Archives mensuelles : novembre 2018

61 – Grambois et les ruines des Templiers (84)

Fin novembre 2018

Une rando cool de 13 km pour 300 m de Dénivelé

Départ du parking de Grambois, prendre la route D 122 qui part vers l’Est sur 500 m puis continuer tout droit route de Mirabeau D 33 sur 400 m environ. Entre deux habitations prendre le premier sentier qui monte, puis bifurquer vers la gauche . Poursuivre sur 1 km, gagner une petite route à traverser pour contourner « le Jas de Bertet ».

Après le Jas, virer à droite sur l’ancienne route qui se transforme petit à petit en piste avant d’atteindre « Les Chabuis » , sa boite aux lettres rustique, continuer sur la piste jusqu’au domaine  » regarde moi-venir « , prendre de suite le petit sentier qui mène à l’arrière de la première habitation. Passer devant l’enclos des  chevaux et poney, monter régulièrement jusqu’aux ruines des Templiers par un chemin caillouteux à peine visible. Il faudra fouiller un peu pour pouvoir trouver les vestiges d’un passé oublié, les broussailles ont envahi les ruines.

Redescendre par un sentier bien visible cette fois-ci jusque « Le Destel » un petit hameau avec son lavoir en cours de restauration et sa fontaine. Continuer sur la petite route jusqu’au panneau baliseur et prendre à gauche le sentier d’exploitation qui traverse des champs. On passe à bonne distance du château de Saint-Léger devenu colonie de vacances. Ensuite bifurquer à droite pour traverser la route D 122 et rejoindre « la crête de la Sarrière » juste en face. 

Le sentier forestier part vers l’ouest, direction Grambois, longe une ancienne carrière et un four à chaux protégé par une épaisse grille. Endroit propice à la pause casse-croûte car ensoleillé.

Continuer sur ce sentier jusqu’à atteindre une piste qui devient route et descendre vers « le Coq » petit hameau puis traverser par deux reprises l’Eze, une petite rivière. Remonter le chemin qui mène à la fontaine de Fonteverane  puis prendre les escaliers pour atteindre l’ imposant et majestueux chêne plusieurs fois centenaire. La visite du beau village de Grambois s’impose avant le retour au point de départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

Piste-REGARDE MOI VENIR   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Insérez votre description formatée ici

Vue sur le grand Luberon, on peut distinguer l’antenne du Mourre Nègre (1125 m)

Passage devant une ruine : une ancienne exploitation agricole ?

Une enseigne à l’approche du Jas de Bertet

rencontre avec un troupeau de moutons et de biquettes 

trop curieuses les biquettes !

très rustique la boite aux lettres et sa sonnette

Passage devant « Les Chabuis »

Bifurquer vers le sentier à droite qui monte derrière la première habitation du domaine de  » Regarde moi venir »

Un poney barre le chemin

La montée vers les ruines des templiers est raide

dans le rétro

raide mais régulière

Les ruines des Templiers se cachent au milieu des broussailles

Le lieu est privé et dangereux donc attention.

Après quelques recherches, ces ruines ne seraient que des vestiges d’une ancienne maladerie de Sainte- Madeleine : lieu ou l’on isolait les lépreux 

Joli sentier qui mène au Destel

Arrivée au Destel (petit hameau) avec son lavoir en cour de restauration et sa fontaine

prendre la direction Les Prats des Vallats

Prendre direction Grambois par le chemin d’exploitation qui court entre les champs et les vignes

Passage derrière St Leger devenu colonie de vacances

Au niveau des ronces et roseaux, virer à droite pour traverser la route et atteindre la crête de la Sarrière

Le chemin forestier de la Sarrière

Ancien four à chaux

Passage sur l’Eze

Les pluies des jours précédent ont augmenté le débit de l’Eze

Chemin caladé avant d’arriver à Grambois

La fontaine de Fontverane

L’immense et majestueux chêne plusieurs fois centenaire

Difficile à photographier en totalité !!

Visite du beau village de Grambois   https://www.provenceweb.fr/f/vaucluse/grambois/grambois.htm

ses ruelles

L’église et la fontaine de Bartavelle ou le  cinéaste Yves Robert tourna deux scènes de son film « La gloire de mon père » d’après l’oeuvre de Marcel Pagnol : la partie de pétanque et le retour de la fameuse chasse aux bartavelles. Depuis la fontaine est baptisée « Fontaine des Bartavelles »

En décembre et Janvier on peut admirer la crèche et les santons de Pierre Graille.

