches rencontrées avant d’arriver au carrefour du Jas de La Bouscarle

Au ravin de Font Brune , quelques abris de berger, plus petits et moins hauts, des cairns jalonnent le parcours. 

Au carrefour, on peut apercevoir en contre bas, le Jas de la Bouscarle au milieu des champs de lavande

Le jas de La Bouscarle

Une partie de la bergerie daterait de 1904 ?

on ne peut qu’admirer le travail réalisé pour bâtir ces bergeries !

Les ânes rencontrés au retour

Une jolie balade au calme, seul le chant des oiseaux et des grillons nous a accompagnés et peut être aussi un peu Jean Giono…

87 – Rabou – Chaudun par le sentier des bans (05)

Juin 2019

Vertigineux s’abstenir….

Une magnifique randonnée de 20 km pour 850 m de dénivelé environ au départ du parking au nord du petit village de Rabou. L itinéraire est balisé mais quelques manques par endroits.

Au vu des températures déjà élevées, nous avons opté pour un itinéraire anti-horaire aussi du parking nous avons pris la direction de « La font du moulin »par un sentier balisé PR qui rejoint une petite route jusqu’au lieu dit « La Rivière »puis emprunter un sentier qui monte vers « les Tournillons » ensuite grimper jusqu’au Col de Chabanottes à 1663 m d’alt. Redescendre par la piste très agréable qui traverse une foret de mélèzes. Dés que possible, n’hésitez pas à couper les lacets par de jolies petites sentes ça et là jusqu’à Chaudun . Après la visite du village ruiné, poursuivre par le GR qui longe le
 Petit Buëch durant quelques kms. Puis petit à petit le GR grimpe régulièrement pour rejoindre le sentier des Bans, petit sentier en corniche creusé dans la falaise et surplombant toujours le petit Buëch. Poursuivre jusqu’à atteindre l’Oratoire dédié à Ste Roseline puis bifurquer au sud pour rejoindre le parking du départ

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=0Qb33c8f2s&pass=6477e

Le parking du départ au nord du charmant village de Rabou

La piste du départ vers La Font du Moulin rejoint une petite route jusqu’au lieu dit « La Rivière ». Le torrent de la rivière en contre-bas de la route.

L’eau est présente partout et s’écoule tout le long de la route

Prendre le sentier balisé PR direction Les Tournillons et le Col de Chabanottes

De nombreux passages à gué du torrent de la Rivière.

Quelques portes à ouvrir et refermer

Le PR grimpe de plus en plus et laisse place à un paysage magnifique

Le Pic de Gleize

Dans le rétro, le sentier emprunté

Le sentier est raide pour atteindre le Col de Chabanottes

Le Pic de Courmian à 1855 m d’alt.

Le Col de Chabanottes à 1663 m d’alt.

Puis descendre par la piste qui rejoint Le village ruiné de Chaudun

Piste très agréable qui traverse une foret de mélèzes, de pins noirs d’Autriche, de pins à crochets, mais également toutes sortes  de feuillus.

L eau est toujours présente et nous suivra tout au long de cette balade

Dés que possible, couper la piste en lacets pour emprunter les jolis petits sentiers.

Le petit Buech traverse le sentier juste à l’entrée de Chaudun

Gites de l’ONF à louer : gite retrouvance capacité de 14 personnes 190 E/nuit 04-92-57-27-43

https://gitesetrandonnees.onf.fr/gite/gite-retrouvance-chaudun/

A l’arrière des gîtes

sa fontaine

Une ancienne meule repose par-terre

Prendre la direction du Col de Gleize puis emprunter le petit escalier en rondins de bois qui monte vers la chapelle et l’ancien cimetière de Chaudun

seule subsiste le devant de la chapelle

L’ancien cimetière

Chaudun en 1890

Continuer la boucle de la randonnée en empruntant le GR direction Rabou.

de l’autre rive du petit Buech, la terre est pauvre, rocailleuse

Le GR suit le petit Buech sur plusieurs kms

Une vieille fontaine

Pause casse-croûte les pieds dans l’eau sous l’œil suspicieux d’une grenouille !

Encore quelques passages à gué

La falaise tourmentée est sublime

l eau coule à flanc de montagne

des arbres coupés sont laissés à même le sol

Le GR croule sous les feuilles mortes

Par endroits, nous avons des feuilles jusqu’aux genoux

Un passage cablé

La randonnée est tellement jolie que nous en avons oublié de regarder le ciel……

quand nous sommes sortis du bois, l’orage était bien là et commençait à gronder….

Il nous faut donc accélérer le pas…

nous approchons du Bois de Luvie

Un agréable sentier ombragé

La roche est impressionnante

Le tonnerre gronde, le vent s’est levé, les premières gouttent ont commencé

Dans le rétro le Pic de Bure

Le sentier devient très glissant….il nous faut nous couvrir….

Le sentier des bans approche, il va falloir être très prudent car les rochers sont très glissant

Mon APN est plein d’eau….mais je ne veux pas rater quelques photos !

Sous la falaise nous sommes un peu à l’abri mais ce n’est pas prudent de rester là…..

Une croix blanche datée de 1963 : quelle est son histoire ?

Ouf….au loin nous apercevons Rabou, nous sommes bientôt arrivés

zoom sur Rabou

un oratoire au nom de Ste Roseline

Hélas, le retour a été un peu précipité à cause de l’orage, le rendu des photos est médiocre mais nous pouvons affirmer que cette balade est magnifique du début jusqu’à la fin, tous les paysages sont sublimes. Attention il manque du balisage par endroits.

86 – La Montagne de Mare (04)

Mai 2019

Une très jolie randonnée de 16 km pour 820 m de dénivelé environ au départ du hameau de Aubard au-dessus de St Vincent sur Jabron.

Avant d’arriver à Aubard, trouver un petit parking juste avant un panneau  » Nice – Aix en Provence ». Prendre de suite la petite route qui mène à Aubard, passer devant le centre international qui enseigne l’Art du CHI puis au carrefour ou trône fièrement une grosse statue en bois , virer à gauche, direction Montagne de Mare. L itinéraire est très bien balisé PR, il suffit de suivre les balises : Col de Verdun puis sommet Montagne de Mare. Au sommet à 1622 m, continuer nord-est et descendre direction La Fairotte. Emprunter le GR qui se divise en deux quelques centaines de mètres plus loin, prendre à droite. Le GR de pays descend régulièrement jusqu à rejoindre la petite route qui mène à Aubard. A la route, virer à gauche pour retrouver le parking du départ .

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=t33gavJ6Hg&pass=0f747

Petit parking juste avant le panneau « Nice Aix en Provence »

Passer devant le centre international qui enseigne l’Art du Chi

Parking privé du centre

La montagne de Lure nous suivra tout le long de la balade

A la grosse statue en bois, virer à gauche et suivre les balises PR direction montagne de Mare, Col de Verdun

des ânes sont venus nous saluer

L’itinéraire est très bien balisé

La montée est régulière

L ascension est de plus en plus raide

le Col de Verdun à 1316 m d’alt.

Le premier sommet à 1603 m se laisse apercevoir du Col de Verdun

Petit à petit, la vue se dégage

on peut y admirer la montagne du « Pied du Mulet »1537 m d’alt.

Plus modeste, on peut voir « La Tatie » 1337 m d’alt.

Le sentier devient de plus en plus raide mais les paysages sont de plus en plus magnifiques

Au loin, on peut apercevoir le géant de Provence : le mont Ventoux

Le premier sommet à 1603 m d’alt.

Le premier sommet et sa borne IGN

Vue sur le deuxième sommet à 1622 m d’alt.

Vue sur le petit village de Eourres

Le vent souffle fort au sommet

Un tapis de petites fleurs

En crête

Le deuxième sommet s’approche

Le deuxième sommet à 1622 m d’alt.

Pause casse croûte au sommet

La montagne de Lure nous suit toujours !

La descente dans les alpages direction Col St Vincent – La Fairotte

La Fairotte

prendre direction St Vincent du Jabron

Le Gr de pays descend régulièrement dans les genets en fleurs

Puis on contourne un champ et quelques Yourtes

Par endroits, le GR ne tient qu’à un fil !!

Puis on rejoint la petite route qui mène à Aubard

Virer à gauche pour retrouver le parking du départ

La montagne de Mare est un sommet modeste avec ses 1622 m d’altitude mais elle a tout d’une grande !! Surtout en cette saison, les paysages sont magnifiques avec toutes les fleurs de printemps et les panoramas sont de ouf. C’est le bon moment….

