Archives de l’auteur : Micheline Defoug

Je suis Mimi, une fada de randonnées de Pierrevert . J'aime balader avec " mes copains randonneurs "dans la bonne humeur, la convivialité et le partage. Notre région regorge de magnifiques paysages, de vues superbes et chaque randonnée reste une découverte sur la flore, la faune. J'aime aussi la photographie aussi je prends le temps de contempler, d'admirer pour capter des images de ces endroits sublimes. Je n'ai pas de record à battre, je marche pour le plaisir à la découverte de notre belle région !

136 – Les lacs de Pétarel et de Sebeyras (05)

juillet 2020

Une magnifique randonnée dans le Parc des Ecrins de 17 km pour 1200 m de dénivelé environ au départ du parking des Portes au-dessus du charmant petit village de La Chapelle en Valgaudemar. Itinéraire très bien balisé jusqu’aux lacs de Pétarel , très fréquenté. VERTIGINEUX S ABSTENIR, passage câblé. Un passage au retour après les lacs de Sebeyras dans les pierriers, demande un pied sûr. Pas de chien, même tenu en laisse.

Du parking des Portes, emprunter la petite route en montant sur une centaine de mètres puis à droite, au centre du hameau Les Portes, prendre la direction « Lacs de Pétarel 3 H ». Le GR de pays Tour du Vieux Chaillol grimpe en foret, traverse un passage vertigineux câblé puis rencontre à la cote 1562 le sentier menant aux Andrieux (hameau). Continuer l’ascension en suivant la direction « Lacs de Pétarel 1h30 », petit à petit le sentier quitte la foret et monte en lacets, traverse quelques pierriers pour enfin arriver au premier lac de Pétarel, puis au deuxième ( magnifique) et au troisième. Poursuivre par le sentier caillouteux qui grimpe en lacets vers le Col de Pétarel. Passer le premier lac de Sebeyras puis descendre dans le vallon pour longer le deuxième et le troisième lac. Une petite sente à peine visible mène sur un plateau herbeux d’ou on peut apercevoir en contre-bas les lacs de Pétarel. Trouver le passage dans les pierriers qui permet de descendre et rejoindre ( en mode sanglier) les magnifiques lacs à 2100 m d’Alt. Après la pause casse-croûte et le bain de pieds au milieu des petits poissons, redescendre par le même itinéraire qu’à l’aller jusqu’au parking de départ.

Cliquer sur les photos pour les agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=RIAuw9Gvmp&pass=af767

Du parking, prendre la direction plein sud, au centre du hameau Les Portes, bifurquer à droite.

Au centre du hameau Les Portes, prendre la direction « Lacs de Pétarel 3 h »

La magnifique vallée de Valgaudemar

Entrée du Parc National des Ecrins

Passage câblé et vertigineux

Au carrefour des Andrieux, poursuivre direction Lacs de Pétarel 1h30

La chaleur devient écrasante, heureusement une partie de l’ascension se fait en foret

Puis le sentier traverse des pierriers et monte en lacets

Le premier lac de Pétarel. Au fond on peut apercevoir le Pic Turbat et son mamelon à 3028 m et l’Olan à 3564 m d’Alt.

Arrivée au deuxième lac de Pétarel, le plus beau.

Un vrai petit bijou !

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : les lacs de Pétarel

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/376612556652010/?modal=admin_todo_tour

Des panoramas magnifiques

Troisième lac de Pétarel

Poursuivre l’ascension, dans le rétro on peut admirer le 2 ième et 3 ième lac de Pétarel face au mamelon du Turbat et de l’Olan

Suivre le sentier caillouteux qui grimpe vers le Col de Pétarel

Le sentier traverse des pierriers sous une chaleur écrasante

Premier lac de Sebeyras

Deuxième lacs de Sebeyras, nous décidons de descendre dans le vallon et faire le tour pour rejoindre les lacs de Pétarel

Nous longeons le premier lac de Sebeyras sous les crêtes de Romane

Troisième lac de Sebeyras. Les 3 lacs sont reliés entre eux par des petits cours d’eau.

Le panorama est grandiose ! Que la montagne est belle !

Dépasser le troisième lac de Sebeyras

Puis après avoir dépassé un plateau herbeux, on peut apercevoir en contre bas, les lacs de Pétarel

Un passage dans un immense pierriers nous permet de descendre en mode sanglier pour rejoindre le vallon de Pétarel

Mieux vaut avoir le pied sur et ne pas craindre le vertige pour traverser ce passage délicat

Le lac de Pétarel de toute beauté !

Une nuée de petits poissons vient à votre rencontre

« fish-pédicures »gratuites !

Redescendre par le même itinéraire qu’à l’aller

Les lacs de Pétarel sont un site exceptionnel, tout n’est qu’émerveillement. Cette randonnée vaut vraiment le détour, nous ne pouvons que vous la conseiller. La partie câblée n’a rien d’insurmontable, mais n’hésitez à prendre plusieurs litres d’eau car en été la chaleur en montant est écrasante……

135 – Le Mont Pelat (04)

Juillet 2020

Une magnifique randonnée dans le parc du Mercantour de 20 km pour 1050 m de dénivelé environ au départ du parking du Laus près du Lac d’Allos dans les Alpes de Haute-Provence. Itinéraire très bien balisé. Vertigineux s’abstenir. Pas de chien, même tenu en laisse.

Parking du Laus payant : 8 E de 8 h 30 à 17 h

Du parking du Laus, se diriger vers la cabane en bois et prendre la direction du « Mont Pelat », le sentier est aménagé et permet aux randonneurs et aux visiteurs de monter tranquillement, puis à environ 1 km bifurquer à gauche en suivant les indications. Impossible de se perdre, ce parcours est très bien balisé et surtout très fréquenté en été. La montée se fait en sous-bois puis le sentier traverse un plateau herbeux. Virer à gauche en suivant les panneaux, traverser la passerelle au-dessus du torrent « la Méouille ». Petit à petit la végétation change, le sentier caillouteux monte en lacets pour laisser la place à une ambiance minérale. Poursuivre jusqu’au sommet à 3051 m d’Alt. Redescendre par le même itinéraire qu’à l’aller jusqu’à la cote 2650, prendre le petit sentier sur la gauche qui mène au lac du Trou de l’Aigle (à environ 500 m) puis revenir sur ses pas pour continuer la descente jusqu’à la cote 2384, puis suivre la direction  » Col de la Cayolle » jusqu’à un nouveau carrefour. Poursuivre le chemin vers  » le Lac d’Allos », le sentier fait le tour du joli cirque de La Meouille. Continuer la descente jusqu’à retrouver le carrefour emprunté à l’aller et suivre la direction  » lac d’Allos ». Traverser le plateau herbeux puis le sentier caillouteux passe en sous-bois pour redescendre vers le magnifique lac d’Allos. Faire le tour du lac (3 km environ) et retrouver le sentier qui part à gauche et ramène au parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=DrOKEgjg3n&pass=8612c

Départ : parking du Laus à coté de la cabane en bois

L itinéraire est très bien balisé, impossible de se perdre.

au début, la montée se fait en sous-bois

Arrivé sur un plateau herbeux, suivre la direction du Mont Pelat à gauche

Au retour, nous bouclerons notre parcours à ce carrefour

traverser la passerelle au-dessus de la Méouille

Une rencontre bien sympathique

Le joli cirque de la Méouille

Petit à petit, le sentier devient de plus en plus caillouteux

Les marmottes sont très nombreuses et sifflent notre arrivée

Pas très sauvages, elles semblent même attendre le randonneur

Notre objectif est en vue

Dans le rétro, la vue se dégage sur le cirque du Lac d’Allos

Ambiance très minérale. Les randonneurs sont très nombreux en ce début d’été

Dernière grimpette avant le sommet. Certains randonneurs restent bloqués à cause du vertige

Le sommet du Mont Pelat déjà très occupé

La vue au sommet est magnifique : on peut distinguer autour du lac d’Allos la Montagne de l’Avalanche, la Tour Noire, La Petite et Grande Tour , le Col de l’Encombrette et la tète de Valplane

Dans les nuages, on peut distinguer la Tête du Mont Viso

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : La vue au sommet

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/1935003016630199/

La crête qui mène au pas de la Grande Barre et au Trou de l’Aigle

Vue coté Nord sur la Grande Cayolle

Pause casse croûte au lac du Trou de l’Aigle à 2672 m d’Alt.

Encore quelques névés autour du Lac et quelques marmottes qui viennent nous taquiner

Quelques chamois profitent de la chaleur des rayons du soleil

Les chamois peu méfiants nous regardent passer

Au carrefour, laisser la Cayolle et prendre la direction du lac d’Allos

Le GR traverse le cirque de la Méouille

Au loin, du cirque de la Méouille, on peut apercevoir le Mont Pelat

Au carrefour emprunté à l’aller, prendre la direction du Lac d’Allos

Faire le Tour du lac d’Allos, en effet sa couleur change en fonction de son ensoleillement

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : le Lac d’Allos

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/720723372076066/

La Tourbière du Laus

Retour au parking de départ par le beau sentier aménagé

Nous ne pouvons que vous conseiller cette magnifique randonnée, en effet ce 3000 se grimpe assez facilement et le sommet offre un panorama fantastique.
Nombreuses marmottes et quelques chamois garantis !

134 – Retour au refuge de l’Estrop (04)

Juillet 2020

Une magnifique randonnée de 17 km pour 850 m de dénivelé environ au départ du parking du Lac des eaux Chaudes au-dessus de Prads dans les Alpes de haute-Provence. Itinéraire très bien balisé, sans difficulté particulière.

Possibilité de se garer au parking des Espelisses à 500 m plus loin mais la piste est très mauvaise par endroits.

Du parking des Eaux Chaudes continuer par la large piste balisée PR qui longe la Bléone jusqu’à franchir la passerelle en bois pour continuer l’ascension sur l’autre rive. Le sentier grimpe en foret puis petit à petit le dénivelé s’accentue jusqu’ à atteindre un passage cablé puis sur la gauche , la cascade de la Piche et enfin le magnifique cirque de l’Estrop. Poursuivre par le PR qui mène jusqu’au refuge de l’Estrop ou  Refuge Roger Carle. Le retour se fait par le même itinéraire qu’à l’aller.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=iqjqbZQ79d&pass=c7f51

Suivre la large piste balisée PR direction « Refuge de l’Estrop »

Plusieurs passages à gué

Deux abris pour les randonneurs surpris par les intempéries ont été réalisés. Le premier permet la pause pique-nique

Le randonneur peut même se réchauffer au cas ou

Le PR longe la Bléone jusqu’à sa source

Les orages de la veille aliment toutes les cascades qui jalonnent notre parcours

La passerelle en bois permet de traverser sur l’autre rive

Quelques pierriers sont à traverser

Tous les Cytises sont en fleurs

La Bléone coule furieusement

Le PR traverse des forets de mélèzes

Certains arbres ont des postures originales

Deuxième abri pour le randonneur à mi parcours

En cas d’intempérie, le randonneur peut faire une pause en attendant une accalmie

La cascade de La Piche

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : la cascade de la Piche

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/311453393365901/

Passage câblé

Le cirque magnifique de l’Estrop

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : le cirque de l’Estrop

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/201266544556258/

La Bléone forme de nombreuses vasques ou il fait bon se rafraîchir

le PR amène jusqu’au refuge de l’Estrop ou le refuge de Roger Carle

La source de la Bléone permet de remplir nos gourdes

Un petit remontant avant la pause repas

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : vue de la terrasse du refuge de l’Estrop

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/274898400413072/

Les nuages devenant menaçants, il nous faut partir….par le même itinéraire qu’à l’aller

Les copains randonneurs du 04 étaient déjà montés au refuge de l’Estrop il y a 3 ans, nous avions beaucoup aimé cette randonnée et avions projeté de prolonger jusqu’à la TÊTE de l’Estrop en passant une nuit au refuge. Hélas, vu les conditions sanitaires actuelles, le refuge n’accueille le randonneur que pour deux nuits. Nous allons donc patienter….

133 – Autour du Lac de St Apollinaire (05)

juin 2020

Une petite randonnée autour du Lac de St Apollinaire pour nous permettre une rando-gastro(nomique) 10 km pour 500 m de dénivelé environ au départ du parking devant le lac. Itinéraire balisé tout au long. Aucune difficulté.

Du parking, passer devant le lac et prendre à droite le petit sentier qui descend et rejoint le GR 50, traverser la passerelle et parvenir à la petite route Dep. 509. Poursuivre à gauche en descendant sur deux cents mètres environ puis encore à gauche emprunter le chemin des Faysses. Le GR 50 rejoint à travers forets et prairies, la jolie station de Réallon. A la D 609, couper à travers la prairie et grimper pour rejoindre plus haut le grand parking de la station. Du fond du parking, prendre le sentier qui grimpe vers les Aiguilles de Chabrières jusqu’ à la cote 1873 et prendre la direction de « La cabane de Joubelle ». Le sentier descend en lacets a travers la foret domaniale de Montguillaume pour rejoindre la Cabane de Joubelle. Poursuivre la descente jusqu’à un petit carrefour, suivre la direction « Lac St Apollinaire » pour retrouver le lac et le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/fL9FJyCZIA

Du parking de départ, après être passé devant le lac, prendre le sentier à droite qui rejoint le GR 50

Traverser sur le petite passerelle en bois

Le sentier très agréable traverse un riou

De la départementale, on peut apercevoir le lac de Serre-Ponçon

Après 200 m sur la petite route, prendre la direction du « chemin des Faysses.

Le GR 50 traverse la foret et des prairies

Le sentier est très fleuri en ce début d’été

La petite station de Réallon et ses nombreux chalets

Le télésiège de Réallon

Direction les Aiguilles de Chabrières

Au loin, les Aiguilles de Chabrières se laissent entre voir dans les nuages

Zoom sur le petit village de Réallon en contrebas du sentier

Au Serre du Mouton, à la cote 1873, prendre la direction de la cabane de Joubelle

Le sentier ombragé descend en lacets vers la cabane.

La cabane de Joubelle ( 1659 m d’Alt.) au milieu de mélèzes, pins sylvestres, amélanchiers à feuilles rondes.

A l’étage, deux pièces attendent le randonneur qui veut y passer la nuit

Un point d’eau à la cabane de Joubelle

Puis emprunter le sentier qui descend vers le lac

Le Lac St Apollinaire et son bistrot ou un excellent repas nous attend

La terrasse du Bistrot St André : réservation 07-81-68-58-88

Petit tour du lac après le repas

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : Le lac de St Apollinaire : un vrai petit bijou

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/196435978385219/

L eau est si limpide que nous pouvons apercevoir les résidents du Lac

Se reposer pour mieux repartir…..


Magnifique petit lac juché en haut du village de Saint Apollinaire dominant le lac de Serre Ponçon. Possibilité de pêcher à la mouche, de pique-niquer ( nombreuses tables) de se baigner. Nous vous recommandons Le bistrot St André a proximité, nous y avons dégusté un excellent repas. Ce bel endroit nous a permis la rando-gastro(nomique) de l été.

132 – Le Pic de Bertagne (13)

Juin 2020

Une belle randonnée dans le massif de la Ste Baume de 16 km pour 800 m de dénivelé environ au départ du parking La brasque après Plan d’Aups Ste Baume. ATTENTION la carte IGN ne correspond pas à la réalité du terrain donc mieux vaut avoir un GPS. Vertigineux s’abstenir car quelques passages aériens.