Il a réalisé la crèche du village de Grambois, exposée chaque année à Noël, dont les santons, faits avec une argile qu’il allait chercher lui-même dans la pinède ont la particularité d’être les portraits des habitants du village, dans leurs costumes traditionnels, caractéristiques de leur métier.  

 La crèche est exposée dans l’église Notre Dame de Beauvoir  . L’église romane dont la partie la plus ancienne date du XIème …

 

Profitons des randonnées d’automne pour visiter les nombreux petits villages perchés qui font la richesse de notre région. Les copains randonneurs se font une joie de vous les faire partager

 

 

 

 

 

 

 

60 – Viens et sa dalle à empreintes (84)

Novembre 2018

une randonnée automnale de 18 km pour 550 m de D environ aux alentours de Viens joli petit village perché à 610 m d’altitude.

Départ parking proche de La Tour de L Horloge au centre du hameau. Prendre de suite la D 33 route de Banon jusqu’au belvédère avec sa jolie vue sur les montagnes ( Le Mont Ventoux, la Montagne de Lure etc ) Juste en face sur la gauche, quelques escaliers en pierre grimpent vers « Le travers de Piéroux ». Ignorer toutes les traverses, continuer tout droit jusqu’ à longer St Laurent (petit hameau) 

Traverser la route et prendre juste en face un sentier qui descend jusqu’à St Amas (petit hameau) puis reprendre le GR qui mène à L’Ubac de Pradenques. Empreinter à nouveau la route et quelques cent mètres sur la gauche, prendre un sentier qui permet de couper le virage et de suite en bas du carrefour, trouver sur la gauche un petit sentier discret qui descend dans la foret, et reprendre le GR jusqu’à regagner une piste mais quelques mètres avant chercher un petit sentier discret sur la droite qui monte assez sèchement jusqu’à rejoindre la route.

Poursuivre sur la route sur cent mètres environ et prendre la piste à droite qui mène à la réserve naturelle géologique du Luberon ou on peut apercevoir sur la droite « la Dalle à empreintes » de mammifères d’il y a quelques 30 millions d’années. Continuer la piste GR, à la cote 618 au virage,prendre tout droit par un petit sentier qui mène à « La Suaude ». Traverser la D 33 et reprendre en face le GR jusqu’ aux ruines de Piémayon puis descendre par une piste caillouteuse jusqu à la route D 115.

Nous avions pris un sentier juste en face pour traverser le Calavon et éviter la route du retour sur Viens mais hélas les pluies des jours précédents ont considérablement augmenté le niveau de l’eau aussi nous avons été obligés de faire demi-tour

Prendre la route D 115 qui est aussi le GR jusqu’à Viens. Attention à 1 km avant l’arrivée, le GR quitte la route , repart sur la droite et monte régulièrement jusque derrière le cimetière. Une visite du beau village de Viens s’impose pour regagner ensuite le parking du départ.

Piste Viens 2018   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Insérez votre description formatée ici

La jolie vue du belvédère près du chateau

Le brouillard matinal est en train de se dissiper…

Petit sentier pierreux du départ

Petit à petit nous sommes au-dessus des nuages

le soleil joue avec les arbres

Après St Laurent, prendre la direction St Amas

Le petit hameau de St Amas. Le soleil a disparu et a laissé place au brouillard…..

A St Amas prendre la direction de l Ubac de Pradenques.

Sentier raviné par la pluie dans la foret de l’Ubac

Le brouillard est toujours présent….

La dalle à empreintes de mammifères d’ il y a quelques 30 millions d’années http://www.parcduluberon.fr/geosite/dalle-empreintes-viens/

Une empreinte

Est-ce vraiment une empreinte de mammifère ??

Arrivé à la Suaude, prendre la direction de Pièmayon

C’est la saison des champignons !

Les ruines de l’ancien hameau Pièmayon

Le brouillard nous a quittés !!!