85 – Le Pavillon par Chateauneuf les Moustiers (04)

Mai 2019

Une longue et belle randonnée de 20 km pour 850 m de D environ au départ du parking  » les Aubanes » au dessus de La Palud sur Verdon.

Du parking, prendre de suite le sentier qui monte plein nord, traverse la petite route et grimpe à Chateauneuf les Moustiers petit village ruiné. Après la visite, emprunter le petit chemin derrière le cimetière qui monte régulièrement vers le Pavillon. Pas de balise mais des petits cairns ça et là pour vous orienter. Petit à petit le sommet se dévoile à 1625 m d’altitude. Au sommet, continuer en crête plein nord pour rejoindre le pied du Pavillon à 1530 m d’alt et prendre la piste sur une centaine de mètres puis bifurquer à gauche par une sente qui descend et amène au Col des Abbes à 1317 m. Continuer par la piste jusqu’au premier virage en épingle, prendre alors le petit sentier caillouteux qui descend au fond du ravin Les Chauvettes, traverser le Bau (riou) puis continuer en empruntant le chemin ombragé qui mène au « Pont de Sant Peire » à 1066 m. Poursuivre par l’ancienne voie romaine sur quelques kilomètres puis sur la droite on aperçoit la grotte N-Dame. Prendre le petit sentier balisé qui grimpe jusqu’à la chapelle. Après la visite continuer par la piste qui ramène à Chateauneuf les Moustiers et au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=XMZBIs2pQ2&pass=1d68d

Parking « Les Aubanes  » au-dessus de La Palud sur Verdon

Arrivée au village, la maison qui domine l’oratoire a servi de presbytère avant les troubles de la Révolution, elle est alors confisquée pour abriter la mairie. Comme beaucoup de maisons, les encadrements de portes ont été enlevés pour être réutilisés.

Un oratoire « reconverti » en monument aux morts rappelle les noms de 11 hommes nés à Châteauneuf les Moustiers et morts au cours de la Grande Guerre  

L’Eglise

Evolution de la population de Château neuf les Moustiers : fin du XIVe siècle, après la mort de la reine Jeanne, les Grandes compagnies, bandes de mercenaires incontrôlés, font régner la terreur en Provence ; les 50 « feux » de Châteauneuf les Moustiers en 1301, ne sont plus que 3 en 1471 ; c’est la première ruine du village qui ne fut cependant jamais déserté. Fin XVIe siècle le village bénéficie d’une nouvelle dynamique et un siècle plus tard, on dénombre 72 maisons habitées. 

A partir de 1830, le village décline ; l’isolement, les difficultés d’approvisionnement, l’ère industrielle naissante entraînent un exode inextinguible que la Première Guerre mondiale va précipiter, 19 hommes du village vont en effet y perdre la vie (voir infra). Le destin de Châteauneuf les Moustiers est scellé. Le dernier habitant quitte le village dans les années 1930 ; en 1974, la commune disparaît administrativement pour être « absorbée – fusionnée – associée » à La Palud sur Verdon.

Aujourd’hui la cinquantaine d’habitants habitent en grande partie les hameaux de Chauvet, du Ponçonnet et du Plan.

Suivre le sentier de découverte, ne pas entrer dans les ruines….

Son cimetière

Puis prendre le petit sentier derrière le cimetière qui grimpe plein nord. Vue dans le rétro sur les ruines de Chateauneuf les Moustiers

on peut apercevoir le Chiran, le portail de Blieux et le grand Mourre

Zoom sur le Chiran et son observatoire au sommet à 1905 m d’alt.

des cairns plus ou moins hauts orientent le randonneur

Le Chiran, le portail de Blieux, le grand Mourre

Par endroits, le Lac de Ste Croix se dévoile petit à petit

Les sommets plein nord : Le Couard, la crête de Géruen, les Monges, le Mourre Froid, le Vieux Chaillol etc …

Arrivée au pied du Pavillon..

Le sommet en plein vent à 1625 m d’alt.

Vue plein nord, les crêtes du Montdenier et son sommet à 1751 m d’alt.

Le Lac de Ste Croix

Vue sur le plateau de Valensole

Vue coté sud

La descente régulière pour rejoindre le Col des Abbes

Au Col des Abbes, prendre la direction Les Chauvets

Le portail de Blieux nous aura accompagnés tout le long de la randonnée

Le petit sentier caillouteux au premier virage en épingle

Petit bain de pieds avant de traverser le Bau (riou)

Continuer sur un sentier bien ombragé et fort agréable

Au carrefour, prendre la direction Chapelle Notre-Dame

Traverser le Pont de Sant Peire à 1066 m d’alt.

Pour le retour emprunter l’ancienne voie romaine

On peut apercevoir au loin dans la falaise, la grotte de Notre-Dame

D’autres grottes dans la falaise

Prendre le petit sentier à droite qui grimpe vers la grotte

Le sentier a été aménagé : une main courante aide à la montée

La chapelle vide

Quelques pierres et deux croix en bois servent d’autel

La grotte sert d’abri pour les bêtes

La « Grotte Notre Dame », aussi nommée « chapelle de Notre-Dame de la Baume », ou encore  » grotte de Notre-Dame ou des Templiers ».

Deux meurtrières ne laissent aucun doute sur un usage défensif qui ne surprend pas. On situe leur construction au XVIe-XVIIe siècle alors que les seigneurs de Rougon, comtes de Carcès, guerre de religions, invasion de la Provence troublent toute la région.

La tradition porte qu’un religieux Templier, s’étant évadé de sa prison, lors du procès célèbre intenté à cet ordre, vint s’y réfugier, et qu’il y mourut en odeur de sainteté. On y a depuis construit une chapelle en l’honneur de la Sainte Vierge, où l’on se rend en procession; le jour de l’Assomption. On croit de plus qu’il y avait au hameau de Chauvet un couvent des Templiers  

Remarquez le mur de courtine protégeant la partie basse et surtout, une vaste terrasse située au dessus de la grotte de la chapelle, protégée elle aussi par un mur, elle est accessible grâce à un boyau très étroit démarrant au fond de la partie basse (lampe obligatoire).

La grotte vue de l’autre côté du ravin du Bau. Un pèlerinage y était organisé le jour de l’Assomption. 

Début 1970, des abrutis détruisirent une paroi décorée, le sol pavé de carreaux de terre cuite et une cloison sur laquelle la date de 1746 apparaissait. 

Après la visite de la grotte, continuer par la voie romaine jusqu’au vieux village de Chateauneuf les Moustiers

retour au parking « Les Aubanes »

Une longue mais belle randonnée que les copains randonneurs du 04 ont fort appréciée

84 – Les Gorges de Vaumale et les grottes de Bérigoule(84)

Mai 2019

Une magnifique randonnée au environ de Murs, un peu technique pour les gorges de Vaumale de 15 km pour 500 m de dénivelé environ au départ du parking qui se trouve juste en face du sentier qui descend aux Gorges

Prendre le sentier caillouteux juste en face du parking, au premier carrefour emprunter le petit chemin à gauche qui descend dans les gorges. Les suivre sur 4 km environ. Des mains courantes, des câbles, des marches pieds et des cordes aident à la progression dans ces gorges étroites. A la sortie de ces gorges, prendre la direction de « La Débroussède ». Traverser la route et prendre un chemin direction la combe de « la Roquette ». Puis longer la route à gauche sur une centaine de mètres, suivre le balisage PR. Virer à droite, passer devant une habitation en cours de restauration, continuer le sentier jusqu’au carrefour. Prendre la direction de Bérigoule, puis prendre au petit cairn le petit chemin qui grimpe dans la foret pour rejoindre les grottes de Bérigoules. Après avoir visité les grottes, redescendre par le même chemin, reprendre le PR et poursuivre jusqu’à rejoindre « le Jas de Laurent » puis « Les Sautarels » puis prendre la direction « Des Calamels », bifurquer à droite par le GR pour descendre sur une piste caillouteuse qui rejoint une ancienne route Direction « Vaumale ». Traverser la D 4 et prendre en face un petit sentier qui ramène au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/AxF8o7FGY8

Tout d’abord il s’agit d’une remontée de lit de torrent à sec tout ce qu’il y a de plus facile, hormis les galets qui roulent sous les pieds