Du parking La Brasque, traverser la route et prendre en face le sentier balisé GRP à la barrière et suivre jusqu’à parvenir au Col de Bertagne ou se dresse une stèle en mémoire des excursionnistes Marseillais. Puis emprunter le PR qui part vers le Nord pour rejoindre le Plan des Vaches. Les indications présentes sur le terrain n’aident pas beaucoup à la progression de notre parcours, les sentiers étant trop nombreux il nous faut le GPS pour trouver le chemin qui parvient au Plan des vaches. De là nous suivons les traces oranges qui nous mènent aux Dents de Roque Forcade. Revenir par le même itinéraire au Col de Bertagne puis prendre la direction du Pic de Bertagne balisé PR, le sentier caillouteux démarre en foret puis s’élève assez sèchement pour redescendre sur la petite route (repérer le sentier balisé en face) qui mène à la station radar de l’aviation civile. Poursuivre sur la route, éviter la station et partir le long de la falaise à gauche pour admirer la vue. Revenir sur ses pas jusqu’au sentier balisé, suivre la direction « GR 98 » ( pas d’indication sur le Col du Fauge ni sur le Col de l’Aigle comme indiquée sur la carte IGN) la sente balisée PR descend progressivement pour rejoindre le GR 98 puis le chemin très caillouteux dégringole longuement pour virer à l’Ouest et atteindre le Defens. A la cote 697, prendre la sente qui part à droite et rejoint le PR. Après une centaine de mètres, repérer une trace qui part à gauche (petit cairn) pour rejoindre le bord de la falaise. Quelques petits cairns aident à trouver le Trou du vent. Revenir sur le sentier balisé et poursuivre l’ascension jusqu’à repérer un balisage jaune en pointillé qui annonce un passage délicat : le Pas de Cugens. Emprunter ce passage, suivre le balisage PR jusquà la cote 787. A cent mètres environ une sente dégringole dans le vallon ( déconseillée car la sente est envahie de végétation et devient impraticable) jusqu’à rejoindre un beau sentier balisé qui mène à l’ancienne glacière. Prendre la direction du « Col de Bertagne » bien indiquée, le sentier caillouteux grimpe assez sèchement jusqu’au Col puis rejoindre la petite route sur 500 m environ. A un petit cairn à gauche, emprunter la sente très agréable qui descend en foret jusquà rejoindre le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=Nj1mIjNyfU&pass=949da

Parking de La Brasque bien aménagé , quelques tables incitent à la pause pique-nique

Emprunter en face du parking, le GRP

Le GRP caillouteux grimpe jusqu’à atteindre le Col de Bertagne

Vue sur les Pics de Corbeaux

Au Col de Bertagne, une stèle se dresse en mémoire des excursionnistes Marseillais

Nous suivons le PR pour atteindre le Plan des Vaches, la vue sur le vallon est magnifique

Nous pouvons déjà apercevoir le sommet du Pic de Bertagne

Notre premier objectif : Les Dents de Roque Forcade

Direction Nord-Est : la Tour de Cauvin et ses 826 m

Dans le rétro :

Le sentier non balisé monte régulièrement vers le sommet des Dents, suivre les marques oranges.

Les falaises des Dents coté Nord

Petite pause face à une Dent. Au loin Aubagne, Marseille…

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : La vue au sommet des dents de Roque Forcade

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/3356053057767929/

L’Aven du Plan des vaches

Au Col de Bertagne, prendre la direction du Pic de Bertagne 1,1 km

Le sentier caillouteux démarre en foret

Puis le dénivelé s’accentue jusqu’au sommet

Vue sur la longue crête du massif de la Ste Baume

Le sommet du Pic de Bertagne à 1042 m d’Alt.

La station radar de l’aviation civile dite Station de la Ste Baume

Cliquer pour visualiser la vidéo : La vue au sommet du Pic de Bertagne

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/3787907567893083/

Vue Sud-Ouest du sommet de Bertagne

Après avoir admiré la vue du sommet de Bertagne, revenir sur ses pas et prendre la direction  » GR 98″

Le Trou du Vent juste au bord de la falaise de Cugens, un petit cairn à gauche au bord du sentier indique la direction à suivre

La vue sur le Pic de Bertagne du Trou du vent

La crête de Cugens

Le sentier suit la crête pour se rapprocher du Pas de Cugens

La descente du Pas de Cugens : ATTENTION les roches sont patinées

Le panorama sur le vallon des Crides

Une ancienne glacière : un vaste puits de 20 m de profondeur qui permettait de conserver la glace

Il ne s’agirait pas de tomber dedans !

Un regard sur la glacière

La source de la Glacière

Aujourd’hui, la ferme de La Brasque n’est plus qu’une ruine envahie par la végétation. Elle a été grillagée pour éviter d’être squattée et taguée.

Encore une belle randonnée assez sportive pour les copains randonneurs du 04. En effet des descentes (GR 98 et vers la Glacière) très éprouvantes pour les genoux et les chevilles et quelques montées bien raides mais le parcours offre de superbes points de vue.

Allez….on est presque arrivé, encore un petit effort !

131 – Le Sommet du Chamois par le sentier du Pas Neuf (05)

Juin 2020

Une magnifique randonnée dans le Champsaur de 15 km pour 1200 m de dénivelé environ au départ du Bois Vert à La Fare-en-Champsaur dans les Hautes-Alpes. Itinéraire balisé sauf en crêtes. Vertigineux s’abstenir. ATTENTION, une portion du sentier du Pas Neuf n’est plus entretenue donc dangereuse car très glissante.

Du parking du Bois Vert, prendre le sentier balisé direction le « Pas Neuf ». Le chemin grimpe régulièrement dans une foret de mélèzes, petit à petit il monte en lacets pour rejoindre le bas de la falaise. Puis le sentier atteint une vire rocheuse très exposée équipée d’un câble et de barrières de sécurités branlantes. Poursuivre l’ascension en alternant les passages sous la crête et les zones en sous-bois jusqu’à atteindre le panneau  » Pas Neuf ». Des panneaux avertissent du danger de cette portion car plus entretenue. Des marques rouges indiquent une montée directe dans le raide versant Est de Coste Folle jusqu’à son sommet. Nous avons décidé d’emprunter ce passage scabreux :

ATTENTION sentier très glissant qui demande un pied sûr.

Après avoir franchi ce Pas délicat, poursuivre en sous-bois jusqu’à atteindre une patte d’oie. Suivre la sente qui monte à gauche et rejoint un plateau herbeux. Plus de balisage mais des cairns aident à s’orienter plein sud. Le sentier grimpe assez sèchement jusqu’à la crête, poursuivre plein Nord pour atteindre le Girolet ou Sommet de l’Aigle à 2078 m d’Alt. Suivre l’arête direction Nord-Ouest qui redescend puis remonte jusqu’au Sommet du Chamois à 2064 md’Alt. Revenir sur ses pas jusqu’au plateau herbeux sous Le Moutet et repérer une sente à peine marquée direction Nord-Est, passer devant la cabane d’alpage du Moutet, puis traverser une foret de mélèzes. Le chemin balisé contourne la falaise par des passages aériens et descend en lacets jusqu’à atteindre le torrent de La fare. Traverser pour rejoindre le parking du départ.

Cliquer pour agrandir les photos
cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=FBFvWZpbOh&pass=68041

Parking de départ au Bois Vert à La Fare-en-Champsaur. On peut y admirer Notre-Dame de Bois Vert

Prendre de suite la direction du Pas Neuf

Le sentier grimpe régulièrement dans une foret de mélèzes

Puis le sentier se poursuit jusquà atteindre le bas de la falaise

Vue sur la vallée du Champsaur

Passage aérien sécurisé par des barrières de sécurité branlantes et un câble

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : Premier passage aérien du Pas Neuf

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/641725639757292/

De nombreuses cascades jalonnent notre parcours

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : Les cascades

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/692417001330169/

Le Vieux Chaillol n’a pas encore quitté son manteau blanc

Petit pause café avec une vue magnifique sur la vallée du Champsaur

Le passage délicat du Pas Neuf qui n’est plus entretenu est considéré comme dangereux

La sente est à peine visible, très glissante et demande un pied sur

ATTENTION, sentier instable, très glissant….

Arrivée sur un plateau herbeux : vue magnifique sur la montagne de Faraut

Petit à petit le sentier s’élève, on peut apercevoir dans le rétro Le Moutet à 1841 m d’Alt.

la sente grimpe sèchement jusquà rejoindre la crête

Vue coté Sud : Costefolle, Costebelle, Le Pic de l’Aiguille, le Pic de Gleize, la montagne de Chaudun

Vue coté Nord : Le Girolet devant et le Sommet du Chamois à gauche

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : vue sur les crêtes

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/280022579810148/

Sommet du Girolet ou Sommet de l’Aigle à 2078 m d’altitude

La crête qu’il nous faut suivre pour atteindre le Sommet du Chamois

Le sentier fleuri qui grimpe au sommet du Chamois

Le sommet du Chamois à 2064 m d’altitude

Pause casse-croûte devant le cirque de Chaudun, le Pic de Gleize, le Pic de l’Aiguille, la montagne de Chaudun

Retour en suivant l’arête jusquà rejoindre le plateau herbeux et la cabane d’alpage du Moutet

La cabane de Moutet

Au retour, le sentier franchit quelques passages aériens

La vue est magnifique

Le sentier caillouteux qui descend en lacets jusqu’à rejoindre le torrent de La Fare

Passage à gué du torrent de La Fare après un petit bain de pieds bien sur !

Une magnifique randonnée avec des passages aériens et spectaculaires qui demande un pied sûr.

130 – Retour aux Cadières de Brandis (04)

Juin 2020

Le site des Cadières de Brandis dans les Alpes de Haute Provence , près de Castellane est magnifique, randonnée courte mais vaut le détour . Nous avons du rectifier notre parcours car il n’est plus possible de rejoindre le site des Siréniens en passant par Taulanne (proprièté privée) Au final nous avons parcouru 11,5 km pour 600 m de Dénivelé environ au départ du Col des Lèques. Itinéraire très bien balisé jusqu au retour par la D 4085.

Du parking du Col des Lèques, prendre direction plein sud « Villard Brandis », traverser la D 4085 et rejoindre le PR qui grimpe régulièrement jusqu’au premier croisement puis prendre direction Castellane par le GR 406. Une large piste permet de rejoindre la cote 1247 ensuite laisser le GR et suivre la direction de  » Crête de Colle Bernaiche » puis quitter la piste pour emprunter un sentier qui grimpe jusquà la cote 1394 . Un belvédère permet d’admirer la vue magnifique. A la crête de Colle Bernaiche, prendre la direction de  » Col des Lèques », passer devant deux pylônes puis emprunter le sentier caillouteux qui grimpe vers les Cadières que l’on peut déjà apercevoir. Attention certains rochers sont patinés par les passages nombreux des randonneurs. Poursuivre par le sentier agréable qui passe en sous-bois et traverse des clairières jusqu’à la cote 1493, un gros cairn (ne pas se fier à la croix jaune) indique qu’il faut prendre la sente qui monte en foret pour rejoindre le site des Cadières à 1545 m d’Alt. Un chemin permet de longer toutes les  » chaises de géant ».

Après avoir admirer le site, redescendre par le même itinéraire, au cairn prendre le PR à gauche direction Nord-Ouest et poursuivre par le sentier qui dévale entre les rochers et les plaques calcaires jusqu’à rejoindre la foret puis à la cote 1208 un carrefour ou nous avons pris la direction de Taulanne par le GR sur la gauche.

Nous vous conseillons plutôt de prendre direction Col des Lèques à droite pour éviter d’emprunter la route au retour.

Le GR 406 descend progressivement en foret en traversant quelques filets d’eau et rejoint le petit hameau de Taulanne qui ne compte que quelques maisons et son église. Nous avons traversé la route pour rejoindre en face « La Tour ». Hélas, une propriété privée empêche de rejoindre le sentier qui rejoint le site des Siréniens et tous les champs au alentour sont clôturés aussi nous avons fait demi tour, emprunté la route pour rejoindre le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=rVfVsra4tG&pass=61823

Du parking de départ au Col des Lèques à 1147 m d’Alt. prendre la direction de Villard Brandis

La piste grimpe régulièrement en sous-bois

On peut distinguer dans la brume matinale, Castellane et son Roc

A la crête de Colle Bernaiche, on peut déjà apercevoir les Cadières

La vue magnifique versant sud s’étend sur le Verdon, la Montagne de Robion (1660 m), la Crête des Traversières (1700 m) et le Sommet du Pré Chauvin (1741 m).

Petit à petit, on s’approche….

Puis le sentier devient caillouteux, glissant….attention les rochers sont patinés

Impossible de se perdre entre les balises et les cairns

La vue versant Nord

Formées de grandes cheminées perchées sur une crête comme la Grande Cadière et le Menhir, les Cadières de Brandis gardent l’entrée du Grand Canyon du Verdon tel un immense château féodal. 

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : Les Cadières de Brandis

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/246486580118092/

Entre deux cadières coté Est

On peut apercevoir, en contrebas, quelques habitations vers Brandis coté Sud

Vue phénoménal en haut d’une Cadière

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : La vue phénoménale en haut d’une Cadière

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/2502917076688277/

La roche d’une Cadière, type Lapiaz

Le Verdon se laisse apercevoir en contre-bas

Vue versant Nord sur la Clue de la Roche Trouée, la Barre du Midi, la Grau et la montagne de L’Aup

S’en suit la traversée de passages rocheux

Le franchissement d’un petit tunnel ( Entre deux plaques rocheuses) sous roche avant d’entreprendre la descente vers la forêt jusqu’au GR 406.

Le passage du petit tunnel

Sur un muret, ammonites fossilisées

Arrivée sur Taulanne : petit hameau composé de quelques habitations

La petite église de Taulanne et son cimetière

Un petit sentier nous permet d’écourter le passage sur la route Dep.

Le petit « Bistrot du Col » près du camping Les Sirènes qui d’habitude fait le plein est toujours fermé : tel 04 92 83 70 56 pour une réservation

La randonnée se fait en une demi journée aussi finir par un bon repas au Bistrot du Col est très appréciable

Les copains randonneurs du 04 sont déjà allés aux Cadières de Brandis (randonnée n° 15) en 2017 mais nous voulions y retourner pour faire apprécier aux nouveaux arrivants ce chaos dolomitique remarquable qui marque le paysage et garde l’entrée des Gorges du Verdon.

129 – La cascade de Saute Aure et le Haut-Bouffet (05)

Mai 2020


Une magnifique randonnée de 17 km pour 935 m de dénivelé environ dans les alpages du Dévoluy au départ du col de Festre. A faire lors de la fonte des neiges et par beau temps pour profiter au maximum du magnifique panorama qu ‘offre la cascade de Saute Aure. Itinéraire très bien balisé, la montée au Haut Bouffet est assez technique. Quelques passages aériens. Attention au passage sur les névés.

Du Col du Festre, prendre de suite le GR 94 de Pays Tour du Dévoluy direction « Col des Aiguilles »jusqu à un portillon d’alpage. Suivre la direction de la cascade de « Saute Aure ». La cascade s’aperçoit de loin, passer devant la cabane de « La Rama »jusquà atteindre la chute d’eau, faire un aller et retour et revenir au portillon. Ensuite grimper le sentier direction « Col des Aiguilles », le GR monte en lacets, traverse le vallon des Aiguilles et continue son ascension jusqu’à atteindre le Col des Aiguilles. Revenir sur ses pas sur une centaine de mètres et emprunter le petit sentier qui grimpe sur la crête direction Sud-Est. Arrivé sur un petit plateau herbeux, la pointe du « Haut-Bouffet » se dresse fièrement sur la droite, longer la crête puis escalader le petit passage un peu scabreux pour atteindre un autre plateau herbeux qui mène assez sèchement au sommet du Haut Bouffet à 2161 m d’Alt. Revenir sur ses pas pour retrouver le GR , poursuivre jusqu’à atteindre le parking du départ.

Cliquer pour agrandir les photos
cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=WHnSSP42JP&pass=9754d

Départ parking du Col du Festre dans les Hautes-Alpes 05

Prendre la direction du Col des Aiguilles par le GR 94

Poursuivre le GR jusqu’au petit portillon puis bifurquer à droite, direction la cascade de Saute Aure

Petit à petit, on peut déjà apercevoir la cascade et la cabane de La Rama

Au pied de la grande cascade : la cascade de La Rama

La cascade de Saute Aure

La fonte des neiges alimente la cascade, en juin elle disparaît

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : La cascade éphémère de Saute Aure

https://www.youtube.com/watch?v=cahyFXOi3XA&feature=youtu.be

Au printemps ou en cas de très fortes pluies

revenir au petit portillon et prendre la direction du Col des Aiguilles par le GR

Le GR 94 grimpe régulièrement dans le vallon des Aiguilles

Un peu d’entre aide entre copains randonneurs

Le Gr grimpe jusqu’à passer au-dessus de la cascade de Saute Aure

La cascade de Saute Aure vue du GR

Au dessus de la cascade, un petit passage un peu délicat et aérien style escalier dévoluard

De nombreuses sources jalonnent l’itinéraire

Le GR suit le cours d’eau

Au loin, on peut déjà apercevoir le Pic du Haut Bouffet(à pic de plus de 300 mètres coté Jarjatte) à gauche, le col des Aiguille au milieu et à droite l’ Aiguille de Serre Long

Dans le rétro, le vallon des Aiguilles

Petit à petit, les névés se font de plus en plus nombreux

Au Col des Aiguilles, un gros névé très glissant

Attention à la glissade au Col des Aiguilles

Au Col des Aiguilles, la vue sur le Vercors et en contre-bas sur Jarjatte

Redescendre pour emprunter le petit sentier qui traverse deux névés et grimpe sur un plateau herbeux pour atteindre le sommet du Haut-Bouffet. Attention petit passage technique pour atteindre le deuxième petit plateau herbeux

Le plateau herbeux ou apparaît le pic du Haut Bouffet à droite, dans le rétro la montagne d’Aurouze

Juste en face , le Roc et la TÊTE de Garnesier pointent leur sommet

Le sommet de Haut Bouffet ou L’Aiguille à 2161 m d’Alt.

