Archives mensuelles : mai 2019

84 – Les Gorges de Vaumale et les grottes de Bérigoule(84)

Mai 2019

Une magnifique randonnée au environ de Murs, un peu technique pour les gorges de Vaumale de 15 km pour 500 m de dénivelé environ au départ du parking qui se trouve juste en face du sentier qui descend aux Gorges

Prendre le sentier caillouteux juste en face du parking, au premier carrefour emprunter le petit chemin à gauche qui descend dans les gorges. Les suivre sur 4 km environ. Des mains courantes, des câbles, des marches pieds et des cordes aident à la progression dans ces gorges étroites. A la sortie de ces gorges, prendre la direction de « La Débroussède ». Traverser la route et prendre un chemin direction la combe de « la Roquette ». Puis longer la route à gauche sur une centaine de mètres, suivre le balisage PR. Virer à droite, passer devant une habitation en cours de restauration, continuer le sentier jusqu’au carrefour. Prendre la direction de Bérigoule, puis prendre au petit cairn le petit chemin qui grimpe dans la foret pour rejoindre les grottes de Bérigoules. Après avoir visité les grottes, redescendre par le même chemin, reprendre le PR et poursuivre jusqu’à rejoindre « le Jas de Laurent » puis « Les Sautarels » puis prendre la direction « Des Calamels », bifurquer à droite par le GR pour descendre sur une piste caillouteuse qui rejoint une ancienne route Direction « Vaumale ». Traverser la D 4 et prendre en face un petit sentier qui ramène au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/AxF8o7FGY8

Tout d’abord il s’agit d’une remontée de lit de torrent à sec tout ce qu’il y a de plus facile, hormis les galets qui roulent sous les pieds

Les Gorges de Vaumales sont des gorges étroites, profondes avec quelques passages de petite escalade facile avec câbles et  mains courantes, marches pieds, cordes….facile par temps bien sec, par contre si la roche est humide, la vigilance sera de mise, et bien entendu une rando à exclure si le temps est à l’orage, ou dans le cas où dès le départ le niveau de l’eau dans le lit du torrent est élevé.

très étroites par endroit

des cairns ça et là pour orienter le randonneur mais il suffit de suivre le lit de la rivière

Un dolmen pointe le bout de son nez dans l’épaisse végétation

Ici une cheminée…

des cavités remplies d’eau forment des petites marmites

 De gros blocs coincés dans les goulets forment des bouchons, des barreaux scellés dans les parois permettent un passage facile

La sortie des gorges

a la soertie des gorges, prendre la direction  » La Débroussède »

Puis direction  » Combe de la Roquette »

Puis prendre la direction » La grande Blaque »

Les Grottes de Bérigoule forment un vaste et profond réseau de galeries dans un affleurement calcaire au nord du village. Depuis 1540 en effet, les seigneurs et évêques de Provence ont entamé une guerre contre les vaudois du Luberon, considérés comme hérétiques. En avril 1545, vingt-deux villages dont Mérindol et Cabrières d’Avignon seront incendiés. Fuyant les massacres de Cabrières et de Lacoste, vingt-cinq femmes et enfants vaudois fuient vers Murs, où la population est depuis longtemps acquise aux vaudois, le curé lui-même s’est déclaré vaudois et la ferme de la Bérarde abrite depuis le XVème siècle la famille Serre, grande famille vaudoise. Ils trouvent refuge dans les grottes de Bérigoule, au nord du village. Dans la semaine du 20 au 27 avril, le capitaine Mormoiron, représentant du vice-légat du pape à Avignon, apprend la présence de vaudois dans les grottes de Murs. Devant l’entrée des grottes, il ordonne des décharges de mousquets, mais personne ne sort. Il allume alors un feu pour enfumer les pillards qui mourront tous étouffés. Leur mission accomplie, les soldats de Mormoiron quitteront le village non sans avoir décimé les troupeaux paissant autour du village. En représailles, les habitants de Murs, multiplieront les attaques contre les catholiques à Malaucène, Carpentras, Joucas et ce jusqu’à la fin des guerres de religion en 1595.

Les grottes de Bérigoule sont au nombre de cinq.

Attention, le haut de cette grotte est prête à effondrée…

Prendre la direction  » Les sautarels »

Le PR longe des anciens murs de pierre

En redescendant pour rejoindre le parking du départ, on peut apercevoir au loin la falaise de la Madeleine à Lioux

Arrivé à la route D 4, prendre en face le petit sentier qui descend vers le parking du départ

une magnifique randonnée fort appréciée par les copains randonneurs, sur que nous y reviendrons…

A EVITER APRES DES FORTES PLUIES, ORAGE ETC….