Les Gorges de Vaumales sont des gorges étroites, profondes avec quelques passages de petite escalade facile avec câbles et  mains courantes, marches pieds, cordes….facile par temps bien sec, par contre si la roche est humide, la vigilance sera de mise, et bien entendu une rando à exclure si le temps est à l’orage, ou dans le cas où dès le départ le niveau de l’eau dans le lit du torrent est élevé.

très étroites par endroit

des cairns ça et là pour orienter le randonneur mais il suffit de suivre le lit de la rivière

Un dolmen pointe le bout de son nez dans l’épaisse végétation

Ici une cheminée…

des cavités remplies d’eau forment des petites marmites

 De gros blocs coincés dans les goulets forment des bouchons, des barreaux scellés dans les parois permettent un passage facile

La sortie des gorges

a la soertie des gorges, prendre la direction  » La Débroussède »

Puis direction  » Combe de la Roquette »

Puis prendre la direction » La grande Blaque »

Les Grottes de Bérigoule forment un vaste et profond réseau de galeries dans un affleurement calcaire au nord du village. Depuis 1540 en effet, les seigneurs et évêques de Provence ont entamé une guerre contre les vaudois du Luberon, considérés comme hérétiques. En avril 1545, vingt-deux villages dont Mérindol et Cabrières d’Avignon seront incendiés. Fuyant les massacres de Cabrières et de Lacoste, vingt-cinq femmes et enfants vaudois fuient vers Murs, où la population est depuis longtemps acquise aux vaudois, le curé lui-même s’est déclaré vaudois et la ferme de la Bérarde abrite depuis le XVème siècle la famille Serre, grande famille vaudoise. Ils trouvent refuge dans les grottes de Bérigoule, au nord du village. Dans la semaine du 20 au 27 avril, le capitaine Mormoiron, représentant du vice-légat du pape à Avignon, apprend la présence de vaudois dans les grottes de Murs. Devant l’entrée des grottes, il ordonne des décharges de mousquets, mais personne ne sort. Il allume alors un feu pour enfumer les pillards qui mourront tous étouffés. Leur mission accomplie, les soldats de Mormoiron quitteront le village non sans avoir décimé les troupeaux paissant autour du village. En représailles, les habitants de Murs, multiplieront les attaques contre les catholiques à Malaucène, Carpentras, Joucas et ce jusqu’à la fin des guerres de religion en 1595.

Les grottes de Bérigoule sont au nombre de cinq.

Attention, le haut de cette grotte est prête à effondrée…

Prendre la direction  » Les sautarels »

Le PR longe des anciens murs de pierre

En redescendant pour rejoindre le parking du départ, on peut apercevoir au loin la falaise de la Madeleine à Lioux

Arrivé à la route D 4, prendre en face le petit sentier qui descend vers le parking du départ

une magnifique randonnée fort appréciée par les copains randonneurs, sur que nous y reviendrons…

A EVITER APRES DES FORTES PLUIES, ORAGE ETC….

83 – retour au Grand Marges par le sentier de l’Illoire

Mai 2019

retour vers le Grand Marges mais cette fois-ci le retour se fera par le sentier de l’Illoire. Une randonnée de 17 km pour 1100 m de D environ au départ du parking en face du camping de l’Aigle.

Le départ est assez raide, très bien balisé, donc suivre jusqu’au sommet à 1576 m puis redescendre par le GR, traverser le Pas de Garimbau puis la Petite Foret pour traverser la route D 71 à 957 m d’alt. Longer la route sur une centaine de mètres et prendre le sentier qui part au niveau du virage en épingle. Il reste quelques anciennes balises PR à suivre ou quelques cairns indiquent la bonne direction. Le sentier alterne les passages en foret, les sentiers caillouteux, pierriers et passages en corniche. un seul passage assez aérien au départ du ravin de Vaumale, des mains courantes et cordes aident à la progression. Vertigineux s’abstenir

Puis le sentier grimpe brutalement pour rejoindre le Col de l’Illoire. Un belvédère permet d’admirer les Gorges du Verdon. Remonter légèrement la route et trouver sur la droite un petit sentier qui descend sèchement, traverse la route en lacet, puis emprunter à nouveau le chemin qui ramène à Aiguines, longer la Chapelle St Pierre et rejoindre le parking du départ par la route.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/LWh7SJA1X8

Le camping de l’Aigle à Aiguines

Au fur et à mesure de notre ascension, la vue se dégage sur le lac de Ste Croix

Pause petit-déjeuner pour les copains randonneurs

on peut apercevoir la route D 71

Les crêtes du Montdenier, le Pavillon, le Chiran, Le grand Mourre, le Mourre de Chanier

Le Clot de La Glacière

La montée vers le sommet

Les gorges du Verdon vues du sommet

Le sommet à 1576 m d’altitude

Le terrain militaire de Canjuers

Le Pas de Garimbau

Passage agréable au milieu de La Petite Foret

On rejoint la route et au premier virage en épingle, prendre le sentier de l’Illoire

de nombreux pierriers sont à traverser

des cairns indiquent la bonne direction

Quelques passages encore assez humides

Quelques passages acrobatiques à franchir

Passage dans les pierriers : attention les chevilles !

Ne pas avoir le vertige, sinon s’abstenir…

Passage avec câbles et cordes mais quel joli panorama !

Le Verdon et ses eaux turquoises

La remontée vers le Col de l’Illoire

Le Col de l’Illoire

Le Belvédère du Col de l’Illoire

Le lac vu du Belvédère

Une aire de repos, de méditation devant ce joli spectacle

Une bien belle journée pour une magnifique randonnée que les copains randonneurs ont fort appréciée….

82 – Les Gorges de La Nesque (84)

mai 2019

Une magnifique randonnée de 16 km pour 730 m de dénivelé environ au départ du parking du Plan d’eau Le Bourget à Monieux. Le signal GPS se perd au fond des gorges mais la randonnée est très bien balisée.

Du parking, remonter vers Monieux pour une petite visite de ce beau village puis emprunter les escaliers ( chemin des chapelles) pour grimper jusqu’à la Tour de Guet et la chapelle St André. Revenir sur ses pas jusqu’au prochain carrefour, puis prendre la direction  » la chapelle St Michel ». Le GR 9 monte régulièrement sur 5 km environ pour redescendre sur la D942. La traverser et continuer à descendre par le GR ( attention les rochers sont patinés par le passage des nombreux randonneurs) jusqu’à atteindre au fond la chapelle St Michel. Juste après, traverser La Nesque à gué et remonter par le sentier qui longe la paroi des hauts rochers puis prendre direction  » La Peisse » par le GR ou par un petit sentier qui le rejoint un peu plus haut pour rejoindre le Champ de Sicaude. Virer à gauche, suivre le chemin « des Barberis ». A la prochaine intersection, continuer tout droit par un sentier qui mène à un ancien panneau « propriété privée « , des aiguiers + impluvum sur la droite méritent une petite halte. Continuer le petit sentier jusqu’à un belvédère qui permet d’admirer le Rocher du Cire. Attention vertigineux s’abstenir. En face , on peut apercevoir le Belvédère du Castelleras . Revenir sur ses pas jusqu’au carrefour de « La Peisse » ensuite continuer par le GR pour revenir au parking de départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/hXURurXp77

Le plan d’eau Le Bourget à Monieux

on peut apercevoir au loin au-dessus des rochers : La tour de gué ou nous allons grimper

Le portail Meunier

L’église St Pierre

A l’intérieur de l’église

Oeuvre d’art-fontaine au belvédère en face de l’église

Emprunter l’escalier à coté de l’oratoire

Puis prendre le sentier des chapelles

La vue d’une ancienne tour des remparts du chateau

au premier carrefour, prendre direction chapelle St André

Petit à petit la Tour de Gué se dévoile

La chapelle St André n’est plus qu’une ruine

La Tour de Gué

Dans le rétro : le beau village de Monieux et sa Tour de Gué

Deux bories jumelées au bord du GR

Le GR grimpe régulièrement…

Traverser la D 942 et descendre dans les gorges : direction chapelle St Michel

Le panorama magnifique qui se présente à nous..

au fur et à mesure de notre descente, notre admiration ne fait que grandir…

Attention, les rochers sont patinés par le passage des nombreux randonneurs

Le sentier passe sous les falaises

Ne dirait-on pas un visage ?