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : la vue magnifique au sommet du Haut Bouffet

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/885886628488264/

Le sommet, dans le rétro l’ Aiguille de Serre Long

Au sommet, à gauche le Roc et la TÊTE de Garnesier

Vue du sommet sur le vallon des Aiguilles

Du sommet, vue sur le vallon de La Cluse

La descente du pic de Haut Bouffet

On rejoint le GR au plus rapide donc par les pierriers

Au retour, on emprunte le même itinéraire qu’à l’aller

Le petit passage un peu aérien au-dessus de la cascade

Petit à petit, en contre bas on peut apercevoir le parking du Col du Festre

Après l’effort, un petit bière Manosquine

Une magnifique randonnée dans un cadre exceptionnel à faire au printemps pour profiter de la cascade éphémère de Saute Aure.

128 – La Montagne d’Aujour (05)

Mai 2020

Une randonnée, particulièrement magnifique en cette saison, de 17 km pour 1100 m de dénivelé environ au départ du petit parking à 1 km au-dessus du village Le Saix, aux portes des Gorges du Gouravour. Itinéraire balisé à l’aller, balisage aléatoire au retour d’ou l’utilité d’un GPS. Passages aériens, main courante et descente en crêtes assez technique.

Au départ du parking, suivre l’ancienne route qui monte vers le défilé du Gouravour, le torrent de Maraize descend le long de l’itinéraire. Utiliser les petits raccourcis balisés PR pour couper la piste qui grimpe en lacets jusqu à atteindre la ferme du Fay et ses deux grosses trompes puis continuer jusqu’ à la cote 1114 , bifurquer à droite pour aller visiter les vestiges de l’Abbaye de Clausonne, revenir sur ses pas et poursuivre l’ascension jusqu’à atteindre le Lac de Peyssier. Après avoir suivi la piste ombragée le long du lac, prendre la direction « Col d’Aujour », un sentier à droite, grimpe progressivement, quitter le GR pour prendre en sous-bois une sente balisé PR. Le dénivelé s’accentue petit à petit pour atteindre un chaos de blocs rocheux. Suivre les différents cairns pour parvenir jusqu’à la faille d’Aujour. Le panorama est phénoménal sur le Dévoluy. Contourner la faille par le Nord, une main courante permet d’ accéder à la pente herbeuse qui grimpe très sèchement jusqu’au sommet d’Aujour à 1834 m d’Alt. Suivre la crête plein Ouest, l’arête fléchit doucement par quelques pas rocheux +/- faciles et quelques passages sur des dalles assez glissantes. Puis on rejoint un sentier bien marqué qui descend le long de la falaise et rejoint la piste au Col de l’Armande. Suivre la piste sur 500 m environ puis trouver une sente à gauche qui grimpe vers les crêtes, le chemin alterne le sous-bois et les clairières pour atteindre le col de La Montagne ( non balisé). Difficile de se repérer parmi tous les sentiers, mais prendre la direction du Roc de Longue Dent puis à la cote 1356 repérer un gros cairn qui marque la descente direction Nord-Est. Suivre les différents petits cairns jusqu’à rejoindre un sentier bien marqué et balisé PR. Poursuivre jusqu’à la cote 1167, bifurquer à droite par le sentier des cascades jaunes (il n’y a plus de panneau) balisé PR mais balises anciennes et très aléatoires. Le chemin descend progressivement  sous la Tête de Tré Moroua, dans le vallon du Torrent de Tré Maroua, traverse quelques petits ravins sans y trouver de cascade. Quelle déception. Le sentier rejoint un torrent qu il faut franchir à gué pour remonter de suite au parking du départ.

Cliquer pour agrandir les photos
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=lmY8bV6ktt&pass=0a1ce

Le petit parking du départ à 1 km au-dessus du beau village de Le Saix

L entrée des Gorges du Gouravour

Le torrent de Maraize forme de nombreuses vasques et cascades

Les falaises abruptes du défilé du Gouravour

des postures étranges pour ces morceaux de bois

Les 2 Trompes du Faï. Celles-ci en béton voilé destinées aux graves et qui induisent un effet de cathédrale sonore avec la falaise en face.

Pour donner une idée de grandeur de ces trompes

De nombreuses cascades jalonnent l’itinéraire

A la cote 1114 prendre la direction de l’Abbaye de Clausonne pour visiter les vestiges de cet ancien monument

Les vestiges de l’ancienne Abbaye de Clausonne en cours de restauration

Le lac de Peyssier

https://www.sources-du-buech.com/les-circuits/lac-peyssier–225198.html

Apres avoir longé le lac de Peyssier, au carrefour, prendre la direction du Col d’Aujour

Au cairn , quitter le GR et virer à droite vers le PR

Suivre les nombreux cairns qui mènent à la Faille d’Aujour

La vue est magnifique

Un panorama grandiose sur le Dévoluy

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : vue magnifique du Col d’Aujour

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/180654199924870/

On peut distinguer le Roc et la tète de Garnesier, le grand Ferrand, L’Obiou

La vue coté Nord

La Faille d’Aujour

Une main courante permet d’accéder à la pente herbeuse qui mène au sommet d’Aujour

Le sommet d’Aujour à 1834 m d’Alt.

Pause repas en crête

Apéro local au sommet

Du sommet, on peut apercevoir le village de Le Saix, l’Abbaye de Clausonne

Le parcours en crête

attention les plaques rocheuses sont glissantes

Quelques passages ou il faut y mettre les mains

des blocs rocheux à franchir

Enfin, nous apercevons un sentier bien tracé qui mène au bas des falaises

Longer les hautes falaises sur le sentier bien tracé

On peut apercevoir les crêtes de Revuaire que nous avons parcourues la semaine dernière

Le sentier fléchit petit à petit et nous mène à la large piste au Col d’Armande

Emprunter la piste sur 500 m environ avant de prendre un petit sentier sur la gauche qui grimpe de nouveau en crête

Emprunter le sentier caillouteux qui grimpe à nouveau en crête

Dans le rétro, on peut voir toutes les crêtes parcourues

Suivre le sentier qui alterne la crête, le sous-bois en passant par le Col de la Montagne ( non balisé)

Se diriger vers le Roc de Longue Dent

A la cote 1167, bifurquer à droite par le sentier des Cascades Jaunes ( quelques vieilles balises)

Hélas, pas une seule cascade en vue, les ravins sont secs

Le sentier des cascades Jaunes est jalonné de genets en fleurs

Bientôt on peut apercevoir notre point de départ ou sont garés de très nombreux véhicules

Il faut nous déchausser pour le passage à gué, en effet les dernières pluies ont augmenté le niveau de l’eau.


 la Montagne d’Aujour offre un panorama grandiose sur le massif du Dévoluy, sur toute la Vallée de la Durance, du Büech et du Petit Büech. Le défilé du Gouravour est magnifique tant par ses cascades, ses vasques et toutes ses curiosités. Mais c’est une randonnée qui se mérite 

127 – Le Pic de Gleize par le cirque de Chaudun (05)

Mai 2020

Une magnifique randonnée de 15 km pour 911 m de dénivelé environ au départ du Col de Gleize, itinéraire balisé mais quelques manques par endroits. Passages aériens et techniques dans la descente vers le cirque de Chaudun.

Du parking du Col de Gleize, prendre de suite la direction du « Pic de Gleize » plein Nord, le sentier grimpe en foret puis continue dans des alpages et enfin les aiguilles du Pic de Gleize se laissent apercevoir. Du Col, rejoindre le sentier qui monte au sommet du Pic à 2161 m d’Alt. Revenir au col pour emprunter un petit sentier très roulant qui descend assez sèchement, un passage assez technique est à franchir. Rejoindre un plateau herbeux puis traverser une foret de mélèzes pour arriver dans le magnifique cirque de Chaudun. Le sentier traverse des alpages, des torrents, des cascades. Continuer jusqu’à atteindre un panneau balisé PR sur la gauche qui indique qu il faut descendre dans le ravin de « La Faucille ». Attention ensuite le balisage est inexistant et le sentier se perd mais des petits cairns aident à l’orientation. Ensuite on retrouve le balisage et le sentier qui suit le « Petit Buech ». Quelques magnifiques cascades permettent de se rafraîchir, continuer à suivre le PR jusqu’à atteindre l’ancien village de Chaudun. Traverser la passerelle au dessus du Petit Buech, passer devant les deux maisons forestières et emprunter la belle piste ( 5,5 km environ) à gauche qui monte en lacets vers le col de Chabanottes, puis continuer jusqu’à passer devant le départ du « Sentier de Ronde » et enfin rejoindre le parking du départ au Col de Gleize.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=usGXSN9hfq&pass=8d20f

Parking du Col de Gleize déjà très fréquenté à 8h du matin

Itinéraire balisé, suivre la direction du Pic de Gleize

Petit à petit le sentier sort de la foret pour entrer dans les alpages. Dans le rétro, la vue se dégage

Au fond, on peut apercevoir le Pic de Greysinière à 1881 m d’Alt. et le Pic de Charance à 1825 m et plus haut le Cuchon à 1903 m d’Alt.

Dès la sortie dans les alpages, on peut apercevoir les aiguilles du Pic de Gleize

Au fond, on distingue la montagne de Ceuze à 2016 m d’Alt.

Dans le rétro

Passage pierreux avant d’atteindre le pied du Pic de Gleize

La vue est magnifique

Zoom sur le Vieux Chaillol

Arrivée au pied du Pic de Gleize 2101 m d’Alt , quelques névés subsistent

En admiration devant une telle vue magnique !

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : vue au pied du Pic de Gleize

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/246031983384294/

le sentier de montée est très fréquenté en ce jour férié

Au sommet du Pic de Gleize à 2161 m d’Alt

La vue du Pic de Gleize

Le magnifique cirque de Chaudun : on peut apercevoir Costebelle 2006 m , Costefolle 2044 m, Le Girolet 2078 m et le sommet du Chamois à 2064 m d’Alt.

redescendre au pied du Pic et admirer le Pic de L’aiguille qui se dresse à 2140 m d’Alt.

au pied du Pic de Gleize, prendre le sentier caillouteux qui dégringole vers le cirque de Chaudun

Attention, quelques passages identifiés comme dangereux ou il faut y mettre les mains

On arrive sur un plateau herbeux

Suivre le sentier qui fait le tour du cirque

De nombreuses cascades jalonnent le sentier

Puis on descend au fond du ravin de La Faucille pour longer « le Petit Buech »

Suivre le Petit Buech

De jolies vasques permettent de se rafraîchir un peu

Les magnifiques cascades du Petit Buech

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : De nombreuses cascades jalonnent le cirque de Chaudun

https://www.facebook.com/304948490397968/videos/644824419708530/

Les vestiges de l’ancien village de Chaudun

Son ancien cimetière

Traverser la passerelle et passer devant les deux maisons forestières

La large piste qui monte au Col de Chabanottes

Le Col de Chabanottes à 1663 m d’Alt.

Puis continuer à suivre la piste qui rejoint le Col du Milieu à 1734 m puis le Col de Gleize à 1691 m d’Alt

retour au parking du Col de Gleize très fréquenté

Nous avons beaucoup apprécié cette magnifique randonnée tant pour ses beaux panoramas que pour sa flore splendide en cette saison. Le cirque de Chaudun est vraiment superbe et demande plusieurs randonnées pour découvrir toutes les cascades, tous les ravins et vallons qui entourent l’ancien village de Chaudun.

126 – Les Gorges du Riou et les crêtes de Revuaire (05)

Mai 2020

Une magnifique randonnée dans le pays du Buëch, de 14 km pour 750 m de dénivelé environ au départ de la mairie de Saint-Genis près de Serres. Vertigineux s’abstenir, itinéraire très bien balisé

Du parking de la mairie, prendre la direction du petit village de St Genis en empruntant la petite route, passer devant l’église paroissiale puis traverser St Genis. Le GR de pays Tour du Buech est bien aménagé et très bien fleuri. Suivre le GR jusqu’à la cote 760 puis bifurquer sur la gauche, plein nord par un sentier caillouteux,
balisé PR qui grimpe assez sèchement jusqu’à rejoindre les bois de Revuaire. Puis à l’altitude 1050 m, virer à gauche par un chemin à peine marqué direction Ouest, il monte vers l’extrémité Ouest des crêtes de Revuaire sur un peu plus d’1 km d’ascension. Des cairns aident à s’orienter. Prendre ensuite la direction Est pour suivre les crêtes et arriver au sommet à 1299 m d’Alt. Suivre le sentier bien marqué qui suit la crête et repérer le chemin qui redescend sur la droite , direction Sud-Est. Nous avons continué à suivre les crêtes jusqu’au moment ou la pente se faisait trop raide et sommes donc redescendus progressivement pour rejoindre le sentier de la descente balisé PR pour rejoindre le Col de Revuaire à 1054 m.Direction Le Roc de Taiffefer mais hélas nous n’avons pas trouvé la sente pour y grimper aussi nous sommes revenus au Col de Revuaire. Puis prendre la direction de Jubéo , après 250 m un petit cairn indique la direction d’une belle grotte, la sente est raide et mène à une belle grotte dans la falaise. Ensuite redescendre et suivre le PR jusqu’à l’aire de Pique-Nique de Jubéo, passer devant la maison forestière de Jubéo et suivre la piste jusqu’aux Gorges du Riou, traverser la petite passerelle. Le sentier s’éloigne du Riou puis s’en rapproche pour finir par le longer jusqu’à rejoindre le GR de pays. Poursuivre par le même itinéraire pris à l’aller jusqu’au parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/NHQnVz6Nkm

Parking de la mairie de St Genis qui se trouve à 500 m avant le village

de grosses racines pour ce bel arbre

Le Plan d’eau du Riou, actuellement interdit

Quartier St Jaume : l’église paroissiale construite en 1874

beau cadran solaire quartier St Jaume

Le petit village de St Genis compte 56 âmes

Fontaine de St Genis

Le village est très bien décoré

Prendre le sentier de gauche balisé GR de pays Tour du Buech. On peut déjà apercevoir les crêtes de Revuaire

Le GR au départ est jalonné de genets en fleurs

Joli petit pont en pierre qui enjambe le Riou

au premier carrefour, prendre le sentier qui grimpe à gauche, balisé PR

le sentier caillouteux qui grimpe vers le Bois de Revuaire

Petit à petit la vue se dégage sur les gorges

La montée vers les crêtes se fait à l’ombre des arbres dans le bois de Revuaire

Derrière nous, la montagne de l’Aup ou de St Genis

Après avoir dépassé le bois de Revuaire, de nombreux cairns aident à la progression vers les crêtes

Vue Ouest

Le sommet de Revuaire à 1299 m d’Alt.

La descente pour rejoindre le Col de Revuaire

Le Roc Taillefer culmine à 1113 m d’Alt .

Le Col de Revuaire à 1054 m d’Alt, prendre la direction de Jubéo

Le sentier menant à la grotte sans nom, est raide

Pas de chauve-souris mais de nombreux moustiques dans la grotte

La grotte, un long boyau, prévoir une lampe torche ou frontale

Aire de pique-nique à Jubéo

Fontaine de Jubéo : aucune information quant à la qualité de l’eau

Direction la maison forestière

Au cœur de la forêt domaniale de Beynon , la maison forestière de Jubéo

Descente vers les Gorges du Riou

Traverser le Riou pour rejoindre l’autre rive

Un petit bain de pieds est très apprécié

Le sentier longe le Riou

de nombreuses petites cascades le long du sentier

Un copain randonneur en osmose avec un arbre !

Retour vers les marnes noires de St Genis

Saint-Genis : un très beau petit village très joliment décoré

Retour vers le parking du départ

Nous avons beaucoup aimé cette randonnée aux somptueux panoramas sur le Haut-Buëch et le Dévoluy.
La fraîcheur des Gorges du Riou a été fort appréciée au retour. Nous vous la recommandons, elle saura contenter les plus exigeants

125 – Les crêtes de Plein Voir (04)

Mai 2020

Une magnifique randonnée au-dessus des Gorges du Verdon de 15 km pour 1000 m de dénivelé environ au départ du rond point après le camping St Clair à Moustiers Ste Marie. Vertigineux s’abstenir, un passage câble. Itinéraire très bien balisé.