Après les ruines de Pièmayon prendre la direction de La Chapelle St Férréol

La piste caillouteuse qui descend vers la chapelle St Férréol

Au loin on peut apercevoir les Gorges d’Oppedette

Le Calavon est en colère et impossible à traverser, nous avons donc fait demi-tour

La chapelle St Férréol

Un petit retour en arrière, en 1979, la Chapelle n’est plus qu’une ruine dans laquelle poussent arbres et buissons. Elle a pu renaître, tout d’abord,  grâce à la mobilisation en 1988 de l’association des Amis de Viens,  grâce  à de courageux bénévoles qui ont pu avec  l’autorisation de la mairie,  propriétaire des bâtiments délabrés, déblayer le site.  Un premier pas était fait.

http://chapelles.provence.free.fr/viensstferreol.html

A la chapelle prendre la direction de Viens

En remontant le GR on peut apercevoir le beau village de Viens

Le GR quitte la route et grimpe régulièrement vers le village

Le GR longe le cimetière avant d’arriver au village

La chapelle St-Hilaire https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/clocher-de-l-eglise-paroissiale-saint-hilaire-a-viens

Le portail et la tour de l’horloge : Entrée principale de Viens, accessible aux attelages, a longtemps été appelée Porte Neuve, puis Portail, Beffroi.
Le monument est étagé : base romane, partie supérieure, et enfin XVIe siècle.

La herse en assomoir et l’emplacement de la bouche à feu sont à remarquer.
La cloche est du XIVe siècle. Le mécanisme de l’horloge de 1862 et une seule aiguille.

Les ruelles de Viens

 

Le lavoir

Belle randonnée à réaliser un jour sans brouillard pour avoir la chance d’ apercevoir les Ocres de Rustrel, le beau village de Gignac….Une autre randonnée sera donc prévue pour visiter le Colorado Provençal à Rustrel.

 

59 – Le Haut-Montsalier – Le Vieux Redortiers – Le Vieux Banon (04)

Novembre 2018

Une longue randonnée d’hiver de 18 km pour 500 m de dénivelé cumulé environ

Départ du village de Banon parking du centre communal sportif : rejoindre la route pour prendre en face le premier chemin qui rejoint le GR de pays Tour de la montagne de Lure.

Suivre le GR jusqu’à la cote 831 pour rejoindre par un sentier Le Haut Montsalier village abandonné en ruines. Après avoir visité les vestiges d’une vie passée, emprunter le sentier qui court vers les anciens moulins à vent ( tours rondes )dont il ne reste aussi que des ruines ( propriété privée ).

Rejoindre le GR de pays, traverser la D 950 et continuer en passant devant le hameau  » Les Sartrons », rejoindre la D 5 et reprendre le GR qui descend à une centaine de mètres plus loin sur la droite. Arrivé en bas au carrefour, on peut apercevoir le sentier qui monte tout en haut vers Le Vieux Redortiers ancien village en ruines dont quelques murets sont en cours de restauration.

Après avoir visité les vestiges redescendre jusqu’au carrefour en bas et prendre le petit sentier qui part au milieu du virage en épingle, continuer toujours tout droit en passant devant « Les Courlines »(une campagne) devant « Les Brieux » (avec son terrain de tennis) continuer en face en longeant le ravin de la Riaille pour rejoindre la route D 950 après avoir passé devant « La Cabanette ».

Continuer sur la route pour rejoindre Banon ou emprunter en face la piste qui ramène aussi à Banon.

Profiter de la visite du beau village de Banon pour monter admirer le Vieux Banon plein de charme.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Piste Vieux redortier - Monsalier   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Insérez votre description formatée ici

En montant par le GR, la vue se dégage

au loin, on peut apercevoir les ruines du Haut-Montsalier

Le GR et ses couleurs d’automne

Le petit sentier pour accéder aux ruines

Au XVIe, le village compte 300 habitants. Au XVIIIe, les périodes troubles (guerres de religion) appartiennent au passé et la position défensive n’est plus aussi justifiée. D’autre facteurs comme la rareté de l’eau, la rudesse du climat et l’éloignement des voies de communication font que les Salimontains, descendent s’installer dans la plaine. Les archives municipales témoignent d’un regain d’activité de Montsalier à partir du XIXe, vers 1880 une école est construite, elle fermera en 1924 ! Pourtant au XXe siècle, le « déperchement » des villages s’accélère et le vieux village est délaissé au profit du hameau du Plan dans la vallée (l’actuel Montsalier), les maisons étant démantelées pour la construction des maisons d’en bas. ~

Ruelles en calades, maisons aux fondations médiévales, citernes, caves voûtées, aires de battage du blé, jardins en terrasse, cimetière, témoignent de l’ampleur du travail fourni par les anciens pour habiter ces rudes territoires.