De nombreuses baumes dans les gorges

La chapelle St Michel au fond des gorges

L’intérieur de la chapelle St Michel

La chapelle est semi troglodyte

Passage à gué de La Nesque

La Nesque prend sa source près d’Aurel, sur le flanc est du mont Ventoux à une altitude d’environ 715 mètres. Elle coule d’abord vers le sud-ouest jusqu’à Venasque en passant par Sault. Auparavant, elle alimente à Monieux le plan d’eau privé du grand Vallat et le lac de la commune, puis creuse des gorges : les gorges de la Nesque, qu’elle parcourt sur environ 25 kilomètres. Quittant la montagne, elle prend la direction est-ouest, traverse les communes de Méthamisen passant au pied du bourg, BlauvacMalemort-du-comtatVenasqueSaint Didier et Pernes-les-Fontaines. Après cette ville et après avoir parcouru 53,3 kilomètres1, elle se jette sur le rive droite la sorgue de Velleron, à 150 m en aval du Pont de Capelly, près d’Althen-des-Paluds2.

Après avoir traverser la Nesque, emprunter le GR qui grimpe

Le panorama est grandiose…une autre groupe de randonneurs en haut de la crête

Le géant de Provence se laisse apercevoir

Nous avons quitté le GR pour prendre un sentier plus frais

arrivé au Champ de Sicaude, virer à gauche direction « chemin de Barberis »

Des aiguiers et impluviums après avoir quitté leGR

Le Rocher du Cire vu du belvédère

  • La légende du Rocher du Cire

Dans Calendal le grand poème épique à la gloire de la Provence publié en 1867 Frédéric Mistral décrit l’aventure audacieuse suivante :

Le jeune héros Calendal pour montrer sa bravoure et sa force à sa bien-aimée, la fée Esterelle, se porte dans la Nesque pour y dénicher les abeilles installées dans l’inaccessible Rocher du Cire et y dérober – à ses risques et périls – le miel et la cire amoncelés !

Calendal et son compagnon découvrent dans la paroi des dizaines d’essaims en activité, qu’ils vont étouffer à la faveur de la nuit pour piller miel et cire ; mais au petit jour, ils sont assaillis par des nuages d’abeilles : ils arrivent cependant à regagner la crête pour « respirer l’air des montagnes et des bruyères »;

Au retour de Calendal, Esterelle, furieuse, le traite de destructeur de la nature, mais elle finit par pardonner à Calendal : « Va donc en paix ! Et à la longue, si tu retournes homme et gentilhomme, je te dirai s’il était doux le miel que tu m’as apporté… » (Calendal, chant VII, traduction de Frédéric Mistral )

Attention, la roche est glissante au niveau du belvédère mais la vue est magnifique !

Le belvédère

En face , on peut apercevoir le belvédère du Castelleras

Le belvédère du Castellaras a été spécialement aménagé pour recevoir une stèle dédiée à Mistral. Dans le bloc de roche sont gravés les vers mémorables en provençal :

« Aquelo Nesco s’encafourno Dins uno combo arèbro et sourno… »

Ainsi le promeneur, plongeant son regard vers la gorge âpre et sombre puis remontant vers la silhouette du rocher inviolé, peut rêver au jeune Calendal luttant avec les essaims pour briller aux yeux de sa dame..(Source Les Gorges de la Nesque, Alpes de Lumière)

La stèle du Castelleras

Sur le chemin du retour, de nouveau on peut apercevoir le Mont Ventoux

au carrefour de La Peisse, prendre direction Monieux

La végétation luxuriante grâce à la Nesque

le sentier du retour est aussi agréable

retour au plan d’eau du Bourget : un bel étang pour pique-niquer, se promener. Un espace détente équipé d’un snack bar

https://www.provenceguide.com/patrimoines-naturels/mont-ventoux/plan-deau-de-monieux/provence-4598360-1.html

Après les gorges du Verdon, les gorges de la Nesque sont les plus spectaculaires de Provence. Ce canyon grandiose et sauvage d’environ 12 kilomètres creusé par la Nesque et dépassant 400 mètres de profondeur par endroit.

Empruntez ce superbe itinéraire et vous comprendrez pourquoi l’UNESCO a classé les gorges de la Nesque « Réserve de Biosphère ».

81 – Les sources de l’Huveaune et la grotte de Castelette (83)

Avril 2019

Une magnifique randonnée de 16 km pour 650 m de dénivelé environ au départ du parking « Les Ferrages » à Nans-les-Pins

En sortant du parking, prendre de suite la rue à gauche qui mène à la chapelle N-Dame de la Miséricorde en travaux actuellement jusqu’à fin septembre 2019, le PR qui la longe est donc interdit, nous avons du faire un petit détour pour retrouver le bon sentier un peu plus loin mais une erreur à la cote 448 nous a dirigés vers la mauvaise direction. Nous avons donc décidé de faire l’itinéraire en sens-inverse pour éviter de faire demi-tour. Emprunter le PR qui mène à Mantelette (une ferme en ruines) puis prendre la petite sente qui descend juste derrière la ruine pour rejoindre la piste, la couper par un petit chemin qui passe devant un étang, puis qui remonte vers « La Taurelle ». Continuer le PR pour rejoindre la piste qui descend. Au premier virage quitter la piste et prendre le petit sentier qui rejoint l Huveaune en rive gauche. Suivre la rivière jusqu’à sa source puis emprunter le sentier caillouteux qui grimpe assez sèchement jusqu’à la grotte de Castelette. Après avoir visiter la grotte , redescendre par le meme itinéraire jusqu’à la source, traverser le pont en bois pour suivre l’huveaune en rive droite jusqu’à rejoindre le GR9 puis passer devant une usine, bifurquer à gauche pour passer devant les Aumèdes lieu-dit (Carte IGN) Continuer par le GR puis virer à gauche pour grimper par le sentier botanique balisé PR qui monte jusqu’à l Oppidum ou trône la Ste Croix qui permet un vue magnifique sur Nans-les-Pins et ses alentours. Redescendre par le même chemin pour rejoindre le sentier du Vieux Nans, ancien village en ruines. Après la visite redescendre par le PR assez raide pour rejoindre l’itinéraire de l’aller et retour au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=gp20dW5glJ&pass=d0715

La chapelle N-Dame de la miséricorde  construite en 1623 (dite aussi chapelle des Pénitents Blancs) est actuellement en travaux jusqu’à fin septembre, le PR qui la longe est donc interdit

Le PR très agréable est bordé de Romarin en fleurs et de Coronilles

La ferme en ruines « La Mantelette »

Le PR passe devant un petit étang

Puis passer devant une grande mare

Une multitude de rainettes a trouvé refuge dans cette mare

Passage à gué de l’Huveaune

Quelques cascades se forment déjà

Ensuite, il n’y a plus qu’à suivre le sentier qui longe le cours d’eau en rive gauche.

Les dernières pluies ont accentuées le débit de la rivière

Cliquer sur le lien pour voir la vidéo 

https://youtu.be/4cOkRKpeNoU

L’Huveaune est un tout petit fleuve qui prend sa source dans la grottede Castelette au pied du massif de la Sainte-Baume et se jette dans la mer Méditerranée près du parc Borély (8e) après un parcours d’une cinquantaine de kilomètres.

 l’Huveaune traverse les sept communes1 suivantes, de l’amont vers l’aval, de Nans-Les-Pins (source), Saint-ZacharieRoquevaireAuriolAubagneLa Penne-sur-HuveauneMarseille (confluence).

Malgré ces panneaux, nous avons pu voir des chiens patauger dans la rivière !!

Aumilieu de cette forêt de chênes blancs, des vasques débordantes d’une eau limpide vous offriront un merveilleux spectacle.

l’Huveaune serpente entre les arbres et les rochers et s’écoule de vasque en vasque …

20 minutes de montée pour atteindre par un sentier caillouteux, la grotte de Castelette.

Arrivée à la grotte de Castelette

Au fond de la grotte, la source de l’huveaune

La grotte de Castelette est une résurgence qui n’est alimentée que lorsque le niveau de la rivière souterraine de l’Huveaune est élevé, par exemple à la suite d’épisodes pluvieux prolongés et abondant.
En période « normale » la grotte est sèche, en tout cas pour ce qui concerne la première cavité, celle accessible par toute personne pouvant monter jusque là.
Cette grotte, connue des spéléologues, comporte d’autres cavités qui, le long de la rivière souterraine, peuvent être explorées en spéléo à partir d’une autre entrée dite artificielle.