Quelques places au bord de la route D 952 juste après le rond point. Prendre le sentier balisé GR 4 qui grimpe de suite, traverse la route et continue son ascension vers la crête de l’ Ourbes. Attention après la pluie le sentier est très glissant. Continuer à suivre le GR jusqu’au Col de l’âne à 1094 m d’alt puis jusqu’au Col de Plein Voir à 1168 m d’alt. Rester le long de la crête pour atteindre le sommet à 1257 m jusqu’à rejoindre un belvédère qui permet d’admirer le lac de Ste Croix et ses alentours ainsi que la crête de l’Issioule. Revenir au Col de Plein Voir, prendre la direction Saint-Maurin. Le sentier PR, balisé jaune, dégringole vers les cascades de tufs ( les grottes sont inaccessibles à cause des dernières pluies) puis remonte pour redescendre à nouveau jusqu’à rejoindre la route après le Bois des Félines. Suivre la D 952 sur quelques centaines de mètres puis prendre la piste sur la droite qui revient sur la route après quelques centaines de mètres. Suivre la route sur environ 1 km (attention la circulation l’été est très dense)uis au premier virage en épingle, prendre le sentier à droite qui rejoint le GR pour redescendre jusqu’au point de départ

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=8b7EFjSUDY&pass=87004

Dès le départ, prendre le GR direction de la crete d’Ourbes

Le sentier GR 4 grimpe assez sèchement des le départ

Le brouillard empêche la vue sur les rochers

Petit passage dans la roche

Un autre petit couloir entre deux rochers

La crête de l’Ourbes sans la vue, le brouillard va t-il se lever ?

Pendant la pause café, le brouillard se lève !

On peut maintenant distinguer le lac de Ste-Croix

Continuer à suivre le GR 4, direction Col de l’âne

Zoom sur le Pont du Galetas : deuxième jour de déconfinement, pas un véhicule !

Le portail des Gorges du Verdon

La vue est vraiment magnifique !

Au Col de l’âne, prendre la direction du Col de Plein Voir

Le Col de l’âne à 1094 m d’Alt.

La crête déjà parcourue

Le Col de Plein Voir à 1168 m d’Alt

Au fond des gorges, le Verdon boueux rugit encore des nombreuses pluies des derniers jours

Direction Nord-Est, on peut apercevoir Le Chiran, le Grand Mourre, le Mourre de Chanier et devant le Pavillon

L ‘entrée des Gorges du Verdon

La crête de Plein Voir

Le sommet de la crête à 1250 m d’Alt.

Pause repas face au Grand Marges

La crête de l’Issioule

Apres l’effort, le réconfort !

Après être revenu au Col de Plein Voir, prendre le sentier à gauche PR balisé jaune , direction St Maurin

Le sentier descend vers les cascades de tufs de St Maurin

A l’entrée ouest des grandes gorges du Verdon, la réserve naturelle de Saint-Maurin est caractérisée par la formation spectaculaire de travertins (tufs) issus de la précipitation du carbonate de calcium libéré par les nombreuses sources prenant naissance au pied de la falaise de Barbin.Le site de 26 hectares, situé dans un cadre exceptionnel, offre une ambiance insolite de fraicheur et ses espaces ouverts tranchent avec les paysages d’alentour à dominance boisés. Il présente une richesse floristique et entomologique remarquable. Les sources et falaises abritent une riche végétation bryophytique et de nombreuses espèces de chauves-souris (dont le petit rhinolophe, le murin à oreilles échancrées, l’oreillard montagnard et le molosse de Cestoni).

Les cascades de tufs de St Maurin, hélas les dernières pluies empêchent l’accès aux grottes de St Maurin

après avoir quitté St Maurin, le sentier PR remonte et surplombe la route des crêtes qui longe les gorges du verdon

Passage aérien câble

Petit à petit, le sentier redescend et nous permet d’admirer une dernière fois le lac de Ste Croix


Nous avons beaucoup apprécié cette magnifique randonnée, sa vue exceptionnel sur le lac de Sainte-Croix, le plateau de Valensole, le pont du Galetas et sur les Gorges du Verdon. Première randonnée après le déconfinement donc pour nous elle a une notion très particulière : La liberté retrouvée……enfin presque !  

124 – Autour de Saumane (04)

Mars 2020

Une belle randonnée dans la foret domaniale de Lure de 16 km pour 640 m de dénivelé environ au départ du village de Saumane dans les Alpes de haute-Provence. Itinéraire peu balisé. Aucune difficulté particulière.

Se garer place de l’église puis remonter la rue principale plein nord puis virer à gauche à la deuxième intersection. Au bout de la rue, en face entre deux maisons prendre le sentier qui grimpe de plus en plus sèchement jusqu’à sortir de la foret et parvenir sur un plateau herbeux La « Jalinière » à 1181 m d’alt. Continuer à suivre le sentier qui mène à la bergerie « La Gardette ». Petit à petit le petit sentier devient piste caillouteuse et rejoint une large piste. Virer à gauche plein Nord, passer devant une ancienne bergerie (qui semblerait être en cours de restauration) et poursuivre jusqu’à parvenir à la bergerie du « Clos Guilhem »à 1230 m d’alt. Continuer sur quelques mètres et prendre le premier sentier à gauche direction Ouest qui grimpe régulièrement, passer devant une ruine puis au premier virage, laisser la piste et trouver une petite sente à peine marquée qui descend dans le vallon. Petit à petit la sente devient sentier et passe devant une longue bergerie ( sans nom) Poursuivre la descente direction Sud-Ouest , ignorer les autres sentiers jusqu’à rejoindre une large piste. Après la cote 1098, sur la gauche on peut voir une autre bergerie restaurée sur un large plateau herbeux. Continuer sur la piste jusqu’à la Source La Font Martine et son bassin de rétention. Prendre alors la piste de droite qui grimpe et passe devant une habitation « La Blanchère »puis à la prochaine intersection un balisage à suivre direction « Vière ». Suivre le sentier agréable et ombragé qui mène à une habitation « Les Graves », poursuivre tout droit par le chemin balisé PR qui descend progressivement vers l’ancien village de la Rochegiron, »Vière ». Puis continuer par la piste qui descend et rejoint une autre piste. A l’intersection, à la fontaine et au lavoir, suivre le sentier à gauche qui grimpe, ignorer les chemins traversants. Poursuivre tout droit jusqu’à redescendre vers la route D 412, prendre la rue en face qui ramène au parking de l’église de Saumane.

cliquer pour agrandir
cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/vrqvIYEjCx

parking de départ devant l’église de Saumane

le sentier grimpe très rapidement et nous permet d’apercevoir dans le rétro, le village de Saumane

Le sentier quitte la foret et mène sur un plateau herbeux  » La Jalinière »

de loin, on peut apercevoir la bergerie de « La Gardette »

La magnifique bergerie « La Gardette » en pierres sèches

Sa litière

Sa grande pièce avec tables et chaises

Nous étions déjà venus admirer cette magnifique bergerie lors d’une précédente randonnée. Cliquer sur le lien pour visualiser les photos

http://www.lescopainsrandonneurs04.fr/78-le-treboux-et-les-bergeries-de-saumane-04/

Poursuivre plein Nord pour atteindre la bergerie du « Clos Guilhem »

Une habitation qui semble en cours de restauration

La bergerie  » Le Clos Guilhem »

Son puits, ne dirait-on pas un chien au dessus de la porte du puits ?

Bergerie sans nom tout en longueur

« Lila » notre mascotte du jour, la chienne du boulanger de Saumane nous a suivis gentillement tout le long de notre balade.

Entre la cote 1098 et Font Marine, une autre magnifique bergerie composée de 3 pièces

Première pièce

deuxième pièce : stockage du bois pour la cheminée

Troisième pièce : la partie habitation du berger composée d’une table, d’une chaise et d’une cheminée.

la bergerie est entourée d’un beau plateau herbeux

La source de Font Martine

A la source de Font Martine, prendre la piste de droite qui grimpe. On peut apercevoir le bassin de rétention à coté de la source

« La Blanchère »

Suivre le balisage, direction Vière.

Le sentier ombragé est très agréable

« Les Graves »

Le hameau de Vière est le vieux village de La Rochegiron. Le « castrum » médiéval appelé « Rocca-Gironis », est encore un hameau de 33 foyers à la fin du 19 ième siècle, et fut abandonné au début du siècle dernier.

Vière à 940 m d’alt.

http://dignois.fr/La-Rochegiron-Viere/#cast

Ancienne église paroissiale Saint Jean :

Des ruines du clocher, surplombant le bras nord du transept, on a consolidé un clocher-mur et installé une cloche en 1981.
L’église a conservé son abside rectangulaire à chevet plat avec sa voûte en berceau légèrement brisé. On y a construit un petit autel de pierre orné d’une simple croix.
Les murs de la nef, avec une voûte aujourd’hui céleste, sont percés de petites ouvertures romanes du 12ième siècle.

Contre la nef, au sud, une restanque contient le vieux cimetière où reposent quelques pierres tombales .

Après avoir dépassé le hameau de Vière et rejoint la piste, prendre le sentier qui grimpe à gauche à la fontaine et au lavoir

Cette eau est la bienvenue pour « Lila », une petite halte lui permet de se rafraîchir

Au carrefour, prendre le sentier qui grimpe. Dans le rétro, on peut apercevoir l’église St Jean et au-dessus les ruines du castrum..

Puis le sentier caillouteux nous ramène vers le village de Saumane.

les copains randonneurs du 04 aiment beaucoup randonner dans cette région de Lure qui fut autrefois un haut lieu du pastoralisme. On y retrouve un grand nombre de bergeries, édifiées pour la plupart au XIX° siècle. Toutes réalisées en pierre sèche, avec le matériau trouvé sur place elles sont de magnifiques exemples d’une technique particulière très bien maîtrisée.

123 – La crête de la Baraque par la Combe du Sautadou (84)

Mars 2020

Encore une belle randonnée dans le parc du Luberon de 19 km pour 900 m de dénivelé environ au départ de Bonnieux. Itinéraire en partie balisé, pas ou peu de passage aérien, pas de difficulté particulière si ce n’est des sentiers caillouteux et roulants.

Départ, le long de la D3 sous le village de Bonnieux. prendre la direction de Bonnieux par la petite route sur 500 mètres environ puis bifurquer à droite direction le village gaulois, continuer tout droit sur une vieille route montante jusqu’à ce qu’elle devienne un sentier balisé PR. Au premier carrefour, une piste mène à une propriété privée avec truffière à laisser de coté, prendre à gauche sur une centaines de mètres puis suivre le sentier à droite qui grimpe régulièrement jusqu’à « Lunel » à 568 m d’alt. Prendre à droite sur la petite route sur quelques mètres, sur la gauche prendre le petit sentier fermé par un vieux portail qui mène à la Tour Philippe puis continuer jusqu’à rejoindre « Pantayon » une bergerie en cours de restauration. Poursuivre par le PR qui descend progressivement en lacet vers la Combe du Sautadou 366 m d’alt. Prendre ensuite sur la droite la direction de la Combe de Recaute et de la Foret des Cèdres. Le chemin caillouteux grimpe sèchement puis redescend vers la Combe de Recaute à 393 m d’alt. Prendre la direction de l’Aire des Bosses et de la Foret des Cèdres. La large piste GR 97 monte régulièrement jusqu’à une citerne au premier virage en épingle. Laisser la piste et continuer tout droit par le GR puis rejoindre la piste. Au premier virage en épingle, quitter le GR et prendre la piste qui descend à gauche puis au premier virage, trouver le chemin juste en face qui part tout droit et grimpe à l’Aire de Bosse. Poursuivre plein nord, l’ascension vers « Les Portalas » à 669 m d’alt. est assez raide sur un sentier très caillouteux. Puis suivre la direction  » Le pré de Roustan » jusqu’à parvenir au belvédère au-dessus de la citerne ou se trouve une table explicative. Un magnifique panorama permet d’admirer le val de Durance, tous les monts avoisinants et si le temps le permet l’ Etang de Berre. En contre bas, l’Arche des Portalas à admirer. Ensuite suivre la crête de la Baraque direction Ouest jusqu’au moment ou le sentier descend fortement. Revenir sur ses pas jusqu’au Panneau « Les Portalas », puis prendre le sentier qui descend sur la gauche, direction nord. puis le sentier vire à l’Est pour rejoindre le parking de La Foret des Cèdres. Un belvédère à gauche du parking permet d’admirer la vue sur le vallon et le val de Durance. Revenir sur ses pas pour reprendre la sente qui traverse une piste (partie non balisée) la parcourir sur une centaine de mètres puis bifurquer à gauche, un petit sentier descend vers le Grand Suis, au premier carrefour virer à gauche pour rejoindre la route de la Foret des Cèdres. La traverser, en face emprunter la piste qui vire à droite vers la cabane forestière « Le Bastidon » derrière une citerne. Revenir sur ses pas, dépasser la citerne, prendre à gauche le sentier qui remonte puis bifurquer à gauche sur la route (500 m environ) jusqu’à « Peyrafio »648 m d’alt. A Peyrafio, prendre la direction « L’Arrigner » et Bonnieux. Suivre le GR qui descend régulièrement jusqu’à rejoindre une petite route qui ramène au point de départ ou comme nous avons fait, suivre le GR sur 1 km environ et prendre le premier chemin à droite qui grimpe et ramène à « Lunel ». Poursuivre en suivant le même itinéraire pris à l’aller jusqu’à rejoindre la petite route qui mène à Bonnieux et au parking du départ

Cliquer pour agrandir
cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=eJcfglrASD&pass=074d4

on quitte la petite route de Bonnieux, prendre la direction du village gaulois

En montant, on peut apercevoir le beau village de Lacoste

En prenant vers La Truffière, nous sommes tombés sur cette magnifique Borie mais hélas la sente n’est plus fréquentée, elle est envahie de ronces. Nous avons donc supprimé cette partie du parcours sur la trace

Une borie composée de deux pièces en enfilade

A Lunel, prendre la direction de la Tour Philippe

La tour a été construite par un habitant de Bonnieux, Philippe Audibert, un original, artiste (grand prix de Rome de sculpture) et rêveur.
Il entreprit cette construction de style néo-médiéval, vers 1885, car il souhaitait « voir la mer ».
Propriété privée.Malheureusement, Philippe Audibert est frappé d’apoplexie à l’âge de 64 ans.

Son beau frère hérita des biens et stoppa la construction de la Tour. On ne voit donc pas la mer mais on peut apercevoir l’étang de Berre.

La bergerie de Pantayon : un magnifique ensemble, qui a été fut un temps en partie restauré, composé de la Grande Borie, d’une bâtisse à 2 étages de 2 ensembles accolés, dont les 2 portes avant possèdent chacune un linteau monolithe, et la porte arrière avec un linteau monolithe en arc taillé remarquable, l’autre porte accessible par un escalier. Plus loin derrière, 2 cabanes bories en encorbellement, reliées par un passage de porte à linteau monolithe. Une 3 ième cabane termine l’ensemble, et au bout de l’enclos, un abreuvoir creusé dans le rocher. L’ensemble étant ceinturé par un muret de pierre sèche. La bergerie est actuellement en travaux.

Le sentier caillouteux descend progressivement vers la Combe du Sautadou

Prendre la direction de la Combe de Recaute : le sentier grimpe assez sèchement puis redescend pour rejoindre le GR 97

Notre objectif est en vue

A la Combe de Recaute, suivre la piste direction l’Aire de Bosse sur la carte IGN ou des Bosses sur le panneau !

La citerne ou il faut quitter la piste et suivre le GR

Suivre le GR à la citerne

Pour éviter la piste interminable, prendre le petit sentier qui ramène à l’Aire de Bosse

A l’Aire de Bosse, prendre le sentier qui grimpe plein Nord

Dans le rétro : L Aire de Bosse

Au loin, on peut apercevoir Les Alpilles

Au Portalas, prendre la direction du Pré de Roustan

Au fond, on peut apercevoir le Mourre Nègre

Le belvédère du Portalas, sa table explicative au-dessus de la citerne. Les nuages menaçants et le vent glacial nous font craindre la pluie…Par beau temps le panorama est magnifique sur les monts avoisinants et le Val de Durance. On peut aussi distinguer l’étang de Berre.

L Arche des Portalas : Arche naturel en contre bas du sentier

cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : L ‘Arche des Portalas

https://youtu.be/jBzcN35RBHI

La crête de la Baraque

Le sentier caillouteux qui descend et remonte vers la Foret des Cèdres

Joli panorama au belvédère de la foret des Cèdres

Aire de pique nique derrière le parking de la foret des Cèdres qui incite à la pause

Pour éviter la route, après la piste du parking, suivre tout droit le sentier à peine marqué qui rejoint une piste

Cabane Forestier ONF : Le Bastidon

Possibilité d’y faire des grillages

une plaque commémorative sur le mur de la cabane

Après avoir suivi la route sur 500 m environ, à Peyralio , prendre la direction de L’Arrigner et de Bonnieux par Le GR

Le sentier descend progressivement vers Bonnieux

Après 1 km environ sur le sentier, bifurquer à droite sur une sente qui remonte vers Lunel et reprendre le sentier pris à l’aller pour redescendre vers le parking du départ. Ici, on peut apercevoir le magnifique village de Bonnieux .