Au bas du village, sur un col très venté, les trois moulins, encore en service en 1860, témoignent d’une vie agricole active .

rejoindre le GR

L’école du hameau Les Sartrons évoqué dans le film de Jean Giono Crésus en 1960 

En montant à Redortiers…magnifique hêtre

La montée est régulière

Le Vieux Redortiers : village en ruines. Certains murets sont en cours de restauration…

 Certaines ruelles sont encore caladées. On devine qu’une rue ceinture le village mais on ne peut en faire le tour sans risque. L’aire de battage, celle où l’on comptait autrefois les grains, a été partiellement restaurée.

Quelques bories se cachent au milieu des bois

Visite du Vieux Banon : Le village médiéval de Banon, situé au sommet du bourg, est délimité par les vestiges des remparts de l’ancien château. Le portail à mâchicoulis du XIVe siècle en constitue l’accès principal.

En montant…

Les ruelles caladées

Les Ruelles à arcade ajoutent du charme au village

La librairie très réputée Le Bleuet fondée en 1990  par Joël Gattefossé place Saint-Just à Banon

Les grands espaces ne (me) lassent jamais. Le plaisir simple et complet d’une journée de balade, en pleine nature, avec un groupe de copains souriants. Que demander de plus ?

58 – Le tour de Chenerilles (04)

Novembre 2018

Petite balade automnale au-dessus de Malijai : 12 km pour 450 de dénivelé environ

Départ petit parking après le virage en épingle sur la D 8 : la balade démarre aussitôt par une belle grimpette. Itinéraire très bien balisé, prendre la direction Col de Puimichel.

Au Col de Puimichel (811 m) prendre la direction de Chenerilles Eglise St Florent 4,5 km

Au hameau Les Bellois bifurquer vers un petit sentier qui descend sur la droite. Au loin on peut apercevoir sur son promontoire le village d’Espinouse.

Longer le ravin du Baus, de nombreuses cascadent s’y jettent.

Arrivée à Chenerilles, ancien hameau en ruines et sa chapelle restaurée : La chapelle St Florent

Trouver le sentier qui longe les ruines et descendre régulièrement ( attention descente un peu raide par moments ) pour retrouver le D 8 afin de rejoindre le parking point de départ.

http://hautesterresdeprovence.e-monsite.com/pages/villages-abandonnes/chenerilles.html

Cliquer sur les photos pour agrandir

Piste-CHENERILLES144716   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Insérez votre description formatée ici

Parking du départ après le virage en épingle

La montée vers le Col de Puimichel est régulière, petit à petit la vue se dégage…

Devant Le Château de Serre ou Les Bertrands qui n’est qu’une simple habitation avec une allée de cyprès

une rencontre

Suivre la direction du Col de Puimichel

On peut déjà apercevoir au loin la Chapelle St Florent et les ruines de Chenerilles

Au carrefour qui rejoint une petit route , à droite on peut voir au loin les panneaux photovoltaïques de Haut-Val. Bifurquer à gauche

Jolie vue

Au Col de Puimichel, prendre la direction de Chenerilles et Eglise St Florent

descendre par une piste boueuse vers Les Bellois

Au loin, le Cousson

Au Bellois, prendre le petit sentier à droite qui descend

les biquettes sont bien curieuses de nous voir passer

Continuer à descendre par le petit sentier jusqu’à la piste

Le sentier longe le ravin du Baus

Le ravin ou les nombreuses pluies des derniers jours ont entraîné des éboulements

Au loin, après le ravin, on peut distinguer le hameau d’Espinouse

la chapelle St Florent du XVI siècle restaurée en 2008

Les ruines de Chenerilles : vestiges de la commune de Chenerilles dont les habitants ont été anéantis par la peste en 1629

La descente pour retrouver la D 8, attention ça glisse, les galets roulent !