Après avoir quitté l’Huveaune, rejoindre le GR

Emprunter le sentier botanique (aurait besoin d’un petit rafraîchissement ) qui grimpe vers le vieux Nans et l’Oppidum

L’Oppidum et la sainte Croix surplombe le beau village de Nans les Pins

La vue sur la Ste Baume

Une petite pause au sommet de l’Oppidum

retour sur le sentier botanique pour rejoindre le vieux Nans

Les ruines du vieux village

Un hélicoptère livre du matériel pour la restauration du vieux village

Puis redescendre par le PR pour rejoindre l’itinéraire de l’aller et le parking du départ à Nans les Pins

Je conseille de faire cette randonnée dans le sens inverse. C’est une magnifique balade à faire au printemps ou en automne car l’été la rivière est pratiquement toujours à sec.

Cette balade a été trop médiatisée dernièrement, les touristes se sont rués pour voir ces cascades paradisiaques  Des barrières cassées, des restes de pique-niques et divers déchets abandonnés sans scrupule par les visiteurs.

Ce site est très fragile alors SVP, respectez les panneaux

80 – Les crêtes de l ‘Âne (04)

Avril 2019

Une belle randonnée de 15 km pour 940 m de Dénivelé cumulé environ au départ de Plaugiers lieu-dit près de Ribiers(05)

Du petit parking juste après Plaugiers, prendre le GR de pays « Tour du sud de Buech-Méouge » fraîchement re-balisé qui monte et passe devant la ferme « Taxil » puis à la cote 1140 au Chabus prendre à droite par le sentier qui grimpe jusqu’au col de Blauge. Suivre le GR qui part à l’ouest, la pente raide s’élève petit à petit jusqu’au sommet de la crête de l’Âne à 1615 m. Continuer à suivre le sentier qui descend dans les pâturages jusqu’à « La Fairotte ». Puis par le GR 946 continuer la descente par la large piste jusqu’à la cote 1199, trouver un petit sentier peu emprunté sur la gauche qui grimpe dans la foret dans « le ravin de la Garderie » puis bifurquer sur la droite pour grimper directement au travers du bois et rejoindre la large piste qui redescend vers Chabus, la ferme « Taxil » et le parking de départ au lieu-dit Plaugiers.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=4tq3yTcuQb&pass=6e4b2

Le petit parking du départ après le lieu-dit Plaugiers. On peut déjà apercevoir le sommet de la crête de l’Âne(1615 m) et devant en premier plan la crête des Planes(1432 m)

Notre objectif à 1615 m d’alt.

Les robines sous la crête des Planes

Passage à gué, le riou traverse la piste et se jette de l’autre coté

Passer sur le petit pont bien branlant !

Le GR de pays : passage devant un magnifique vieil arbre

Passer devant la ferme « Taxil »

Au Chabus, virer à droite en continuant à suivre le GR de pays direction col St Pierre

La pente s’élève de plus en plus sèchement

Au loin on peut apercevoir la montagne de Lure (encore quelques névés coté nord)

Un petit replat qui nous permet d’admirer la vue

Continuer à suivre le GR de pays fraîchement balisé

le dénivelé s’accentue petit à petit

Arrivés au col de Blauge, il nous reste encore plus de 250 m de D

dans le rétro on peut apercevoir la crête des Planes

Au fond, on peut distinguer dans la brume le Rocher du Loup à 1280 m d’alt

De jolis points de vue

Puis nous approchons de la crête, le décor change

Dans le rétro

Le sommet de la crête à 1615 m d’alt : le ciel se couvre

au loin, la montagne de Mare

Zoom sur la montagne de Mare

Au fond, la vallée du Jabron

La descente vers La Fairotte

dans le rétro, on peut deviner le dénivelé

La Fairotte

Descendre en empruntant la large piste du GR 946

Dans la descente, on passe en-dessous de la crête de l’Âne

Une source débouche et se déverse dans les champs

Le riou au-dessus du passage à gué forme des petites cascades

retrouver le GR de pays emprunté à l’aller

Et rejoindre le parking du départ

Cette randonnée de la crête de l’Âne est peu fréquentée et vous garantit calme, sérénité et solitude.

79 – Le Garlaban et le Pic du Taoumé (13)

Avril 2019

Une magnifique randonnée de 15 km et 700 m de dénivelé cumulé environ au départ du parking du Puits de Raimu au-dessus d’Aubagne.

Du parking du Puits de Raimu, les différentes variantes de cette randonnée sont affichées au départ.

Prendre la direction du Col d’Aubignane à 332 m d’alt balisage jaune. Au col continuer par le petit sentier juste en face qui descend dans la garrigue puis bifurquer à droite pour se diriger vers la grotte du Plantier ou de Manon. La grotte du Cerf se trouve juste au dessus de celle de Manon, il suffit de suivre un petit chemin caillouteux sur la gauche qui grimpe et rejoint un éboulis pour aboutir au fond sur la petite grotte du cerf. Redescendre et rejoindre le sentier qui monte vers le pas Garrigue puis à droite le sentier caillouteux qui grimpe vers le col de Garlaban à 628 m d’alt. puis vers le sommet du Garlaban à 714 m. Le panorama y est magnifique. Redescendre jusqu’au col et empreinter la piste direction le Pic du Taoumé. Au premier virage, continuer par le petit chemin qui descend dans le vallon des Piches. Continuer à suivre le balisage jaune qui mène au Puits du Mûrier puis à la grotte de la Baume Sourne ( attention aucune indication ) Après la visite de la grotte, continuer vers le Pic du Taoumé à 667 m environ, la vue y est très jolie. En descendant du Pic, la grotte du Grosibou sur la gauche. Ce n’est qu’un long couloir étroit qui mène de l’autre coté à une vue magnifique sur le vallon de Précatori. Un passage est possible, il rejoint le sentier un peu plus bas. poursuivre le sentier balisé jaune jusqu’au Pas du Loup puis regrimper pour redescendre dans le vallon de Passe-Temps pour rejoindre le Col d’Aubignane. reprendre l’itinéraire de l’aller jusqu’au parking du Puits de Raimu.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=7CgiQO4d75&pass=27077

Parking du Puits de Raimu au-dessus d’Aubagne. A vrai dire il ne reste pas grand chose de ce décor de  » la fille du puisatier »

Le Mas de Massacan : qui était la maison d’Ugolin dans le film « Manon des Sources »

Le col d’Aubignane dont le nom est celui du village quasi abandonné décrit par Jean Giono dans son roman « Regain ». Marcel pagnol en a fait un film en 1937

prendre le petit sentier qui descend derrière la pierre

la vue qui s’offre à nous.

Au loin on peut distinguer la ville de Marseille

un zoom sur Marseille

Bifurquer à droite et prendre le petit sentier balisé en jaune qui grimpe vers la grotte du Plantier ou de Manon

on peut apercevoir au loin, le Pic du Taoumé

On peut apercevoir au loin la grotte de Manon et plus haut la grotte du Cerf.

La vraie grotte de Manon ou grotte du Plantier, celle du film de Manon des Sources en 1952 avec la belle Jacqueline Pagnol.

cliquer sur le lien pour visualiser un extrait du film Manon des Sources

https://www.facebook.com/watch/?v=10201967896056375

La grotte est fraiche, agréable, au plafond noirci

La grotte n’a pas été épargnée par les graffitis et diverses inscriptions

Le rocher d’où Ugolin à hurlé « Manon, je t’aime »

La petite grotte du Cerf et la source où Marcel Pagnol, Marius Broquier et Orane Demazis ont laissé leurs empreintes en 1934.

on peut y voir des empreintes de doigts sur le ciment de la margelle

La vue magnifique de la grotte de Manon

Un zoom..

Vue de la grotte du Cerf

Monter dans la garrigue pour atteindre le Pas de Garrigue

Le sommet du Garlaban se laisse apercevoir

Dans la brume, on distingue le Cap Canaille de Cassis

Le Col de Garlaban à 628 m d’alt.

La grimpette pour accéder au sommet

Le sentier en espaliers est creusé dans la roche

La croix au sommet du Garlaban à 714 m d’alt.