Les copains randonneurs du 04 avaient beaucoup aimé la randonnée au mois de Décembre dans le massif du petit Luberon aussi nous avons décidé d’y retourner. Mais d’autres magnifiques sentiers demandent à être parcourus. Cet espace privilégié est une invitation à la découverte d’un patrimoine géologique exceptionnel.

https://www.parcduluberon.fr/un-quotidien-a-preserver/milieux-naturels-et-biodiversite/natura-2000-r3/massif-petit-luberon/

122 – La Baume de Roustan par St Saturnin les Apt (84)

février 2020

Une très belle et longue randonnée de 20 km pour 830 m de dénivelé environ au départ de St Saturnin les Apt. Itinéraire en partie balisé point vert n°7. Un passage aérien le long de la crête au-dessus de Vévouil sinon aucune difficulté particulière.

Du parking de la piscine municipale de St Saturnin, remonter la rue et prendre la direction des vestiges du chateau, prendre les escaliers à gauche de l’église St Etienne et grimper jusqu’à atteindre le portail Ayguier et les remparts. Au sud des ruines, trouver le passage qui rejoint le barrage, le traverser et descendre coté sud pour rejoindre les moulins à vent du XVIIe siècle et son ancienne aire de battage et de séchage du blé. Ensuite prendre le sentier qui monte à gauche et rejoint une piste. Au premier carrefour, suivre le PR par la piste direction Nord-Ouest. Suivre le balisage , passer devant une petite borie puis sur le coté d’un champ de chênes truffiers, poursuivre jusqu’à rejoindre Cachabaou ou se cache derrière les chênes , une magnifique borie. Continuer à suivre les ronds verts pour arriver au hameau de Vévouil puis vers le ravin du grand Marignon. Au fond du ravin, ne pas louper le petit sentier à droite qui grimpe raide jusqu’à la Baume de Roustan. Revenir sur ses pas jusqu’à Vevouil traverser le hameau pour rejoindre la route, suivre le sentier rond vert qui coupe les lacets puis au virage en tete d’épingle, prendre le sentier derrière les arbres qui monte dans un champ puis prendre à droite jusqu’à la rencontre d’un petit sentier qu ‘il ne faut pas prendre. Continuer par le chemin qui grimpe assez sèchement puis prendre à droite par une sente à peine marquée au milieu des pins, traverser un champ et rejoindre une petite clairière. A droite de la clairière, trouver un cairn qui indique le début d’un petit chemin qui se perd un peu, mais après cent mètres environ, un petit cairn sur la gauche indique le sentier juste au-dessus qui permet de suivre la crête (rond vert) pendant environ 800 m puis prendre un sentier qui descend progressivement direction Sud-Est. Suivre ce sentier jusqu’à l’intersection d’une piste, on retrouve les ronds verts qu il faut suivre jusqu’à passer devant une belle borie. Continuer la descente progressive jusqu’à traverser la route D 943 puis prendre en face, traverser Damazian sur la gauche, poursuivre par la petite route direction Est jusqu’au centre de St Saturnin et le parking du départ.

cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=0un6M5pHZO&pass=6f20d

En montant vers l’église, de magnifiques portes à admirer

L’église paroissiale St Etienne reconstruite en 1862.
Elle se caractérise par sa ligne élancée, son style épuré et son clocher octogonal. Elle est aussi dotée d’une horloge, ce qui évite à la Mairie d’en avoir une.
Sur le linteau de la porte, les mentions RF, liberté, égalité, fraternité sont inscrites.
Au-dessus de la porte, une magnifique rosace sert à éclairer l’intérieur.

Statue en bronze du sculpteur Garcia

La calade qui monte aux ruines du chateau

le magnifique portail Ayguier

Le village de Saint-Saturnin-lès-Apt se situe à environ 400 mètres d’altitude au pied des Monts de Vaucluse, près d’Apt  La commune fait partie du Parc Naturel Régional du Luberon. 

cliquer sur le lien pour visualiser le site du Luberon

http://luberon.fr/



Le passage qui permet de rejoindre le barrage. Jolie vue sur les remparts avec leurs pierres joliment agencées par endroit, en « arêtes de poisson ».

Vue sur la chapelle castrale , les ruines de l’ancien village et la retenue d’eau

Zoom sur la chapelle Ste-Radegonde

Quatre moulins à vent se trouvaient sur la colline au XVIIe siècle. Deux moulins ont été rénovés.  Juste à côté se trouve l’ancienne aire de battage et de séchage du blé. 

le deuxième moulin est aujourd’hui un gite loué par la commune

le troisième moulin n’est plus qu’une ruine, impossible de trouver le quatrième….

Passer devant une petite borie réalisée avec les pierres sèches ramassées autour

Sentier ombragé par endroits

des travaux en cours prés de la cote 767

Arrivé à Cachabaou, suivre le petit panneau qui indique la direction des ruines dans la foret

La borie de Cachabaou et à coté son aiguier

de magnifiques murs en pierres sèches entourent le hameau de Vévouil

le joli hameau de Vévouil mérite une petite visite

de belles habitations restaurées qui semblent inhabitées en hiver

Quitter Vevouil pour descendre dans le ravin du Grand Marignon

En vue la baume de Roustan

En bas, dans le ravin du Grand Marignon, au cairn suivre le panneau à droite qui indique le sentier qui grimpe jusqu’à la Baume de Roustan

La baume de Roustan : 58 m. de largeur, 34 m. de profondeur avec un sol sur deux niveaux distincts. Elle a été utilisée comme habitation dans le passé.

Quelques figures ont été dessinées sur les rochers

La baume est composé de plusieurs niveaux qui donnent l’envie d’aller les découvrir

Après avoir traversé le hameau de Vévouil, rejoindre la petite route et prendre le sentier caché derrière les arbres qui longe un champ puis virer à droite pour passer devant un champ de cerisiers

le petit cairn à trouver qui indique le début du sentier qui longe la crête au-dessus de Vévouil

La crête à 700 mètres d’alt.

Des lapiaz ?

Le Mont Ventoux a mis son bonnet

De la crête, zoom sur Vévouil

Jolie vue sur Vévouil

La crête à suivre sur 800 mètres environ

Une belle borie qui semble récente, une inscription au dessus de l’entrée GAVROCHE 1988

le sentier caillouteux du retour

Traverser la route

A gauche, traverser Damazian puis rejoindre St Saturnin les Apt et le parking du départ

121 – Le Trou d’Argent de Sisteron (04)

Février 2020

Une magnifique randonnée technique et ludique de 9 km pour 750 m de dénivelé environ pour ceux qui aiment les mains courantes, câbles etc. Parcours balisé par endroits, passages aériens donc vertigineux s’abstenir. Certains endroits sont patinés par les nombreux passages des randonneurs

Quelques places de parking le long de la D4 à Sisteron en face de la montagne de La Baume. Remonter la petite rue en face de la falaise de La Baume à droite de la D4 et suivre le balisage et indications  » Le Trou d’Argent ». Le sentier bien aménagé, grimpe régulièrement en foret puis le dénivelé petit à petit s’accentue sur un sentier caillouteux et roulant. La montée est raide, et se poursuit au milieu des chênes et des genêts, jusqu’au pied de la falaise. Pénétrer dans la grotte à l’aide du câble et des barreaux métalliques, la traverser par le passage souterrain. En fait cette grotte ressemble à un long boyau  entrecoupé de larges ouvertures en balcon pour profiter d’un panorama magnifique. Une frontale sera très utile dans la partie obscure de la grotte ensuite il faudra retirer le sac à dos pour s’extirper du trou qui dessert la cavité de sortie. Puis le sentier continue entre deux barres rocheuses, des passages câbles permettent l’ascension des rochers pour rejoindre à droite le chemin qui mène au sommet de La Baume à 1147 m d’alt. Après avoir admiré le magnifique panorama, revenir sur ses pas et continuer en crête sur environ 1 km pour virer à droite. Attention, balisage à peine marqué. Suivre le sentier qui descend en versant nord jusqu’à rejoindre la route au niveau du col de Mézien. Au niveau du virage à gauche, trouver une sente à peine marquée dans la foret qui descend et rejoint la route D 3 un peu plus bas. Poursuivre sur la route sur environ 500 mètres, puis au premier virage, emprunter le GR 6 qui descend en foret sur quelques kms puis à gauche, prendre l’itinéraire VTT qui ramène directement à un lavoir.Continuer la descente à gauche par les petites ruelles qui permettent de rejoindre la falaise de La Baume et le parking du départ

cliquer pour agrandir
cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=unt3Sw9H9t&pass=518dd

Prendre la petite route qui remonte à la falaise de La baume et suivre l’itinéraire balisé  » le Trou d’Argent »

Le sentier balisé démarre à droite de la falaise de La Baume déclinée en feuillets calcaires successifs

Le sentier bien aménagé monte régulièrement en foret

Petit à petit, la vue se dégage sur les toits de Sisteron. On peut apercevoir le Molard, Pierre Impie et le Roc de l’Aigle et la vallée du Jabron

Notre belle montagne de Lure

Notre objectif est en vue

Passage devant deux grottes

Après un parcours très pentu sur un sentier caillouteux et roulant : La grotte du Trou d’Argent avec son câble et ses barreaux métalliques

Vue de la grotte

En fait, la grotte est composé d’un long boyau
entrecoupé de larges ouvertures permettant des vues à couper le souffle

Le trou d’argent doit son nom aux fouilles qui ont mis a jour des pièces de monnaie anciennes; la grotte fut habitée au néolithique et au 15 ième siècle pendant les guerres de religion.

On progresse arc-bouté, ou à quatre pattes, une dizaine de mètres au-dessus du vide.

Gravée dans la pierre, une inscription marquée « Dieu seul é mon Maître », datée de 1865 et signée d’un certain X. Dechaux. Le Dechaux en question s’appelle Xavier et est tristement célèbre en Provence. Après le décès de sa femme et de son dernier enfant – il en eut 7 et tous moururent en bas-âge – ce Marseillais laisse des traces de son passage dans la pierre, gravant à plusieurs reprises des sites : ici, au-dessus de Sisteron, mais aussi dans les Calanques et la Sainte-Baume.
Il se suicidera par pendaison dans l’une d’elles – qui porte désormais son nom – le 22 septembre 1868

Quelques ouvertures en balcon permettent d’apprécier le paysage

La frontale est très utile par endroit ou l’obscurité est totale

très étroit par endroit, il nous faut laisser tomber le sac à dos et ramper

La sortie du Trou d’Argent. Le sentier reprend en balcon

Magnifique panorama

Poursuivre par le petit sentier entre deux barres rocheuses

Puis une grimpette sur un plan vertical à l’aide d’un câble et de marches pieds

Vertigineux s’abstenir

dernière grimpette avant de prendre le sentier à droite pour rejoindre le sommet

Vue sur le Pic de Bure, le Grand Ferrand, l Obiou, le Roc de Garnesier

Au sommet à 1147 m, une borne géodésique, ancrée dans le sol 


 La Montagne de Gache et le Défilé de Pierre Ecrite 

une vue magnifique au sommet

Puis retour sur ses pas sur 1 km environ pour bifurquer à droite : attention le balisage est à peine visible

on peut apercevoir le sentier pris à l’aller

Au virage, prendre le GR 6 direction Sisteron

Le sentier VTT amène directement au petit lavoir et permet d’éviter un parcours sur la route

Aqueduc de Sisteron

Retour par la falaise de La baume avant de retrouver le parking du départ

Une magnifique randonnée que nous conseillons à tous les randonneurs qui aiment les parcours ludiques sans être trop techniques.

120 – Le Mont Puget par l’Aiguille de Guillemin (13)

février 2020

Une magnifique randonnée de 13 km pour 530 m de dénivelé environ au départ de la fac des Sciences de Luminy à Marseille. Passages aériens ou il faut y mettre les mains donc vertigineux s’abstenir. Quelques passages roulants donc mieux vaut un pied sûr. Itinéraire balisé par endroits.

Randonnée dans le parc national des calanques ou un règlement est à respecter : Pas de hors sentier

http://www.calanques-parcnational.fr/fr/le-parc-national-des-calanques/se-renseigner-sur-les-reglementations/reglementations-terre

Du parking à la fac de Luminy, prendre la direction plein sud par la large piste, après 800 m bifurquer à gauche et suivre la piste montante sur une centaine de mètres puis virer à droite sur une sente caillouteuse qui grimpe en foret. Rejoindre une piste, la traverser pour continuer l’ascension jusqu’à rejoindre le chemin du Centaure. Prendre à gauche puis après quelques mètres à droite et suivre la large piste pendant presque 2 kms. Nous avons été tenté de couper le virage de la piste mais après réflexion, nous avons préféré respecter le règlement du parc national des Calanques donc nous sommes revenus sur la piste. Puis trouver le sentier à gauche, marqué par un cairn, qui grimpe vers la Brèche et l’Aiguille de Guillemin. Passage aérien ou il faut y mettre les mains de temps en temps mais se grimpe assez facilement. Après le passage de La Brèche, suivre le sentier plein sud puis se rapprocher le plus possible de la crête pour rejoindre la Croix du Puget. Continuer en longeant la crête direction Sud-Est pour rejoindre le sommet du Mont Puget à 563 m d’alt marqué par un gros cairn. Poursuivre par le sentier direction Est, laisser à droite la sente qui descend à la grande Candelle, continuer jusqu’au deuxième carrefour balisé ou il y a une petite croix et une plaque commémorative brisée. Prendre la piste plein sud qui descend vers le Cap gros puis passer le Pas des Escaliers (des escaliers assez raides taillés dans les rochers) puis laisser le sentier du vallon des Chaudronniers qui part au sud, suivre le chemin caillouteux et très roulant qui descend direction Sud-Ouest pour rejoindre après un km le Col de la Candelle ou trônent la Grande Candelle et le Candelon. Itinéraire balisé GR. Suivre le GR jusqu’à rejoindre le Col de Sugiton puis poursuivre jusqu’au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=vjI8lYUF8R&pass=5e80b

Dès le départ, on peut apercevoir notre objectif : le Mont Puget

Levé de soleil sur le belvédère St Michel

Zoom sur la Bonne Mère et Marseille

Déjà de belles vues

on contourne les Falaises de Luminy par le chemin du Centaure

Puis à gauche, on peut apercevoir la Brèche qui permet le passage

A gauche, un cairn annonce le sentier qui grimpe vers la brèche ( éviter le hors sentier)

Passage vers la brèche

Quitter les bâtons car quelques passages ou il faut y mettre les mains

La vue plongeante de la brèche : vertigineux s’abstenir

La vue est magnifique

Après avoir franchi la brèche, nous arrivons sur un plateau rocheux

cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : Sur le plateau rocheux après le passage de la  brèche

https://youtu.be/ZR1wNXcTXXw

La vue du plateau rocheux direction Nord-Est

La Croix du Puget se dresse et domine Marseille et les îles du Frioul.

Vue sur Marseilleveyre

premier cairn

Vue de la crête sur la calanque de Morgiou

Le sommet du Mont Puget à 563 m d’alt. sans aucune indication

Continuer à suivre le sentier de crête

Au carrefour ou se trouve une croix et une plaque commémorative brisée, virer plein sud pour rejoindre la piste qui descend au Cap Gros

A gauche du sentier, on peut apercevoir Cassis et le Cap Canaille

A droite, on peut voir le sentier qui descend vers la grande Candelle et le Candelon

Passage devant un puits, la corde est trop courte ou le niveau de l’eau est trop bas !

Endroit propice à une petite pause

Poursuivre le sentier pour atteindre le Pas de l’Escalier

Le Pas du Saut du Chat : bouché par de multitudes branchages et troncs d’arbres

Le Pas de l’Escalier taillé dans la roche est très roulant

Mieux vaut avoir le pied sûr

Continuer la descente par le sentier caillouteux

Atteindre une crête qui ressemble à la crête d’un dinosaure ou a des dents !

A cheval sur la crête

Des dents ?