Suivre les nombreux cairns pour retrouver la route

 

Encore des moments très agréables entre copains randonneurs à la découverte  d’un passé oublié, d’anciennes habitations sous les couleurs d’automne….

57 – Le Vieux Noyers (04)

Novembre 2018

Une belle randonnée d’automne au-dessus de Noyers sur Jabron en allant du pas de l’Essaillon, au Vieux Noyer et à la chapelle Ste Claude : 16 km pour 700 m de dénivelé cumulé

Le départ se situe après Les Bastides au-dessus de Castel Bevons au croisement de 2 pistes.

L’Itinéraire est très bien balisé, prendre de suite la direction du Pas de l’Essaillon, la piste devient chemin au col de St Pensier puis continuer en foret jusqu’au Pas de L’Essaillon qui permet d’admirer La Pierre Impie, Le Roc de l’Aigle. Revenir sur ses pas et prendre la direction du Vieux Noyers. Le sentier en foret « monte et descend » sans arrêt jusqu’à la foret domaniale du Jabron ou on peut voir les ruines de la Chapelle St Bevons.

Redescendre vers le hameau  Le Durban composé de quelques habitations et d’une ferme, ensuite rejoindre la piste jusqu’à la cote 761 pour prendre à travers champ un petit sentier qui monte régulièrement jusqu’au Vieux Noyer.http://www.foulonjm.com/vieux-noyers-st-claude.html

Après la visite du vieux village, prendre la direction Nord vers la Chapelle Ste Claude en empruntant le GR 946, passer devant le hameau de Lauche ou se trouve la fontaine et son lavoir puis devant les ruines de Rivas, continuer à grimper jusqu’à La Chapelle de Ste Claude ou une pause casse-croûte s’impose.

Reprendre la direction du Vieux Noyers par le même itinéraire qu’à l’aller jusqu’à la cote 761, remonter légèrement la piste vers le nord puis bifurquer vers la droite par Le GR direction Valbelle- Bévons. Traverser quelques ravines pour rejoindre par la piste le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Piste-VIEUX NOYER   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Insérez votre description formatée ici

Le départ : au croisement de 2 pistes après « Les Bastides » au nord de Castel Bévons

Itinéraire très bien balisé : prendre direction le Pas de l’Essaillon

« Les Bastides »

En montant vers Le Pas de l’Essaillon, la vue se dégage petit à petit

Après avoir été au Pas de l’Essaillon (200 m), revenir à ce croisement pour prendre la direction du Vieux Noyers

Le Pas de l’Essaillon à 850 m environ

Pierre Impie et le Roc de l’Aigle sont visibles de là-haut

Le sentier en foret qui mène à la chapelle St Bévons

Une petite chapelle dédié à Saint-Bevons et dont il ne reste que quelques ruines a été construite en 1852 entre Pierre Impie et le Vieux Noyers.

Les jolies couleurs d’automne

Traverser le ravin des Gorgonniers avant d’arriver au Durban

Le hameau Le Durban composé de quelques habitations et d’une ferme

On peut apercevoir au loin N-D de Bethléem du Vieux Noyers

La montée régulière pour atteindre le Vieux Noyers

première ruine en arrivant par le GR

Puis N-D de Bethléem se laisse apercevoir

Le Vieux Noyers village abandonné en ruines à 820 m environ

Au vieux Noyers, se trouvent notamment les restes du château du XIII °, les ruines de l’ancien village, et l’église Notre-Dame-de-Bethléem et Sainte-Euphémie, ou de Haut-Noyers. 
Cette dernière, ancienne dépendance du prieuré de Ganagobie, est construite au XIII °. 
C’est l’une des plus grandes églises du département (32 x 12 m).
° Sa nef comprend quatre travées en berceau brisé, qui débouche dans un chœur carré, voûté de la même façon, et éclairé par trois baies .
° Sa cloche date de 1549, elle est visible à la mairie . 
Elle a été restaurée dans les années 1970. Elle est classée monument historique … »

La rue principale du hameau

La seule habitation qui soit encore couverte et qui semble t-il soit encore squattée

Quelques recherches sur internet m’ont appris que cette maison était habitée par un vieil ermite anglais, William, qui a dû partir pour raisons de santé il y a quelques années.