La vue du sommet

La magnifique table d’orientation au sommet

Le Garlaban est une destination très fréquentée par les randonneurs

reprendre la piste direction le Pic de Taoumé

Le puits du Murier : situé au fond du vallon sur le sentier qui conduit à la Baume Sourne. Le petit Marcel et Lili s’y désaltéraient le jour du « grosibou »

Ne pas louper l’entrée de la grotte de la Baume Sourne (la baume sombre) sur la droite en montant après le puits du Murier (attention aucune indication)

Le sommet du Pic du Taoumé à 667 m d’alt.

Le massif de la Ste Victoire au loin dans la brume

L ‘entrée de la grotte du Grosibou : C ‘est dans « le Château de ma mère » lorsque le petit Marcel décide d’être ermite dans la grotte du Grosibou avec son ami Lili mais le gros hibou les attaqua un soir….

La grotte est un long couloir très étroit, il faut s’y faufiler pour le traverser

cliquer pour voir la vidéo de Marcel Pagnol et son ami Lili des Bellons

https://www.youtube.com/watch?v=XoIDa-vkhi0

La jolie vue après avoir traverser la grotte

Un passage permet de rejoindre le sentier

Dans le rétro

Une autre petite grimpette après le Pas du Loup

rejoindre le Col d’Aubignane et retour au parking du point de départ


 Magnifique randonnée qui nous a permis de voir une grande variété de paysages et panoramas, la découverte de quatre grottes, de découvrir un lieu réputé pour la chasse et de beaux abris de bergers sous grotte.

Marcel Pagnol a eu la chance d’avoir un magnifique terrain de jeux et je comprends très bien qu’il soit tombé amoureux de ce beau massif

http://loisirsnature.vtt.free.fr/Sentier%20Pagnol.html

78 – Le Tréboux et les bergeries de Saumane (04)

Avril 2019

Une longue et belle randonnée de plus de 20 km pour 900 m de Dénivelé cumulé environ au départ de Saumane au-dessus de Banon.

Du parking devant l’église de Saumane, prendre la route qui monte et rejoint le GR de Pays Tour de la montagne de Lure. A l’approche des « Girons », quitter le GR et prendre la piste qui grimpe à gauche, passer devant La Tour (une colline ou un belvédère permet un beau panorama) et continuer jusqu’à la cote 1210 ou se trouve la bergerie de Foureynard. Continuer le sentier en ignorant la piste qui part à gauche, emprunter le chemin en sous-bois qui descend vers le ravin de La Chapellane. Puis remonter par la piste jusqu’en crête (environ 1400 m d’alt.). La vue est magnifique sur la vallée du Jabron. Prendre le sentier sur la gauche (ouest) qui longe la crête et grimpe jusqu’au sommet du Tréboux à 1535 m d’altitude. Poursuivre par le sentier qui descend en sous-bois et bifurquer peu avant le col de la Roche pour longer  » Les Plaines » et retrouver la piste qui grimpe sèchement vers « Chapellane  » puis trouver le petit sentier dans le bois qui rejoint la belle bergerie de Chapellane Haute à 1290 m d’alt, puis plus bas encore passer devant d’ autres grandes bergeries à « Chapellane Basse ». Peu après lorsque les arbres se rarifient, descendre à droite en mode sanglier pour retrouver la piste qui mène au Clos de Guilhem à 1230 m d’alt. Continuer le sentier jusqu’à passer devant une très grande bergerie restaurée à « Peynier » puis bifurquer sur la droite et monter jusqu’à croiser des sentiers qui descendent sur la gauche. Ignorer et prendre le chemin caillouteux à droite qui grimpe jusqu’à « La Gardette » une très belle bergerie propice au bivouac ou à la pause casse-croûte. Poursuivre le sentier jusqu’à la cote 1136 puis bifurquer sur la gauche pour rejoindre le chemin caillouteux en sous-bois qui descend et rejoint le beau village de Saumane. Le traverser pour rejoindre le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=TgHbkdIanr&pass=76f8d

Se garer sur le parking devant l’église de Saumane

Première borie rencontrée à droite en montant le GR

Petit à petit la vue se dégage….

La Tour : une colline ou un belvédère permet un beau panorama

Première bergerie rencontrée : Bergerie de Foureynard et son puits à la cote 1210

La bergerie est tout en longueur

Une date est inscrite au-dessus de l’entrée : 1889

Au fur et à mesure de notre ascension, la neige fait son apparition

Arrivée en crête, le panorama est magnifique

La vue sur la vallée du Jabron

Au loin, on peut distinguer le sommet de la montagne de Lure à 1825 m d’alt.

On peut apercevoir les antennes de la montagne de Lure

La vallée du Jabron, le massif du Dévoluy , la crête des Blaches de Paillard et la crête des Serres

La neige recouvre de plus en plus le sentier

Le sommet du Tréboux est en vue

Le grand cairn au sommet à 1535 m d’alt

Entre 15 à 20 cm de neige au sommet

Longer « Les plaines » pour rejoindre le sentier qui monte sèchement à « Chapellane »

La bergerie de Chapellane Haute à 1290 m d’alt est maintenant une propriété privée ou il est interdit d’entrer

La bergerie est en cours de restauration

La même bergerie en 2016

A une centaine de mètres plus bas, d’autres bergeries à « Chapellane Basse »

Le Clos de Guilhem à 1230 m

Une bergerie restaurée et habitée à la belle saison

Un banc réalisé tout en pierre

Son puits très profond

Une autre habitation restaurée à Fayée de la St Jean et Arbres Peynier

Puis prendre le sentier qui grimpe régulièrement jusqu’à « la Gardette »

La Gardette 1190 m : une magnifique bergerie propice à la pause casse-croûte et au bivouac

Tout est prévu pour le randonneur

Les grillades sont possibles

La bergerie et son puits profond

Un peu de paille pour y poser son sac de couchage

Les bergeries en pierres sèches de Saumane témoignent d’une haute maîtrise de construction. La majorité de ces bergeries a été édifiée au XIX siècle

retour à Saumane

Le tour des bergeries de Saumane est une superbe randonnée à la découverte du patrimoine pastoral de la montagne de Lure.

– retour aux hameaux abandonnés de La Javie (04)

1 Avril 2019

Tous les copains randonneurs du 04 n’avaient pu profiter de cette belle randonnée aussi nous y sommes retournés. Pour l’itinéraire sur carte se référer à la rando n° 53.

Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=csxi5hK3y4&pass=0142c

Cliquer sur les photos pour agrandir

La montée dans les marnes noires

La jolie chapelle de la Bouisse-Basse ouverte aux randonneurs

Les restes des ruines de La Bouisse-Haute mangés par la végétations

Le Couard, le Cucuyon au fond

La Sauzée : quelques ruines d’anciennes fermes au milieu des ronces et des fleurs printanières

L’eau coule à flot par endroits

Direction Boullard

L incendie qui a ravagé Boullard serait criminel, une enquête est en cours…

La rue est coupée par arrêté municipal, nous avons du contourner les habitations pour rejoindre le sentier
plus bas

le sentier PR est très agréable

Caché sous les ronces, nous découvrons La Bouse

Une ancienne ferme avec encore quelques anciennes charrues

Retour vers « Le grand Chaudol » notre point de départ

retour dans les marnes noires

Quelle déception à notre arrivée à Boullard. Comment peut-on détruire des habitations restaurées dans un lieu si joli ? Une habitante nous signalait lors de notre passage que cela faisait 50 ans que petit à petit elle et son époux travaillaient à la restauration du hameau !! Vont-ils retrouver la force et le courage de recommencer ?