La calanque de l’œil de verre

Pour ceux qui ne savent pas à quoi il ressemble)

Après avoir franchi le vallon de la Candelle, le sentier remonte vers le Col de la Candelle

Le sentier emprunté pour atteindre le Col de la Candelle

Arrivée face à la grande Candelle et au Candelon

Derrière nous, des randonneurs remontent la crête pour atteindre le sommet du Mont Puget

Le Col de la Candelle forme un petit plateau rocheux

Vue sur la calanque de Morgiou

Le GR à suivre jusqu’au Col de Sugiton

Pause casse-croûte avec une vue superbe

Les falaises des calanques sont magnifiques

Chemin du retour vers le Col de Sugiton

dans le rétro : La Grande Candelle et le Candelon

La calanque de Morgiou

le GR du retour est très caillouteux

dans le rétro, le Mont Puget et sa crête

Une magnifique randonnée dans le parc national des calanques que nous conseillons aux randonneurs au pied sûr.

Pour préserver et maintenir les écosystèmes en bon état dans leurs espaces naturels, éviter le hors sentier

119 – Les Rochers de la Croix de Fer par le Vieux Mérindol (84)

Février 2020

Une belle randonnée de 16 km pour 650 m de Dénivelé environ au départ du parking de La Poste à Mérindol. Pas de difficulté particulière si ce n’est une déclivité importante pour rejoindre le GR après le sommet du vallon Bernard. Retour non balisé.

Du parking du départ, remonter plein nord la rue des Ecoles, passer devant l’office du Tourisme puis à gauche La cave à Aimé, devant la Mairie puis rejoindre la rue du Vieux Four à gauche puis le chemin de La Muse. Prendre la Draille du Vieux Mérindol, la première après « La Muse » ( centre de documentation de l’histoire Vaudoise) La petite route devient à droite un sentier caillouteux qui grimpe jusqu’à rejoindre à gauche la sente qui monte au Mémorial du Vieux Mérindol. Après la visite des vestiges, revenir sur ses pas et prendre le GR6 jusqu’à rejoindre le Mas de Sadaillan (une grande exploitation agricole) Attention le balisage ne correspond pas à la carte IGN. Nous sommes passés dans une propriété privée donc à éviter. Il faut continuer en empruntant la petite route ( GR) sur une centaine de mètres puis prendre une sente qui part à droite et rejoint le sentier qui mène à La Font de l ‘Orme. Ensuite prendre la direction de La Croix de Fer par la Combe de l’Yeuse balisée PR jusqu’à rejoindre 4,5 km pour haut, les Rochers de la Croix de Fer ( qui font suite aux Rochers de Cairas). A la coté 554, quitter le PR pour redescendre et remonter de suite en haut d’un vallon. Il suffit de suivre les nombreux cairns qui ramènent à la cote 303 puis prendre le GR 97 qui descend tout droit sur une centaine de mètres, ensuite laisser le GR partir à gauche, continuer tout droit puis prendre le sentier qui part à droite et qui normalement rejoint le GR6 pris à l’aller. A une centaine de mètres avant de rejoindre le GR, trouver une sente à peine marquée qui part plein sud et monte jusqu’au sommet du vallon Bernard puis redescend jusqu’à croiser un autre sentier. Bifurquer à droite pour trouver un chemin caillouteux qui plonge ( attention très roulant et raide) jusqu’à rejoindre le terrain de tir à l’arc « Les toxotes du Val de Durance  » à la cote 214. Continuer en empruntant le sentier qui part vers le fond du vallon et remonte jusqu’à rejoindre le GR6 , poursuivre par le même itinéraire qu’à l’aller pour retrouver le parking du départ.

cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=8EmdEhkVWF&pass=e7a1c

Parking du départ

Eglise Sainte Anne inscrite aux monuments historiques en 1984, grâce à son clocher en bulbe sarrazin unique dans la région. Elle date du milieu du 18è siècle et a été restaurée en 1991. On aperçoit sur le fronton des restes de cadran solaire au-dessus du vitrail.

Le fameux « bulbe sarrazin »

A La Muse, suivre les indications pour accéder au Mémorial par La Draille puis prendre la direction de La Font de l’Orme pour le GR6

La Draille qui mène au Mémorial

Les vestiges du Vieux Mérindol

Le chemin caladé qui monte vers le Mémorial Vaudois

Du haut des ruines du château, le village de 200 maisons rasées et incendiées au moyen-âge,  se recroqueville autour de son château.

Vue des vestiges de l’ancien chateau

Vue du belvédère sur les toits de Mérindol

L histoire des Vaudois

Une belle table d’orientation domine le belvédère

A Sadaillan, prendre la direction de la Font de l’Orme par le GR

Le joli Mas de Sadaillan, une propriété agricole

Passage devant une ruine après Sadaillan

Arrivée à La Font de l’Orme : un cadre champêtre propice aux balades dominicales avec des enfants

Une jolie chaise taillée dans le bois

Espace propice à la détente

Des jeux pour les enfants

A la Font de l’Orme , prendre la direction de La Croix de Fer par la Combe de l’Yeuse

La Combe de l’Yeuse

Le sentier caillouteux grimpe tranquillement sur 4,5 km.

Les lierres retiennent les falaises

Petit aperçu des Rochers de la Croix de Fer

Traverser quelques pierriers

De nombreux cairns aident à la progression

La Combe de l’Yeuse est très ombragée donc à privilégier en cas de chaleur

Une géocache à débusquer

Petit ,à petit, la vue se dégage sur les Rochers

La vue sur le val de Durance à 560 m d’altitude

Le ciel est chargé sur Mérindol et le val de Durance

Les Rochers de la croix de Fer font suite aux Rochers des Cairas

Chemin du retour, au sommet du vallon. Le ciel est de plus en plus menaçant.

Le Pic de Faiendre et les Rochers des Cairas

le chemin du retour est jalonné de nombreux cairns pour aider à s’orienter

Vue sur le petit Luberon

Zoom sur le Vieux Mérindol depuis le sommet du vallon Bernard

Après avoir franchi le sommet du vallon Bernard, le sentier dégringole jusqu’à rejoindre le terrain de Tir à l’arc « Les toxotes du Val de Durance « . Mieux vaut avoir le pied sûr car le sentier caillouteux est très roulant

Le sentier plonge de 100 m de dénivelé négatif pour 300 m

le terrain de tir à l’arc en contre-bas du sentier

Retrouver le GR6 pris à l’aller et retour par le même itinéraire.

Puis retour par la Draille du Vieux Mérindol

Une jolie randonnée dans le Petit Luberon, hélas nous aurions plus apprécié cette randonnée si le soleil nous avait accompagnés. Mais malgré un ciel menaçant, nous n’avons pas eu de pluie !

Bonne St Valentin à tous les Amoureux !

118 – Quinson – Artignosc sur Verdon (04 et 83)

février 2020

Une belle randonnée de 18 km pour 470 m de dénivelé environ au départ du petit parking juste avant le pont après la sortie du beau village de Quinson. Des tronçons non balisés, quelques passages aériens. Présence d’escaliers métalliques pour accéder à la grotte de la Baume-Bonne.

Du parking, prendre le sentier en face de la route, longer le lac de Quinson pour rejoindre le village préhistorique reconstitué. Traverser la petite route au-dessus. Trouver le petit sentier à gauche de la station d’épuration qui ramène à la route que l’on suit sur une centaine de mètres puis à droite, prendre le chemin balisé qui grimpe raide jusqu’aux tables du Néolithique. L’endroit permet une jolie vue sur le lac et le beau village de Quinson. Quitter le sentier balisé pour emprunter une sente à peine marquée qui de temps en temps se perd dans le maquis et les chênes verts pour rejoindre un belvédère juste au-dessus du barrage de Quinson. Un GPS est très utile. Ensuite remonter la large piste vers le Nord, au premier carrefour prendre à droite, après une centaine de mètres prendre à gauche le petit sentier qui remonte vers la table d’orientation ( le temps a tout effacé, plus aucune indication) Continuer à descendre vers le bord du Verdon. Le sentier balisé PR mène à la grotte de la Baume-Bonne. Un escalier, quelques rampes aident à la progression. Attention quelques rochers sont glissants en cette saison. Après la visite, revenir sur ses pas jusqu’ au carrefour du sentier aux échelles, trouver le chemin non balisé qui part au Nord-Est, il suit les falaises du Verdon (très joli panorama) puis remonte pour atteindre une jolie foret. Suivre le sentier qui part à gauche et ensuite, remonte vers le nord pour contourner un champ. Traverser le camping d’Enriou , rejoindre la piste, bifurquer à droite, suivre cette piste sur une centaine de mètres puis au premier virage la quitter pour suivre le sentier direction Est. Itinéraire non balisé. Suivre ce chemin en foret qui petit à petit s’élargit et rejoint la chapelle Notre-Dame. Revenir sur ses pas pour retrouver le sentier balisé PR qui ramène vers le Verdon. Suivre le chemin caillouteux le long des falaises jusqu’à rejoindre le pont d’Artignosc, le traverser et trouver de suite une sente à gauche qui remonte, traverse une petite route et rejoint une piste. La suivre sur une centaine de mètres puis prendre à gauche le petit « sentier de l’eau » jusqu’à rejoindre la petite route. Virer à droite pour traverser le vallon des Grignolets, petit passage à gué, passer devant le centre de randonnée équestre du Grignolet avant de remonter vers Artignosc sur Verdon. Après avoir admirer ce beau village, prendre la direction plein Ouest et emprunter le GR qui devient petit à petit une large piste caillouteuse. Puis la large piste fait place à un sentier plus agréable jusqu’à rejoindre les rives du lac de Quinson et le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=K8pK70BFN0&pass=1ef46

Du parking de départ (juste avant le pont à la sortie de Quinson) prendre le petit sentier en face qui descend le long du lac.

Suivre le petit sentier le long du lac jusqu’au village préhistorique reconstitué

le village préhistorique de Quinson est le lieu d’animations du musée. Il présente des reconstitutions fidèles d’habitats anciens et révèle grandeur nature l’évolution des modes de vie des hommes préhistoriques.
Ici la cabane en pierres sèches de Cambous.


Le dolmen provençal servait de sépultures collectives

La cabane de Terra Amata . En forme de hutte, elle a été construite il y a 400 000 ans.
Ces habitats ont tous été reconstitués d’après les recherches et les observations menées par les archéologues dans le monde entier.

Cliquer sur le lien pour visualiser le site internet du village préhistorique

http://www.museeprehistoire.com/mille-millenaires/le-village-pour-vivre-la-prehistoire/5-habitats-de-4-epoques-differentes.html

le sentier qui mène au rocher de la Caillandre est pentu, certains rochers sont glissants…

Petit à petit la vue se dégage

le panorama est splendide sur la plaine de Quinson, le cours du Verdon et l’entrée des basses gorges. À l’aide de panneaux d’informations illustrés, on propose une lecture de l’évolution du paysage devant vous, de la Préhistoire à aujourd’hui.

Quel beau panorama !

Jolie vue sur le barrage de Quinson

La table d’orientation

hélas, le temps a tout effacé sur la table d’orientation, il ne reste plus aucune indication….

Puis le sentier balisé PR plonge vers le Verdon

le sentier est aménagé pour sécuriser les randonneurs

quelques escaliers permettent de descendre jusqu’à la grotte

La Baume Bonne : Classée monument historique, la grotte est un site majeur de la Préhistoire européenne. On y découvre les traces laissées par l’Homme il y a plus de 400 000 ans. C’ est l’une des plus anciennes manifestations d’aménagement de l’habitat connue au monde.

Depuis sa découverte en décembre 1946 par Bernard Bottet, la Baume Bonne a fait l’objet de plusieurs séquences de fouilles archéologiques qui ont révélé des témoignages très variés de la présence de l’Homme. Les plus anciennes datent du Paléolithique inférieur… 400 millénaires avant nous !

À partir de 7 ans

Réservation obligatoire : 04 92 74 09 59 courriel

Durée de la visite : 3h30, dont 2h30 de marche aller-retour (chaussures de marche et eau indispensables)

Cliquer sur le lien pour visualiser le site du musée de la préhistoire de Quinson

http://www.museeprehistoire.com/ici-commence-lhistoire.html

le sentier qui longe les falaises du Verdon et remonte vers la foret d’Enriou est magnifique et permet des vues splendides sur le Verdon

Traverser le camping naturiste d’Enriou ou Domaine d’Enriou

La chapelle Notre-Dame du Verdon

On peut distinguer au loin, le pont d’Artignosc sur Verdon

Le sentier caillouteux longe les falaises du Verdon

Traverser le pont d’Artignoc et prendre de suite une sente qui grimpe à gauche

Traverser le vallon des Grignolets

Passer devant le centre de randonnée équestre du Grignolet

Arrivée à Artignosc sur Verdon : joli petit village de 320 âmes environ

l’ Eglise romane Saint-Pierre des XIe et XIIe siècles, voûtes en plein-cintre, porche, oculus et clocher carré à baies, possède deux statuettes d’anges, une Vierge noire et un Christ en croix.

La fontaine modifiée en 1889 pour y installer une Marianne en bronze au sommet de la colonne. . 

Le lavoir d’Artignosc

la façade de l’église St Pierre est abîmée par la paume artignoscaise , sport traditionnel issu du jeu de paume et de la pelote basque


Le château de Thoron datant du XIV° et XVII° , accessible par un grand escalier et un large perron avec une belle porte ancienne.

Les jolies ruelles d’Artignosc

Dans les ruelles d’Artignosc, de belles vieilles maisons soigneusement restaurées, certaines avec porte à linteau , quelques fontaines anciennes et derrière la mairie un ancien four à pain public.

Quitter Artignosc vers l’Ouest pour trouver le GR

Retour vers Quinson par le GR 99

Le GR caillouteux nous ramène à Quinson

retour vers le lac de Quinson

Vue sur l’entrée des basses gorges du Verdon

Longer le lac pour retrouver le point de départ

retour au parking du départ ou deux biquettes nous attendent !

Zoom sur les deux curieux

Très belle randonnée empruntant de très jolis sentiers au bord du Verdon à l’aller mais hélas le retour par le GR est assez monotone. Nous modifierons cette balade en privilégiant un retour par St Laurent du Verdon afin de revenir par le Vieux Quinson.

un petit cochon rencontré pendant la balade 
 

117- Sur les hauteurs de Volonne (04)

Janvier 2020

une belle randonnée de 17 km pour 680 m de dénivelé environ au départ du parking face à la mairie de Volonne. Itinéraire balisé par endroits, pas de difficulté particulière si ce n’est le petit passage escarpé après la Tour de Gué. GPS utile .

Du parking, rejoindre la rue Latil Mathieu, bifurquer à gauche jusqu’à une grande croix, prendre le petit sentier à droite le long du mur puis virer encore à droite pour rejoindre la rue de l’Egalité sur une centaine de mètres. A la première patte d’oie, prendre le sentier qui mène à l’église St Martin et son cimetière. Après la visite, revenir sur ses pas, prendre la rue du verger puis la direction « chemin des Tours ». Emprunter la montée raide et caillouteuse qui mène d’abord à la Tour de l’Horloge puis à la Tour de Gué. Derrière la Tour de Gué, prendre le petit passage escarpé (pas évident à trouver) et continuer à suivre le sentier qui grimpe régulièrement en crête.Cette partie de la randonnée est balisée PR, suivre ce sentier jusqu’à rejoindre la ferme « Les Coques ». Ensuite bifurquer direction  » La Calade » et descendre jusqu’à rejoindre la petite route. Remonter cette route vers le nord jusqu’à la deuxième bifurcation puis prendre à droite la direction des « Trois Bastides », petit à petit la route devient une large piste qui continue à grimper régulièrement jusqu’à Fontaret ensuite direction La «  »Gourette ». Ne pas louper une sente à peine marquée sur la droite qui grimpe dans les hautes herbes et les ronces jusqu’ au sommet de La Magdeleine à 844 m d’alt. Redescendre pour retrouver la piste qui part Sud-est et rejoint le large sentier balisé du « Tour de La Magdeleine ». Le sentier caillouteux descend régulièrement jusqu’au pylône puis jusqu’à la citerne de Vignorgues. Ensuite le PR passe en sous bois pour rejoindre la piste jusqu’au Belvédère de St Antoine (Ne pas louper le chemin sur la gauche) Après avoir fait un aller et retour au belvédère, continuer la descente, bifurquer à gauche pour emprunter un chemin qui rejoint la petite route. Après avoir descendu une centaine de mètres sur la route, prendre les escaliers pour rejoindre la rue de La Baume puis bifurquer à droite dans une petite ruelle ou il y a une croix jaune, grâce à quelques escaliers on peut rejoindre l’Aqueduc. Suivre l’Aqueduc en remontant quelques escaliers pour rejoindre la rue de La Liberté pour ensuite virer à gauche pour rejoindre plus bas, le GR qui mène au chemin de la « Charreirasse », passer sur un petit pont de bois ( les berges sont en cours de nettoyage donc impossible pour nous de longer le riou)pour rejoindre la route D4. Suivre la D4 à gauche sur une centaine de mètres, passer devant un grand parking puis bifurquer à gauche pour rejoindre l’église Notre-Dame de l’Assomption dite aussi Notre-Dame des Salles. Faire le tour de l’église puis descendre sur sa gauche pour rejoindre le chemin du Lac puis le Cours Jacques Paulon et le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=xMIRStfOY9&pass=d044b

Parking devant la mairie de Volonne
Le Château-Bastide édifié par Melchior de Valavoir au XVII siècle, classé monument historique depuis 1992

Eglise St Martin édifiée au XI siècle et classée monument historique

Elle est surmontée d’un clocheton percé de deux baies campanaires.