Des tags tapissent les murs intérieurs de la ruine

Puis à la sortie du village vers le nord, prendre la direction Ste Claude par le GR

Du Vieux Noyers, on peut apercevoir La Chapelle de Ste Claude à 910 m d’altitude 

D’autres ruines longent le GR

Le hameau de Lauche.

C‘est ici que l’on trouve la fontaine-lavoir, vieille de plus de dix siècles, ou les gens de Noyers faisaient les lessives. Le hameau se compose d’une ferme et de sa bergerie distante de quelques dizaines de mètres, bergerie aujourd’hui habitée par un homme seul qui vit là en hermite, grâce à l’eau de la fontaine, toujours potable.

La seule bergerie encore habitée

dans le rétro : le Vieux Noyers

La Chapelle Ste Claude à 910 m ou une pause casse-croûte s’impose

 L’intérieur est vide de tout mobilier, hormis un banc de bois. Le clocher composé d’une arche de pierres couverte de lauzes, se trouve sur l’arrière de l’édifice. La cloche quand à elle à aujourd’hui disparu. Cette chapelle à été restaurée il y a une dizaine d’années.

Passage dans les ravines 

Les jolies couleurs d’automne

 

Chaque saison a ses randonnées. Les copains randonneurs du 04 ont entamé les randos d’automne, des balades de plus faibles dénivelés mais tout aussi spectaculaires pour ceux qui savent regarder et apprécier ……

 

 

 

– Retour au Poil (04)

Novembre 2018

La visite du Poil l’année dernière avait beaucoup plu aussi accompagnés d’autres copains randonneurs, nous y sommes retournés.

Pour la trace, se référer à la randonnée N ° 5

La principale raison de la désertification des villages  a été l’exode rural. Le Poil  en a fait les frais. Vidé quasi entièrement dans la première moitié du XXème siècle, il revit pourtant au XXI éme.. En trois heures de marche on peut atteindre le hameau ruiné du POIL . . . Alors, seulement, se dévoile le village accroché à un éperon rocheux. . .

L’immense majorité des anciennes maisons du Poil ne sont plus que des ruines envahies de végétation. Ici, on vivait essentiellement de l’agriculture, en se ravitaillant une fois l’an de l’autre côté de la montagne à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau . . .Longtemps, Le Poil a été un village comme tant d’autres, où l’on vivait d’agriculture et quasiment en auto-subsistance. Jusqu’à 300 personnes ont cultivé ses terres au XIXème siècle. Mais le phénomène de l’exode rural a été impitoyable. La mécanisation de l’agriculture, la pauvreté, l’attrait de la ville ont signé son arrêt de mort.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Départ du Gros Jas puis montée vers le parking de Chabrejas

Gite « Le Saule Mort » : pour louer 04-92-35-50-13

Petit torrent : le Clovion

Petit pont en bois au-dessus du Clovion

On peut apercevoir la piste qui mène directement au Poil

Passage rocheux et cascade juste au-dessus du Poil avec une vue plongeante sur le village

Vue sur Le Poil

Sa fontaine

Cliquer sur le lien pour voir la vidéo  https://youtu.be/h5AKn25vGPc

Pause casse-croûte à l’abri du vent

La montée vers l’ancienne église

L’église

Vue derrière l’église

Comme tant d’autres villages isolés, Le Poil aurait pu sombrer dans l’oubli. C’était sans compter sur l’intervention des hommes. D’abord un Parisien qui, séduit par la beauté des lieux dans les années 1970, entreprend de rebâtir la mairie et l’école. Depuis deux décennies, l’association Les Amis du Poil a pris le relais et continue de rénover ce qui peut l’être, tout en cultivant du blé ou de la lavande à l’ancienne. Leur président, Alain Bertrand, installé dans l’Est lyonnais, y vit même les weekends, loin du monde.

Aujourd’hui, avec l’adjoint chargé du hameau, ils envisagent d’organiser une collecte sur internet pour financer la rénovation de l’église. Comme un joli pied de nez, c’est la modernité qui pourrait redonner un second souffle au village.

Retour par le lac aux serpents

Dans le rétro

L’homme semence

A lire impérativement pour comprendre l’histoire du Poil 

 

Certaines balades sont tellement jolies qu’elles donnent envie d’y retourner……