77 – La Tete de Chabane (04)

Mars 2019

Une belle randonnée de 18 km pour 1000 m de dénivelé au départ du petit village de Draix

Au départ du petit parking proche du cimetière, remonter la rue et prendre la direction sud-est, passer un pont ou coule le riou du Couard, après le premier virage prendre le sentier qui monte dans les marnes noires. Le sentier est balisé PR donc à suivre jusqu’au Col de la Cine à 1501 m d’altitude. A gauche la Tete de Chabane et à droite Le Cluchemet à 1765 m d’alt. Pas de sentier jusqu’à la tete donc l’ascension se fait à vue. Pas besoin de contourner la barre rocheuse, la montée est raide mais assez aisée dans les rochers. Redescendre vers le col de la Cine, emprunter la piste qui passe devant la cabane de la Cine à 1450 m d’alt et la suivre jusqu’au pas de l’Escayon ou coule une jolie cascade. Continuer sur la piste sur 500 m environ, au prochain carrefour, prendre le chemin qui grimpe régulièrement. A la cote 1217 emprunter le petit sentier sur la droite PR (un petit cairn) qui descend pour reprendre le même itinéraire qu’à l’aller jusqu’au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=Uu3nshbEpg&pass=a94fe

Le petit village de Draix (118 habitants) à 859 m d’alt

Passage un peu délicat dans les marnes noires

Descente dans le ravin de l’Escayon

Petit à petit, la vue se dégage

On commence à apercevoir le Cheval Blanc du haut de ses 2323 m

Il reste quelques traces de neige encore gelée

Emprunter ce sentier à peine marqué qui grimpe directement au Col de la Cine

Le sentier est très glissant

La pente est raide, petit à petit le vent se lève

Le col de la Cine à 1501 m d’alt entre le Cluchemet à 1765 m et la Tete de Chabane à 1736 m. Ici le sommet du Cluchemet

Montée à vue pour Chabane

La vue se dégage petit à petit : on peut y apercevoir les crêtes du Pré de l’Evèque, le Couard, le Cucuyon

A la barre rocheuse

Du sommet on peut distinguer le ravin de Gypières et la Clue de la Peine au-dessus de Tartonne

La Clue de la peine

Du sommet, on pourrait presque toucher le Cheval-Blanc et ses 2323 m

Au sommet à 1736 m d’alt, il est temps de chercher notre petit coin à l’abri du vent pour la pause casse-croute

Retour au Col de la Cine, le sommet se trouve derrière cette barre rocheuse

A 1450 m entre La Cabane de la Cine et les Cougnes

La cabane de la Cine

Un feu vient de se déclarer,  au Lieu dit Chanolles près de Prads-Haute-Bléone : 180 ha de végétation calcinés !! 48 h après, l’incendie est toujours actif sur certaines zones difficiles d’accès.

https://www.pompiers.fr/grand-public/prevention-des-risques/prevention-des-risques-lies-aux-feux-de-forets

Retour vers le Pas de l’Escayon

La cascade de l’Escayon

Après 500 m, quitter la piste pour rejoindre le sentier pris à l’aller

Retour dans les marnes noires

Retour à Draix

Eglise St-Pons de Draix datant de 1854

https://www.provenceweb.fr/f/alaupro/draix/draix.htm

http://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/04-Alpes-de-Haute-Provence/4072-Draix/134040-EgliseSaint-Pons

Le lavoir et son eau potable

Encore une belle randonnée en ce début de printemps, la neige a déjà bien fondue et permet donc des balades en altitude et les copains randonneurs adorent ça !

La sécheresse sévit déjà dans les Alpes de Haute-Provence, notre milieu naturel est un patrimoine fragile que chacun doit protéger et respecter. Adopter quelques règles simples peut permettre à tous les promeneurs de devenir de parfaits éco-citoyens.

76 – Le Gourras – Le Trainon – L Oppidum de Dromon (04)

Mars 2019

Une magnifique randonnée de 17 km pour 900 m de dénivelé cumulé au départ de St Geniez parking devant le restaurant.

Monter directement vers le Pas de l’Echelle mais au premier virage en épingle prendre le petit chemin qui grimpe vers une barre rocheuse puis la longer vers l’ouest pour atteindre progressivement le sommet du Gourras à 1350 m d’alt. Redescendre à vue et passer le Pas de l’Echelle pour redescendre par la piste coté nord jusqu’au deuxième virage ou un panneau indique « La Pène », virer à droite et emprunter la piste de gauche qui monte progressivement vers Eygrières (ruines). Petit à petit le sentier devient herbeux, pas toujours facile à suivre et parvient au pied des alpages ou il suffit de monter à vue vers le sommet pour longer la crête et parvenir au sommet du Trainon à 1654 m d’altitude. Continuer à longer la crête vers l’Est pour redescendre vers le sud (itinéraire du retour balisé PR). Avant d’atteindre « Les Rayes », virer à droite pour aller vers  » Les Traverses » une propriété privée qu’il faudra contourner pour redescendre par la piste vers la D 3. Poursuivre sur la route sur 300 m environ puis emprunter un petit sentier qui descend vers le ravin du Colombier et Chabert. La balise se trouve derrière la glissière de sécurité. Suivre l’itinéraire indiqué pour atteindre la Chapelle de Dromon et ensuite grimper par un petit sentier caillouteux jusqu’à l Oppidum de Dromon ou une vue magnifique vous attend !

Redescendre prudemment vers la chapelle et suivre l’itinéraire balisé du retour vers Saint Geniez.

Cliquer pour agrandir les photos
cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=ENUq8qpSp2&pass=f5f7d

Atteindre la barre rocheuse pour grimper sur la crête du Gourras à 1350 m d’alt.

grimper à vue et longer la crête vers le sommet du Gourras.

La vue sur le Trainon du haut du Gourras

St Geniez en contre bas

La descente à vue vers le Pas de l’Echelle

La montée en foret vers le Trainon face nord

Arrivée à Eygrières (ruines)

On peut y voir au loin le Pic de Bure

Montée à vue vers la crête du Trainon

dans le rétro

La vue sur le Gourras

Arrivée en crête, la vue est ma-gni-fi-que !

Le sommet en vue

Le sommet du Trainon à 1654 m d’alt.

Le Gourras et la crête de la montagne de Gache

Les Monges encore sous la neige

La descente coté sud

On peut voir en contre bas le rocher de Dromon et sa chapelle

En contre bas de la route derrière la glissière de sécurité, ne pas louper le petit sentier qui descend vers le ravin du Colombier

Cliquer sur le lien pour plus d’informations

https://www.tourisme-alpes-haute-provence.com/patrimoine-culturel/saint-geniez/apidae-chapelle-et-crypte-de-dromon-864071/

Puis grimper vers le sommet de l’Oppidum de Dromont à 1285 m d alt.

Arrivée au sommet de l’Oppidum

cliquer sur le lien pour en savoir plus

http://messagesdelanature.ek.la/theopolis-la-cite-disparue-p552410

La vue du sommet

Le trainon vu du sommet de l Oppidum

Le Gourras, le Pas de l’Echelle et St Geniez vus de l’Oppidum

Retour à St Geniez

Le Trainon est un modeste sommet mais il offre des vues magnifiques sur les Ecrins et les Préalpes de Digne. Les Copains randonneurs ont beaucoup aimé cette randonnée surtout que le beau soleil des Alpes de Haute-Provence était au RDV. Mais hélas le manque d’eau commence à se faire sentir, les alpages sont bien secs….

– Retour à la Montagne de Beynes

Mars 2019

Cette magnifique randonnée a déjà été réalisée l’année dernière (n°32) coté sud aussi cette année elle sera effectuée coté nord : 17 km pour 930 m de dénivelé environ

Départ sous le beau village de Beynes, en effet le parking est réservé aux résidents mais hélas il y a peu de place possible au bord de la route.

L’itinéraire est très bien balisé PR. La montée se fait par le sommet du Suy jusqu’à la cote 1403 ensuite il suffit de suivre la crête jusqu’à la Croix de Beynes puis rejoindre la crête en face jusqu’au sommet à 1600 m d’altitude soit à 8,5 km du départ.

La descente est raide et sans réel sentier jusqu’au Pas du Baou à la cote 1310. Continuer ensuite sur un chemin assez caillouteux jusqu’au carrefour qui mène à l’abri des Combes ou une petite pause est la bienvenue. Redescendre par le sentier qui mène aux Quatre Chemins , prendre la direction du Haut Vériscle et à la cote 843 bifurquer en direction de Beynes. A la cote 788, prendre le petit chemin de gauche qui se dirige vers des ruines et qui rejoint la belle église du village puis redescendre par des escaliers vers le parking du village pour regagner le point de départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=MZR4tFzvqA&pass=240e6

Départ de la randonnée, traverser le village par ses petites ruelles

Arrivée en crête, on peut apercevoir Le Couard, la Barre des Dourbes, Le Cheval Blanc et plus loin encore L’Estrop

La Croix de Beynes à 1553 m d’altitude

Une vue magnifique

La longue ascension jusqu’au sommet

Au sommet à 1601 m d’altitude

Panorama grandiose au sommet

Puis la descente par le Pas du Baou

L’abri des Combes : très bien entretenu, un lieu de repos pour le randonneur. Sa cour ensoleillée est à l’abri du vent .

Au retour, petit passage en foret

dans le rétro : La montagne de Beynes

Retour vers Beynes et son rocher

Les dents de Beynes ?

Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Martin de Beynes

Son lavoir

Une boite aux lettres occupée !

Une magnifique randonnée à faire avant le début des chaleurs car coté sud, le soleil cogne fort. J’ai préféré réaliser cette balade par le coté nord car la montée se fait en foret et l’ascension est plus douce mais la descente est plus périlleuse !

75 – Le tour de Moustiers Sainte-Marie(04)

Mars 2019

Une magnifique randonnée très variée de 17 km pour 880 m de dénivelé cumulé au départ du parking près de la chapelle Ste Anne. La balade est très bien balisée

Du parking suivre les indications, monter directement à Notre Dame de Beauvoir, puis à la grotte de Sainte-Madeleine pour redescendre vers la cascade du riou et le pont romain. Prendre le sentier à droite qui grimpe vers l’Automnée puis virer à droite direction Mirelous. Au carrefour, prendre le sentier qui descend vers Vincel jusqu’au camping Le Montdenier. Suivre la route sur deux cents mètres environ puis virer à droite juste en face de l école de parapente L Oasis. Suivre un petit chemin jusqu’à la cote 932 puis remonter à gauche pour retrouver la piste PR jusqu’à Pierrefeu. Au carrefour de la baisse de Courchon prendre la direction du ravin de Notre-Dame puis suivre le sentier de la chaîne assez technique jusqu’à descendre par un sentier très caillouteux et glissant jusqu’à la chaîne à 850 m d’altitude. La vue sur Notre-Dame de Beauvoir en contre-bas est magnifique. Vertigineux s’abstenir. Remonter le sentier jusqu’au carrefour puis redescendre par un chemin très caillouteux jusqu’à la voie romaine pour regagner la chapelle Ste-Anne. Suivre ensuite les indications qui mènent jusqu’au Belvédère du Tréguier et sa magnifique vue sur le lac de Sainte-Croix, retour par le même itinéraire pour regagner le parking du départ.

cliquez pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser le tracé ou télécharger la trace GPX

https://www.visugpx.com/?valid=wG9qAEWldY&pass=3f42f

Moustiers Sainte Marie 700 habitants mais bien plus l’été est un petit village perché typiquement provençal classé plus beau village de France, station verte, et village Fleuri 3*. Aux portes du Grand Canyon du Verdon, à 634 m d’altitude construit en amphithéâtre au creux des collines provençales Moustiers Sainte Marie bénéficie d’un environnement exceptionnel où se côtoient lacs montagnes et champs de lavande, avec notamment l’immense lac de Sainte-Croix .

 Moustiers est célèbre aujourd’hui pour avoir su conserver certains de ses savoir-faire ancestraux dont sa faïence, réputée mondialement. 

On grimpe un bel escalier de pierre pour atteindre le sanctuaire de Notre-Dame-de-Beauvoir qui s’appelait autrefois Notre-Dame-d’Entreroches.
Avec ses 262 marches le chemin de croix grimpe à travers la colline. Depuis 1860 il comporte 14 stations décorées plus tard de faïence. 

Une calade permet d’y accéder en passant de l’altitude de 650 m dans le village à 830 m devant la chapelle. 
La chapelle construite à la fin de XIIe siècle Ce n’est qu’après son agrandissement en 1535 qu’elle changeât de nom pour s’appeler Notre Dame de Beauvoir. 

Le début du chemin se trouve à quelques pas des parkings. Il faut passer une ancienne porte. Au fur à mesure de la montée vous apercevrez de jolis paysages du village, des rochers, de l’étoile et du lac de Sainte Croix. 

cliquer sur le lien

http://chapelles.provence.free.fr/moustiersnddebeauvoir.html

Le sentier caillouteux qui mène à la grotte de Ste madeleine

La grotte de Ste Madeleine

Après la visite de la grotte, continuer la descente vers le village

La porte du Riou

Le pont romain

La cascade du riou à sec !

Au carrefour, prendre direction L Automnée

A l’Automnée prendre la direction de Mirelous

A Mirelous prendre la direction de Vincel

Sur le plateau, la végétation est plus rare, les terres sont arides

En contre bas de Mirelous, le riou s’écoule

Lieu idéale pour une pause

La ferme de Vincel

A la ferme de Vincel prendre la direction du camping du Montdenier

Au camping du Montdenier, prendre la direction du parking de la plaine

Prendre le petit sentier juste en face de l’école de parapente

brutalement, la végétation change et nous entrons dans une foret

Les chenilles processionnaires sont déjà réveillées !

Au ravin de Notre-dame, prendre la direction du sentier de la chaine

La montée est raide et demande un peu d’escalade

le sentier caillouteux descend brutalement vers la chaîne , 300 m d’attention pour éviter la glissade !

La chaîne a 850 m d’altitude

Notre Dame de Beauvoir vue d’en haut de la chaîne

Une étoile guide le visiteur de jour comme de nuit. Portée par une chaîne de 135 mètres de long dressée entre deux rochers, l’astre à 10 branches de Moustiers-Sainte-Marie n’a toujours pas révélé ses mystères… celui ou celle qui touche la chaîne verra son vœu réalisé !

cliquer sur le lien

https://www.jaimemonpatrimoine.fr/fr/module/81/1571/l-etoile-mysterieuse-de-moustiers

L’étoile a un diamètre de 80 cm et la chaîne pèse plus de 400 kg.

On peut apercevoir malgrè la brume, le lac de Sainte-Croix

redescendre par un sentier très glissant et caillouteux vers le chemin de Courchon

A la voix romaine, prendre la direction de Moustiers

la belle voie romaine

dépasser une belle oliveraie

de retour devant le parking de départ, prendre la direction du Belvédère de Tréguier

La chapelle sainte-Anne

A l’intérieur de la chapelle

le sentier plat du départ devient vite rocailleux : environ 2 km pour 100 m de dénivelé

Le belvédère de Tréguier

Du belvédère, une jolie vue sur le lac de Sainte-Croix

Le tour de Moustiers est une magnifique randonnée très diversifiée dans sa végétation et ses paysages. A faire de préférence en début de printemps car sur le plateau la chaleur de l’été est écrasante.

randonnée déconseillée aux personnes qui souffre du vertige

74 – Le Massif de la Ste Baume (13)

février 2019

Une magnifique randonnée diversifiée de 16 km pour 700 m environ de Dénivelé cumulé au départ d’un parking proche de l’hôtellerie de la Ste Baume. A signaler aucune indication en crête si ce n’est les balises GR et PR…..dommage.

Du parking, suivre la piste qui part à droite vers l’hôtellerie de la Ste Baume puis encore à droite pour emprunter le GR 9 et le chemin du canapé qui grimpe vers la grotte de Ste Marie-Madeleine.

Après avoir visiter la grotte, redescendre au premier carrefour, prendre le sentier qui monte vers la Chapelle des Parisiens. Continuer l’ascension jusqu’au col du St Pilon à 953 m d’alt. A droite le GR 98 mène à la chapelle du St Pilon récemment restauré à 1000 m d’alt environ. Revenir au col du St Pilon pour continuer par le GR 9 jusqu’au Bau des Oiseaux, le Faux Jouc de l’Aigle et grimper au Belvédère de la Croix de Béguine à 1148 m d’altitude. Continuer à suivre le GR 9 jusqu’au Pas de Villecroze puis jusqu’au Pas de L’Ai. Trouver un petit sentier qui descend dans les rochers pour atteindre le Bau de St Cassien. Ensuite suivre le chemin caillouteux qui descend assez sèchement jusqu’ au sentier Merveilleux et poursuivre au milieu de la foret exceptionnelle de la Ste Baume jusqu’au parking de départ.

Cliquer sur le lien pour visualiser le tracé ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=qjLxxOjtNh&pass=f3400

 Deux chemins permettent d’atteindre le sanctuaire : le Sentier du Canapé en partant de l’Hôtellerie de la Sainte-Baume et le Chemin des Roys en partant des Trois Chênes. Les deux itinéraires se rejoignent à l’oratoire du point 860 pour aller chercher l’escalier qui conduit à la grotte. Ici le sentier du canapé qui monte en espaliers

Premier oratoire

Deuxième oratoire

Les 150 marches pour accéder à la chapelle de Ste Marie-Madeleine

on peut distinguer la paroi abrupte de la barre rocheuse de la Ste baume

L’ entrée du sanctuaire