83 – retour au Grand Marges par le sentier de l’Illoire

Mai 2019

retour vers le Grand Marges mais cette fois-ci le retour se fera par le sentier de l’Illoire. Une randonnée de 17 km pour 1100 m de D environ au départ du parking en face du camping de l’Aigle.

Le départ est assez raide, très bien balisé, donc suivre jusqu’au sommet à 1576 m puis redescendre par le GR, traverser le Pas de Garimbau puis la Petite Foret pour traverser la route D 71 à 957 m d’alt. Longer la route sur une centaine de mètres et prendre le sentier qui part au niveau du virage en épingle. Il reste quelques anciennes balises PR à suivre ou quelques cairns indiquent la bonne direction. Le sentier alterne les passages en foret, les sentiers caillouteux, pierriers et passages en corniche. un seul passage assez aérien au départ du ravin de Vaumale, des mains courantes et cordes aident à la progression. Vertigineux s’abstenir

Puis le sentier grimpe brutalement pour rejoindre le Col de l’Illoire. Un belvédère permet d’admirer les Gorges du Verdon. Remonter légèrement la route et trouver sur la droite un petit sentier qui descend sèchement, traverse la route en lacet, puis emprunter à nouveau le chemin qui ramène à Aiguines, longer la Chapelle St Pierre et rejoindre le parking du départ par la route.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/LWh7SJA1X8

Le camping de l’Aigle à Aiguines

Au fur et à mesure de notre ascension, la vue se dégage sur le lac de Ste Croix

Pause petit-déjeuner pour les copains randonneurs

on peut apercevoir la route D 71

Les crêtes du Montdenier, le Pavillon, le Chiran, Le grand Mourre, le Mourre de Chanier

Le Clot de La Glacière

La montée vers le sommet

Les gorges du Verdon vues du sommet

Le sommet à 1576 m d’altitude

Le terrain militaire de Canjuers

Le Pas de Garimbau

Passage agréable au milieu de La Petite Foret

On rejoint la route et au premier virage en épingle, prendre le sentier de l’Illoire

de nombreux pierriers sont à traverser

des cairns indiquent la bonne direction

Quelques passages encore assez humides

Quelques passages acrobatiques à franchir

Passage dans les pierriers : attention les chevilles !

Ne pas avoir le vertige, sinon s’abstenir…

Passage avec câbles et cordes mais quel joli panorama !

Le Verdon et ses eaux turquoises

La remontée vers le Col de l’Illoire

Le Col de l’Illoire

Le Belvédère du Col de l’Illoire

Le lac vu du Belvédère

Une aire de repos, de méditation devant ce joli spectacle

Une bien belle journée pour une magnifique randonnée que les copains randonneurs ont fort appréciée….

82 – Les Gorges de La Nesque (84)

mai 2019

Une magnifique randonnée de 16 km pour 730 m de dénivelé environ au départ du parking du Plan d’eau Le Bourget à Monieux. Le signal GPS se perd au fond des gorges mais la randonnée est très bien balisée.

Du parking, remonter vers Monieux pour une petite visite de ce beau village puis emprunter les escaliers ( chemin des chapelles) pour grimper jusqu’à la Tour de Guet et la chapelle St André. Revenir sur ses pas jusqu’au prochain carrefour, puis prendre la direction  » la chapelle St Michel ». Le GR 9 monte régulièrement sur 5 km environ pour redescendre sur la D942. La traverser et continuer à descendre par le GR ( attention les rochers sont patinés par le passage des nombreux randonneurs) jusqu’à atteindre au fond la chapelle St Michel. Juste après, traverser La Nesque à gué et remonter par le sentier qui longe la paroi des hauts rochers puis prendre direction  » La Peisse » par le GR ou par un petit sentier qui le rejoint un peu plus haut pour rejoindre le Champ de Sicaude. Virer à gauche, suivre le chemin « des Barberis ». A la prochaine intersection, continuer tout droit par un sentier qui mène à un ancien panneau « propriété privée « , des aiguiers + impluvum sur la droite méritent une petite halte. Continuer le petit sentier jusqu’à un belvédère qui permet d’admirer le Rocher du Cire. Attention vertigineux s’abstenir. En face , on peut apercevoir le Belvédère du Castelleras . Revenir sur ses pas jusqu’au carrefour de « La Peisse » ensuite continuer par le GR pour revenir au parking de départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/hXURurXp77

Le plan d’eau Le Bourget à Monieux

on peut apercevoir au loin au-dessus des rochers : La tour de gué ou nous allons grimper

Le portail Meunier

L’église St Pierre

A l’intérieur de l’église

Oeuvre d’art-fontaine au belvédère en face de l’église

Emprunter l’escalier à coté de l’oratoire

Puis prendre le sentier des chapelles

La vue d’une ancienne tour des remparts du chateau

au premier carrefour, prendre direction chapelle St André

Petit à petit la Tour de Gué se dévoile

La chapelle St André n’est plus qu’une ruine

La Tour de Gué

Dans le rétro : le beau village de Monieux et sa Tour de Gué

Deux bories jumelées au bord du GR

Le GR grimpe régulièrement…

Traverser la D 942 et descendre dans les gorges : direction chapelle St Michel

Le panorama magnifique qui se présente à nous..

au fur et à mesure de notre descente, notre admiration ne fait que grandir…

Attention, les rochers sont patinés par le passage des nombreux randonneurs

Le sentier passe sous les falaises

Ne dirait-on pas un visage ?