L’intérieur, en ruines, est privé de son pavement et de sa couverture d’origine : l’édifice était en effet couvert d’une charpente qui a brûlé à plusieurs reprises1. Une couverture partielle a été reconstituée au-dessus de la travée de chœur et des collatéraux.

La Tour de l’Horloge date du XVIe siècle et semble avoir toujours abrité l’horloge communale : la relogi en provençal.  l’horloge actuelle ne date que du XIXe siècle et donne toujours l’heure exacte aux villageois. Plusieurs échelles en bois permettent d’atteindre les paliers successifs de la tour jusqu’au sommet où se trouve le mécanisme de l’horloge qui semble fonctionner aujourd’hui à l’électricité si on en juge par la présence d’une ligne électrique.

Un sentier permet d’accéder aux deux tours. Il a été aménagé grâce à la générosité de Paul Heyriès à laquelle une plaque rend hommage depuis octobre 1983.

Vue sur les toits de Volonne

Le sentier Heyriès

Un belvédère permet d’admirer la jolie vue sur Volonne et la vallée de la Durance

La Tour de Gué : vestige d’une ancienne citadelle du XII – XIII siècle, un lieu fortifié dont l’unique usage était de servir de point d’observation à une époque où les invasions étaient fréquentes et leurs conséquences désastreuses. Du sommet du piton rocheux, on jouit effectivement d’une vue d’ensemble sur la moyenne vallée de la Durance et l’on comprend aisément que le seigneur du lieu ait pu faire construire cette tour pour parer à toute menace venue de l’extérieur. Une partie de ce système défensif existe encore sous la forme d’un chemin de ronde que l’on peut atteindre à partir de la rue de Vière.

Juste derrière la Tour de Gué, il existe un petit passage scabreux qui permet de rejoindre le sentier qui grimpe en crête

A la ferme de »Coques », prendre direction La Calade

Le sentier descend vers « La Calade » ou il faudra franchir successivement 3 portillons

Un sentier agréable en sous-bois

A la deuxième bifurcation, prendre la direction de la citerne de Fontaret

Les dernières pluies ont bien raviné le lit du riou

A la citerne de Fontaret, prendre la direction La Gourette

La sente à peine marquée qui monte au sommet de La Magdeleine est envahie de grandes herbes, de ronces etc ce qui nous indique que ce sentier est peu fréquenté

La vue du sommet de La Magdeleine à 844 m d’alt.

Vue direction Sud

Vue direction Nord vers Vaumuse

Nous quittons La Magdeleine en rejoignant la piste

Zoom sur la Montagne de Lure et son chapeau enneigé

Le retour par la piste caillouteuse. Juste avant le pylône, il existe un petit sentier à droite qui permet d’éviter la descente très raide ( merci au randonneur qui nous a gentillement conseillés)

A la citerne Vignorgues prendre la direction du belvédère St Antoine

La citerne Vignorgues

Vue sur l’Escale et son lac

Un aller et retour au Belvédère St Antoine

La vue du Belvédère sur le joli pont de Volonne

Vue du belvédère sur l’escale et son lac

Avant de revenir sur la petite route, on peut apercevoir la Tour de Gué et toute la crête parcourue à l’aller

Quelques escaliers permettent de longer l’Aqueduc jusqu’à rejoindre la rue de la Liberté

L’Aqueduc construit fin du XVI siècle alimentait encore au XIX siècle le moulin et la fontaine du village avec l’eau provenant du plateau de St Antoine sur la rive gauche de la Grave

L’eau s’écoule dans le ravin de La grave, aux pieds des maisons sous l’Aqueduc

la fontaine et son lavoir restaurés ainsi qu’une jolie fresque

La jolie fresque réalisée par Olivier Tissot

Le petit pont de bois qui permet de franchir le riou

Au bas du village, vue sur les deux tours

Eglise Notre-Dame de l’Assomption ou Notre Dame des Salles n’est plus qu’un espace culturel.


un magnifique pont à haubans construit en 2006 par la compagnie Eiffage et qui a bénéficié des mêmes avancées technologiques qui permirent la réalisation, par la même entreprise, du pont de Millau.

une très belle randonnée peu fréquentée que nous vous conseillons, le joli village de Volonne mérite à être plus connu. On dit même parfois que c’est le petit Nice des Alpes pour son exposition ensoleillée.

116 – Aubignosc – Le Vieux Chateauneuf VSD par le Pas des Boeufs (04)

Janvier 2020

Une belle randonnée de 18 km pour 650 m de dénivelé dans des vallons sauvages, des robines et de nombreux passages à gué, au départ du parking (rue Montée du Chateau) à Aubignosc. GPS très utile car de nombreuses traces jalonnent le circuit. Pas de difficulté particulière. Peu ou pas d’indications.

Du parking, redescendre sur quelques mètres pour emprunter à gauche la montée du bassin ( ça monte raide !) puis virer à droite par un petit sentier qui descend vers le cimetière ensuite prendre le chemin qui part sur la gauche jusqu’à rejoindre la piste. Remonter la large piste sur 500 mètres environ puis emprunter le petit sentier à gauche qui grimpe vers le Pas des Bœufs Longer la crête jusqu’à descendre vers le ravin des buis puis passer les Roubines pour rejoindre le GR 653 D qu’il faut suivre jusqu’au Vieux Chateauneuf val saint Donat. Apres la visite des ruines de l’ancien village et de la chapelle St Antoine continuer la descente vers la Bouride ( une ancienne bergerie abandonnée ) puis rejoindre le carrefour de la Peyrouse. Virer à gauche en empruntant la large piste sur 700 mètres environ puis bifurquer à gauche par le sentier caillouteux qui grimpe régulièrement vers « les Grandes Cotes ». Continuer par ce chemin jusqu’à rejoindre le ravin « des cotes chaudes ». Poursuivre jusqu’à la cote 470 un passage à gué et remonter pour retrouver la piste qui vous ramène vers le GR. Poursuivre à droite par le large sentier qui redescend vers Aubignosc et le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=9ByjdvGFms&pass=46dd9

La montée du Bassin

La vue coté Nord

Après avoir dépassé le cimetière, les robines sont déjà présentes

Vue dans le rétro : la chapelle de Peipin sur son promontoire

La vue Ouest : la crête qui mène au Pas Jean Richaud puis au sommet de Lure

Le sentier en dessous de la falaise du Pas des Boeufs est très agréable. De nombreuses traces partent dans tous les sens , un GPS est très utile car aucune indication

Nous sommes entourés de robines noires et austères mais que c’est beau !

Est-ce une Via Domitia ? Je n’ai trouvé aucune indication….

La crête du Pas des Bœufs

Nous suivons la crête sur presque un kilomètre

Les chasseurs occupent le terrain, les chiens hurlent. Nous ne sommes pas très rassurés…..nous redescendons vers le ravin des Buis pour retrouver le GR

L eau est présente partout, de nombreux passages à gué, des cascades…

Passer les Amarines pour prendre la direction du Vieux village

Encore quelques marnes noires à traverser

Au loin, on peut apercevoir le Vieux Chateauneuf VSD

Les ruines du vieux village. Petit à petit il disparaît au beau milieu d’une végétation galopante

Le coin idéal pour la pause casse croûte qui hélas sera occupé par un autre groupe de randonneurs

la jolie chapelle St Antoine date de 1637, preuve à l’appui. Son carillon chante au gré du vent.

La chapelle St Antoine est une église à ciel ouvert restaurée en 2017

Passer sous le porche pour accéder à la chapelle St Antoine

Le coquillage de St Jacques de Compostelle devant l’Autel

Des petits murets ont été installés sous un chêne, lieu à l’abri du vent donc idéal pour notre pause casse-croûte

En quittant le vieux village direction sud, on peut apercevoir « Les Grandes Cotes » juste en face, il nous suffit de suivre la piste

A La Peyrouse, prendre à gauche direction nord

L’eau s’écoule et traverse les nombreux ravins

En face puisque nous faisons une boucle : le vieux village

Les vallons ont changé de couleur. Le sentier est ballotté au gré des collines, des ravins et des combes.

Zoom sur une carrière

Zoom sur la centrale solaire photovoltaïque de Chateauneuf VSD

Zoom droit devant : Sisteron dans la brume

Zoom sur Volonne, sa Tour de Gué, sa Tour de l’Horloge et son pont.

Dernier passage à gué avant de rejoindre la piste qui nous ramène au GR

Retour à Aubignosc et à notre point de départ

un petit coin détente juste avant le parking

Une jolie randonnée d’hiver, très diversifiée qui nous a beaucoup plus mais en effet un GPS est utile car les sentiers sont très nombreux.

115 – retour à Bonnieux (84)

janvier 2020

Retour à Bonnieux avec les nouveaux arrivants dans le groupe des copains randonneurs du 04. Une très belle randonnée de 16 km pour 500 m de Dénivelé environ. Nous avons légèrement rectifié le parcours. Départ parking des Croix. Aucune difficulté particulière.

Prendre la direction « les Blayons », puis « Les Cabanes » ensuite « Pas de la Truie » balisé jaune. De belles habitations, de magnifiques murets en pierres sèches et quelques belles bories jalonnent cet itinéraire. Après avoir admirer la vue au belvédère du Pas de la Truie, regagner la route, prendre la direction de La Tour (une auberge en pleine foret) Suivre le petit sentier balisage jaune qui longe le ruisseau de l’Aiguebrun qui mène au joli Pont à Coquille inscrit aux Monuments historiques, regagner la route ( attention très fréquentée surtout en été) bifurquer sur la gauche, longer sur 200 m environ et  à gauche trouver la grotte des Brigands ( prévoir une torche). Revenir sur ses pas, remonter la route et trouver un petit sentier sur la gauche juste à l’entrée du virage en épingle direction Combe de Bonnieux. Le sentier grimpe régulièrement et permet d’admirer la Combe de Lourmarin, un bout du Grand Luberon, la Ste Victoire et le Massif de l’Etoile.

Rejoindre la piste qui passe devant la belle demeure « Le Gest » puis devant le « Val du Loup ». Juste en face prendre le sentier à peine marqué qui rejoint la magnifique propriété  » La Chambarelle ». La contourner sur la gauche et prendre le petit sentier direction La Tour Philippe. Le chemin mène à la Bergerie de Pantayon qui mérite une visite ( actuellement en cours de restauration) puis à La Tour Philippe (une très jolie tour) Rejoindre la route à droite sur une centaine de mètres, puis prendre le sentier à gauche qui descend au  » Village gaulois » . Continuer après le village en prenant le sentier caillouteux de gauche qui descend et regagne la route. Emprunter la D3 qui remonte au village puis prendre les escaliers pour visiter Bonnieux : ses jolies ruelles, sa table d’orientation, son église haute pour ensuite rejoindre le parking du départ

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=suZnf1EM8p&pass=082f8

De belles habitation en pierres sèches jalonnent le parcours

Une belle entrée accueillante

Une borie dans un parc privé

Le nom donné à une habitation

Une baume pouvant servir d’abri

Le belvédère du Pas de la Truie : lieu idéalement exposé pour la pause café

Le Pas de la Truie : un amas de rochers

Les rochers sont très glissants

Un œil sur le Pas de la Truie

Le Pas de la Truie : un très joli passage qui demande attention car le sol est encore gelé

Le fameux Pont à Coquille inscrit aux Monuments historiques. Sur la clé de voûte coté Est est gravé la date de sa construction 1722. Je l’ai cherchée en vain…..
La coquille fait naturellement penser à Saint-Jacques de Compostelle : était-ce un passage du pèlerinage ?

La grotte des brigands : un long boyau

Vue en montant vers les crêtes de St Pons

Le sentier qui mène aux crêtes de St Pons grimpe régulièrement et permet de jolies vues sur la Combe de Bonnieux

La Borie Michel

Passage devant une ruine avant d’arriver au « Gest »

Le Gest : une Ancienne Bergerie entièrement rénovée

Le Val du Loup : très jolie demeure

La Chambarelle : très belle bastide , une immense propriété avec vue imprenable


Pantayon : ancien hameau en cours de restauration

La Tour Philippe :  Ce monument se dresse sur la route de la Forêt des Cèdres. Si l’on remonte au XIXe siècle en 1885, Philippe Audibert, un génie artistique bonnieulais, eu l’envie de construire une tour dans le but de réaliser un rêve enfoui : avoir un panorama magnifique avec une vue imprenable sur la mer. Bien qu’il soit impossible de pénétrer dans la tour à cinq étages, l’on apprécie le talent de génie d’Audibert.
Attention ce monument ne se visite pas, vous pourrez juste le contempler et rester bouche bée devant l’imposant édifice.

Une borie juste devant l’entrée du Village gaulois

Le village gaulois semble abandonné

Le sentier qui mène au village gaulois : enclos des bories

Le sentier caillouteux qui descend assez sèchement pour rejoindre la petite route qui mène à Bonnieux

Le joli village de Bonnieux sous un ciel couvert

Une petite visite de Bonnieux

Ses ruelles caladées

Sa jolie table d’orientation sous l’église Haute

L´église haute de Bonnieux est juchée sur un promontoire rocheux à 425 m d´altitude, accessible par un escalier de 86 marches abrité par des cèdres centenaires.

Eglise Haute de Bonnieux

Un très beau belvédère qui permet de belles vues sur les alentours de Bonnieux

Une aire de détente qui permet d’admirer le panorama

114 – Le Pelat de Buoux – Le Pas des Ensaris – Sivergues – Chantebelle (84)

janvier 2020

Une très belle randonnée au cœur du Luberon de 18 km pour 740 m de dénivelé environ au départ du parking juste après un ancien Village de Vacances désaffecté au sud de Buoux. Itinéraire peu balisé. Pas de passage aérien ni de difficulté particulière.

Du parking, prendre de suite le petit sentier qui longe l’Aiguebrun, passer une ruine puis remonter sur la petite route qui passe devant un autre village de vacances puis se transforme en une piste jusqu’à l’Auberge des Seguins. Continuer par la large piste puis emprunter le GR 9 qui part à droite et grimpe sèchement jusqu’à l’Ourillon par
« le vallon de l’Enfer » puis au Pelat de Buoux à 902 m d’altitude. Puis prendre à l’Est pour rejoindre la piste qui mène au Lou Pas Deis Ensarris à 857 m. Trouver le sentier qui descend de suite vers le nord le GR 911. Le chemin dévale progressivement jusqu’au Pas des Ensaris, un sentier bordé de pierres sèches. Puis passer devant la ferme auberge Le Castellas. Trouver le sentier qui part à droite et descend vers l’Aiguille, la contourner pour arriver sur une piste. Continuer sur quelques centaines de mètres vers l’Est puis prendre à gauche une sente qui part vers Le Rocher. Après deux cents mètres dans les taillis, les ruines d’un ancien village apparaissent. Après la visite de ces vestiges, revenir sur ses pas, reprendre la piste vers l’Ouest qui descend jusqu’à la petite route D 114. Remonter légèrement la route sur la droite et trouver le sentier qui descend dans le vallon de l’Aiguebrun. Traverser le vallon sur 700 m environ puis prendre le chemin sur la gauche qui s’élève pour rejoindre le joli village de Sivergues. Traverser le hameau jusqu’à rejoindre la route en contre-bas qui part vers le Sud-Est. Après le deuxième virage en épingle ( après 700 m de route environ ) trouver le petit sentier qui part sur la droite et descend vers Chantebelle. La traversée de Chantebelle est autorisée pour les randonneurs respectueux , passer devant une ruine puis descendre jusqu’à rejoindre les habitations troglodytes. Prendre le chemin caillouteux qui descend en foret jusqu’à traverser des pierriers puis passer devant d’énormes cairns jusqu’à rejoindre la piste empruntée à l’aller pour retrouver le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=acJvD9CSRR&pass=c582d

Les falaises de Buoux : lieu d’escalade mondialement connu

Petit à petit on peut distinguer les énormes falaises avec en contre-bas l’Auberge des Seguins

http://www.aubergedesseguins.com/

Emprunter le GR 9 qui grimpe assez sèchement jusqu’au sommet

Des abris sous roche jalonnent le sentier

Petit à petit la vue se dégage sur le géant de Provence

Passer à l’Ourillon 881 m d’alt.

Le sommet du Pelat de Buoux à 902 m d’alt. permet une vue à 360°

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : une vue à 360°

https://www.youtube.com/watch?v=ZuMYbu0ymZU

Vue sur le Mourre Nègre à 1125 m d’alt.

Prendre direction Est pour rejoindre Lou Pas Deis Ensarris

trouver le petit sentier juste en dessous de la citerne qui descend vers le Castellas

Belle vue sur le vallon

Arrivée sur un petit replat ensoleillé à l’abri du vent : lieu idéal pour une petite pause

Le Pas des Ensaris : le sentier bordé de pierres sèches

La vue du vallon sous le Pas des Ensaris

Un très bel endroit : Le Pas des Ensaris

Passer devant la ferme auberge Le Castellas récemment restauré

https://www.lecastellas-luberon.com/

Arrivée au Rocher : les ruines d’un ancien village troglodyte très bien exposé

Le sentier caillouteux qui descend vers la petite route de Sivergues

prendre le petit sentier à gauche de la route qui descend vers le vallon de l’Aiguebrun

le vallon qui descend à l Aiguebrun

Prendre la direction de Chantebelle

Église Saint-Pierre-Sainte-Marie de Sivergues

Une citerne borie

Une rue caladée

La mairie de Sivergues

magnifique village qui compte 43 âmes


 Sivergues blotti tout contre la montagne du Luberon, un lieu de quiétude aux vestiges remarquables : l’église, les maisons des XVIe et XVIIe siècles, le Castellas

Sivergues est enveloppé d’une atmosphère particulière qui n’échappera pas aux vrais amoureux de la nature.

Un abri sous roche juste à la sortie du village

Sivergues mérite un détour attentif en dépit de sa modeste superficie et de son isolement apparent.

Vue en face du rocher de Chantebelle : vue inédite et spectaculaire sur les falaises de Buoux, le vallon d’Aiguebrun et la grotte de la grande arche. 

on s’approche de Chantebelle

Les habitations semi-troglodytes de Chantebelle

dernière habitation de Chantebelle

Passage dans les pierriers après Chantebelle

Du pierrier nous avons la vue sur le hameau de Chantebelle, ainsi que sur une belle habitation troglodytique (privée).

Passer devant d’énormes cairns

Une baume bien exposée

une petite visite devant l’Auberge des Seguins

L Auberge des Seguins juste derrière la falaise de Buoux

Les falaises de Buoux sont très fréquentées par les grimpeurs pour ses parois à escalader

Petit passage devant l’Aiguebrun

Un sentier court au bord de l’Aiguebrun, descendre quelques instants vers son lit  pour admirer les nombreuses petites cascades. L’eau est ici incroyablement claire, avec des vasques naturelles et limpides.

L Aiguebrun est un affluent droit de la Durance, donc un sous-affluent du Rhône. Il a une longueur de 22,8 km. Sa source est au-dessus de la Combe de Bade Lune, dans les Baumes, à 700 m d’altitude.
Eviter de se baigner dans les eaux l’été, pour ne pas perturber son écosystème fragile !

Retour au parking de départ juste après le premier village de vacances tagué

Nous avons beaucoup apprécié cette randonnée au cœur du Luberon, Il y a toujours une balade à faire , on ne se lasse jamais, il y a toujours des sentiers secrets, camouflés dans les replis de ses forets de ses ravins ou de ses vallons. Nous vous recommandons donc cette jolie randonnée et n’hésitez à faire un petit passage au Fort de Buoux.

113 – L’Arche de Portalas-La Roque des Bancs-Les Rochers des Onze Heures (84)

décembre 2019

Une très jolie randonnée dans le petit Luberon de 18 km pour 625 m de dénivelé environ au départ du hameau Les Borrys à coté de Mérindol dans le Vaucluse. Itinéraire balisé à l’aller mais pas au retour. Après avoir quitté la route forestière du Massif des Cèdres, des petits cairns aident à l’orientation. Des Passages aériens aux Rochers des Onze Heures.

Du parking à la cote 138, prendre direction Nord-Est le GR 97 qui monte doucement jusqu’à La Tapi ( une ancienne bergerie) puis continuer en empruntant la piste qui part à l’Est jusqu’au premier virage, prendre alors le sentier à gauche qui grimpe en foret jusqu’à apercevoir le Pic de l’Aigle et ses 625 m et L’Aire de Bosse à 600 m d’altitude. Prendre ensuite la direction « Le Portalas « , le chemin devient caillouteux et continue à grimper. Poursuivre jusqu’au carrefour Les Portalas puis rejoindre la crête à 694 m d’alt, la vue y est magnifique. Continuer à droite sur quelques centaines de mètres en crête pour apercevoir en contre-bas, l’Arche de Portalas ( plus belle arche naturelle du Luberon) Revenir sur ses pas pour reprendre le sentier qui part plein nord vers le Massif des Cèdres. Prendre alors la petite route direction Ouest jusqu’à la cote 682, à la grosse citerne emprunter le petit sentier qui part à l’ Ouest puis au premier carrefour prendre à droite le sentier en balcon de La Roque des Bancs et ses vestiges d’abris de bergers. C’est le lieu idéal pour la pause casse-croûte car ensoleillé et à l’abri du vent. Pas de balisage sur ce sentier. Continuer sur ce chemin agréable qui devient rocailleux et petit à petit remonte vers la route. Emprunter cette route direction Ouest sur un kilomètre environ jusqu’à un gros cairn sur la gauche. Le sentier caillouteux descend doucement, passer devant un beau cairn conique et arriver aux Rochers des Onze Heures qui offrent un beau panorama. Poursuivre à gauche sur la ligne de crête. Continuer jusqu’au bout des rochers pour pouvoir les contourner, passer une borne cylindrique et virer à droite pour descendre sur l’autre versant ( passage un peu technique). Suivre un court moment la barre rocheuse et trouver une sente qui descend franchement plein sud. Puis poursuivre dans le vallon du Tour Nègre jusqu’à rejoindre le GR. Le laisser de coté, continuer la descente vers « les Rochers de Baumaresque » , rejoindre la petite route du hameau Les Borrys et le parking du départ.

Cliquer sur la photo pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=zBGPdHGDTH&pass=12085

Le parking du départ à la cote 138. De suite suivre la route à droite puis la piste qui monte vers le Nord

Passer devant une jolie demeure

Des jolis petits personnages agrémentent le muret de cette habitation

La Tapi : une ancienne bergerie taguée

Une petite cour avec table et bancs en pierre. A l’intérieur il y a possibilité de faire des grillades. On y trouve même un canapé !

Après avoir passé La Tapi, prendre le GR qui part à droite et au premier virage, quitter la piste, emprunter le sentier caillouteux qui grimpe vers le Pic de l’Aigle

Petit à petit la vue se dégage, au loin on peut apercevoir Les Alpilles

A l’Aire de Bosse, prendre la direction « Le Portalas »

L Aire de Bosse à 600 m d’altitude

Dans le rétro, on peut distinguer le Mourre Nègre

Au carrefour « Les Portalas » prendre la direction du Pré de Roustan

Le sentier rocailleux qui mène au belvédère

Le belvédère en crête permet un très beau point de vue sur le val de Durance

Beau panorama en ligne de crête

Continuer sur une centaine de mètres en crête, en contre-bas on peut apercevoir l’Arche de Portalas. Cette spectaculaire arche naturelle a environ 24 mètres de hauteur . 

La crête de la Tête de la Baraque

Puis rejoindre la petite route de la foret des Cèdres

La Roque des Bancs

De nombreuses grottes jalonnent ce sentier des Bancs

Des abris de bergers

Vue plongeante sur Font Scure et la Baume Rousse

Des grottes à découvrir lors d’une prochaine randonnée

La barre rocheuse des Rochers des Onze Heures

Prendre le petit sentier que l’on aperçoit qui monte en crête et longer toute la barre rocheuse sur la gauche

Le sommet d’un des mamelons des Rochers des Onze Heures

Continuer à longer la crête jusqu’au bout de la barre rocheuse pour la contourner . Un passage escarpé permet de rejoindre une sente en contre-bas (passage un peu technique)

Dans le rétro, la barre rocheuse. La sente descend franchement

Descente dans le vallon du Tour Nègre

Juste avant de regagner la petite route des Borrys, le sentier n’est plus qu’un torrent. Une source semble avoir débordé de son lit et envahit le sentier du retour.

Les copains randonneurs du 04 ont beaucoup aimé cette très jolie randonnée. La découverte d’autres grottes les poussera à retourner dans le petit Luberon pour admirer Font Scure et la Baume Rousse lorsque la météo sera plus clémente.

Joyeux Noel

112 – Les Calanques de Meyrargues (13)

décembre 2019

Une jolie randonnée d’hiver de 14 km pour 550 m de dénivelé environ au départ de la chapelle N-Dame d’Astors le long du canal EDF à Meyrargues. Itinéraire non balisé sauf la partie qui se rapproche de Meyrargues. GPS conseillé.

De la chapelle d’Astors, monter sur le petit chemin qui longe le canal EDF, franchir le pont et prendre la piste à droite qui grimpe direction Ouest. Quelques petits sentiers coupent la piste qui monte en lacets, passer devant des ruches puis grimper jusqu’au sommet des calanques jusqu’à rejoindre la Vigie à 499 m d’altitude. Poursuivre en empruntant la piste qui redescend plein sud jusqu’à la cote 453, puis trouver un sentier sur la droite qui plonge dans le Vallon du Petit jusqu’à rejoindre la large piste en contre-bas. Poursuivre sur la piste pendant 500 m environ puis prendre le sentier qui monte jusqu’à la cote 358 carrefour balisé. Emprunter la large piste direction Ouest jusqu’à atteindre la jolie table d’orientation et sa jolie vue sur Meyrargues et son chateau. Ensuite descendre sur Meyrargues, passer devant la chapelle Mère de Dieu puis devant le chateau puis virer à droite et descendre jusqu’aux ruines de l’Aqueduc Romain. A droite des ruines, prendre le petit sentier qui grimpe sèchement jusqu’aux deux châteaux d’eaux. Prendre de suite le sentier au niveau du virage, suivre les ronds rouges jusqu’à rejoindre la crête des calanques puis emprunter le sentier pris à l’aller pour rejoindre le point de départ

Cliquer sur les photos pour agrandir
cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=6IGIkamOMs&pass=7000a

La chapelle d’Astors située le long du canal EDF à Meyrargues. Construite au 12 e siècle et restaurée à plusieurs reprises, elle se devine derrière les arbres.

Un autre parking après avoir franchi le pont

Après avoir emprunter les petits sentiers qui évitent la piste en lacets, passer devant des ruches

Le sentier grimpe régulièrement

Petit à petit, la vue se dégage. Au fond le pont de Mirabeau et la vallée de la Durance

La crête est très jolie malgré l’absence de soleil

Du haut de la crête, on peut apercevoir en contre bas les ruines de l’Aqueduc Romain de Meyrargues

Jolie vue sur Meyrargues et son chateau

En contre-bas, le Pas de L’Étroit, un défilé fait de part et d’autre de grandes parois lisses dessinées par le temps dans la roche calcaire.

On continue à suivre la crête

Au sommet, la vigie de Meyrargues

Un poste d’observation en prévention des incendies de foret

Après la vigie, passer devant ce cairn et prendre la piste juste en face qui descend dans le vallon

La table d’orientation installée sur les hauteurs de Mérargues dévoile une vue incroyable sur le château du village, le Val Durance et les collines alentours.

zoom sur le chateau de Meyrargues Xe siècle (importants remaniements au XVe siècle, XVIIe siècle) Sa forme initiale de forteresse, avec ces 4 tours carrées, a pu être conservée. Tout comme des éléments remarquables d’époque, tels que les plafonds à la française, des cheminées des XVIème siècles, des voûtes en pierre,… Durant quelques décennies, de 1795 à 1897, la propriété est restée au sein de la famille d’Albertas avant de subir au cours des années 1900 d’importants travaux de restauration, puis d’être occupée par l’armée française pendant la guerre de 45.Ce n’est qu’à partir de 1950 que l’édifice à été transformé en hôtel 4 * jusqu’au projet de transformation du Château en habitation. Le Château de Meyrargues a été inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1990. Monument emblématique de la région aixoise, sa position dominante offre un panorama exceptionnel. Des appartements de grands standings seront créés dans cet environnement d’exception en 2015.

La vue magnifique de la table d’orientation à 370 m d’altitude

Un petit sentier amène juste au-dessus du Pas de l’Étroit : lieu d’escalade

Passer devant la chapelle Mère de Dieu, première église du village au Moyen-Age, détruite en 1649 et reconstruite en 1710

Chapelle grillagée..

Les ruines d’un aqueduc gallo-romain, il reliait la source de Traconnade à Jouques, à la cité d’Aix-en-Provence. Aujourd’hui demeurent élevés 5 piliers proposant la vision de deux arches entières mais décharnées, usées par le temps mais classées.

Trouver à droite des ruines de l’aqueduc un sentier qui grimpe sèchement jusqu’à rejoindre la route, puis prendre le chemin au niveau du virage qui petit à petit va rejoindre la crête des calanques

Le sentier qui remonte sur la crête : suivre les ronds rouges

Retour en crête

Dernier coup d’œil sur Meyrargues avec de redescendre

Retour au point de départ

Nous avons été surpris par la beauté de ces calanques qui offrent un très beau panorama sur la vallée de la Durance, sur le village de Meyrargues et sur les collines avoisinantes. La ligne de crête est vraiment belle et mérite d’être plus connue des randonneurs.

111 – Calanques et Sommet de Marseilleveyre (13)

Novembre 2019

Une magnifique randonnée de 12 km pour 750 m de dénivelé environ au départ du petit port de Callelongue. Itinéraire balisé de différentes couleurs mais aucune indication. Quelques passages un peu escarpés mais sans grande difficulté technique.

Du port, remonter la rue principale de Callelongue puis virer à gauche pour accéder au départ des chemins. Prendre le premier sentier balisé vert à droite qui grimpe assez sèchement (pas de difficulté technique) jusqu’à apercevoir la grotte de l’Ermite qui se repère de loin. Un sentier et une corde permet d’y grimper, la vue de la grotte est magnifique. Continuer à suivre le sentier vert , quelques passages un peu plus escarpés mais relativement faciles jusqu’à atteindre la grotte de St Michel de l’eau-douce et la grotte de l’Ours. Poursuivre par le sentier vert jusqu’à rejoindre le sentier balisé rouge. Ignorer « Pas du Pin », virer à droite et continuer jusquau sommet de Marseilleveyre ou tous les chemins se rejoignent (rouge – jaune – vert) Après avoir admirer le panorama, suivre le balisage rouge jaune vert. Le sentier passe au versant nord du massif et redescend progressivement puis suivre à nouveau le balisage vert qui rejoint le Col de la Selle (273 m)et poursuivre par le chemin qui descend tranquillement dans le Grand Malvallon jusqu’à rejoindre la Calanque de Marseilleveyre. Puis emprunter le GR 51 GR 98 direction Est jusqu’à la Calanque des Peyrons. Revenir sur ses pas jusqu’à la calanque de Marseilleveyre, suivre le GR direction Ouest, passer devant une ancienne batterie, puis devant la Calanque de la Mounine (un petit sentier permet d’y accéder) Continuer par les GR , contourner la Sémaphore et rejoindre le petit port de Callelongue et le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/V9ZojZaYH4

Parking du départ : en cette saison si vous arrivez tôt sinon se garer sur le parking après Les Goudes

Le petit port de Callelongue

Suivre le sentier caillouteux, balisé vert qui grimpe assez sèchement des le départ

Au fur et à mesure de l’ascension, on peut distinguer dans le rétro : Les Goudes et derrière l’île Maire et sa petite sœur l’ île Tiboulen de Maire.

la Grotte de l’Ermite du Rocher de St-Michel, elle a abrité au moyen-âge, un ermitage et une petite chapelle troglodytique qui portait le nom de Saint-Michel d’eau douce. Il n’y a plus aucune trace de la chapelle.

Le sentier qui mène à la grotte de l’Ermite est très glissant à cause de l’eau de ruissellement , une corde permet d’en faciliter l’accès.

Vue sur la mer, l’île Maire et sur Les Goudes

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo : la grotte de l’Ermite

https://www.youtube.com/watch?v=hgVYHbI1YPo

Le fond de la grotte de l’Ermite

Une autre grotte tout en tunnel

La grotte St Michel de l’eau douce