De nombreuses baumes dans les gorges

La chapelle St Michel au fond des gorges

L’intérieur de la chapelle St Michel

La chapelle est semi troglodyte

Passage à gué de La Nesque

La Nesque prend sa source près d’Aurel, sur le flanc est du mont Ventoux à une altitude d’environ 715 mètres. Elle coule d’abord vers le sud-ouest jusqu’à Venasque en passant par Sault. Auparavant, elle alimente à Monieux le plan d’eau privé du grand Vallat et le lac de la commune, puis creuse des gorges : les gorges de la Nesque, qu’elle parcourt sur environ 25 kilomètres. Quittant la montagne, elle prend la direction est-ouest, traverse les communes de Méthamisen passant au pied du bourg, BlauvacMalemort-du-comtatVenasqueSaint Didier et Pernes-les-Fontaines. Après cette ville et après avoir parcouru 53,3 kilomètres1, elle se jette sur le rive droite la sorgue de Velleron, à 150 m en aval du Pont de Capelly, près d’Althen-des-Paluds2.

Après avoir traverser la Nesque, emprunter le GR qui grimpe

Le panorama est grandiose…une autre groupe de randonneurs en haut de la crête

Le géant de Provence se laisse apercevoir

Nous avons quitté le GR pour prendre un sentier plus frais

arrivé au Champ de Sicaude, virer à gauche direction « chemin de Barberis »

Des aiguiers et impluviums après avoir quitté leGR

Le Rocher du Cire vu du belvédère

  • La légende du Rocher du Cire

Dans Calendal le grand poème épique à la gloire de la Provence publié en 1867 Frédéric Mistral décrit l’aventure audacieuse suivante :

Le jeune héros Calendal pour montrer sa bravoure et sa force à sa bien-aimée, la fée Esterelle, se porte dans la Nesque pour y dénicher les abeilles installées dans l’inaccessible Rocher du Cire et y dérober – à ses risques et périls – le miel et la cire amoncelés !

Calendal et son compagnon découvrent dans la paroi des dizaines d’essaims en activité, qu’ils vont étouffer à la faveur de la nuit pour piller miel et cire ; mais au petit jour, ils sont assaillis par des nuages d’abeilles : ils arrivent cependant à regagner la crête pour « respirer l’air des montagnes et des bruyères »;

Au retour de Calendal, Esterelle, furieuse, le traite de destructeur de la nature, mais elle finit par pardonner à Calendal : « Va donc en paix ! Et à la longue, si tu retournes homme et gentilhomme, je te dirai s’il était doux le miel que tu m’as apporté… » (Calendal, chant VII, traduction de Frédéric Mistral )

Attention, la roche est glissante au niveau du belvédère mais la vue est magnifique !

Le belvédère

En face , on peut apercevoir le belvédère du Castelleras

Le belvédère du Castellaras a été spécialement aménagé pour recevoir une stèle dédiée à Mistral. Dans le bloc de roche sont gravés les vers mémorables en provençal :

« Aquelo Nesco s’encafourno Dins uno combo arèbro et sourno… »

Ainsi le promeneur, plongeant son regard vers la gorge âpre et sombre puis remontant vers la silhouette du rocher inviolé, peut rêver au jeune Calendal luttant avec les essaims pour briller aux yeux de sa dame..(Source Les Gorges de la Nesque, Alpes de Lumière)

La stèle du Castelleras

Sur le chemin du retour, de nouveau on peut apercevoir le Mont Ventoux

au carrefour de La Peisse, prendre direction Monieux

La végétation luxuriante grâce à la Nesque

le sentier du retour est aussi agréable

retour au plan d’eau du Bourget : un bel étang pour pique-niquer, se promener. Un espace détente équipé d’un snack bar

https://www.provenceguide.com/patrimoines-naturels/mont-ventoux/plan-deau-de-monieux/provence-4598360-1.html

Après les gorges du Verdon, les gorges de la Nesque sont les plus spectaculaires de Provence. Ce canyon grandiose et sauvage d’environ 12 kilomètres creusé par la Nesque et dépassant 400 mètres de profondeur par endroit.

Empruntez ce superbe itinéraire et vous comprendrez pourquoi l’UNESCO a classé les gorges de la Nesque « Réserve de Biosphère ».