Archives de l’auteur : Micheline Defoug

Je suis Mimi, une fada de randonnées de Pierrevert . J'aime balader avec " mes copains randonneurs "dans la bonne humeur, la convivialité et le partage. Notre région regorge de magnifiques paysages, de vues superbes et chaque randonnée reste une découverte sur la flore, la faune. J'aime aussi la photographie aussi je prends le temps de contempler, d'admirer pour capter des images de ces endroits sublimes. Je n'ai pas de record à battre, je marche pour le plaisir à la découverte de notre belle région !

105 – Le sentier de l’ Imbut et le sentier Vidal (83)

Octobre 2019

Une très belle randonnée de 13 km pour 600 m de dénivelé environ dans les belles gorges du Verdon.
Ce sentier est à éviter l’hiver, à cause du verglas et par temps de pluie, certains passages pouvant se révéler très glissants. Vertigineux, jeunes enfants s’abstenir. Pas de chien. Attention la roche du sentier des Cavaliers est très patinée mieux vaut être bien chaussé.

Départ parking des Cavaliers en face de l’hôtel du Grand Canyon du Verdon à 14 km après Aiguines dans le Var. Le
Le chemin débute sur la rive gauche du Verdon, au bord de la D71, juste avant l’Hôtel des Cavaliers, il est indiqué par un grand panneau de bois, indiquant l’itinéraire. Il suffit de suivre ce sentier qui descend assez rapidement vers le Verdon. Par endroit, il y a des marches taillées dans le rocher, des petits escaliers métalliques pour faciliter la progression. Le sentier continue sa course, longeant la falaise à travers la forêt de chênes, de pins et de buis. Puis on arrive sur les bords du Verdon, passant devant la Passerelle de l’Estellié . Cette nouvelle arche en structure métallique, ultra moderne, permet de franchir le Verdon et de rejoindre le Sentier Martel, ou le chalet de la Maline.
 Continuer à longer la rivière, en direction de l’aval. La marche est relativement facile, on ne s’écarte jamais beaucoup du cours d’eau, on monte et on redescend très légèrement au dessus du niveau de l’eau.
Puis le sentier reprend parmi les buis et les chênes, et monte progressivement jusqu’à l’intersection du Sentier Vidal, qui constitue normalement le point de sortie de cette randonnée.
Continuer la randonnée en direction de l’Imbut, endroit où la falaise se rétrécit et où le Verdon disparaît dans des galeries souterraines. À cet endroit, le sentier longe la falaise à travers bois et le Verdon n’est plus visible. Le chemin n’est pas très facile, ça monte et ça redescend. Après 15 minutes de marche et de progression lente, on arrive enfin à l’Imbut, et sa plage de galets.
Le courant devient plus fort, et soudain la rivière disparaît sous un énorme chaos rocheux, à l’endroit où les deux falaises forment une sorte d’entonnoir.Continuer sur la gauche en escaladant les énormes blocs formant le chaos. Prudence !
Le mieux, pour traverser le chaos de l’Imbut, est de bien rester sur la gauche et de suivre les traits de peinture blanche, qu’il faut chercher parfois, mais indiquant parfaitement le chemin le plus sûr et le plus facile pour parvenir à cet endroit magique que l’on nomme le Baou Béni. C’est une petite plage superbe . La randonnée se termine ici.
Retourner sur ses pas jusqu’à la bifurcation du Sentier Vidal. Le départ du Sentier Vidal est très raide et très impressionnant C’est une sorte d’escalier, taillé dans la roche, très étroit, avec une main courante. Emprunter cet escalier jusqu’à rejoindre un sentier qui grimpe en lacets jusqu’à la départementale 71. En face prendre le sentier balisé qui monte progressivement dans la foret jusqu’à rencontrer une piste le GR 99. Virer à gauche et suivre ce chemin sur moins d’1 km puis virer à gauche pour retrouver un sentier qui mène jusqu’à la D 71. Prendre à droite sur la D 71 sur une centaine de mètres pour retrouver le parking du départ

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=7V6cSJC9CJ&pass=da07e

Le parking des Cavaliers se trouve juste en face de l’hôtel du Grand Canyon

Le sentier des Cavaliers est interdit jusqu’au 15 novembre 2019 à cause d’un éboulement mais il est tout à fait praticable !

Début du sentier des Cavaliers avec toutes ses recommandations

En face le chalet de la Maline

Le sentier descend très rapidement, les premières mains-courantes

Le sentier a été réaménagé il y a peu de temps : échelles, mains-courantes, marches pieds etc rendent cette randonnée beaucoup plus aisée

La roche est patinée par les nombreux passages des randonneurs. A éviter en cas de pluie

Voilà la raison de l’interdiction du sentier

Première plage


La Passerelle de l’Estellié

Passer devant la passerelle qui mène au sentier Martel

La profondeur des Gorges est impressionnante

De nombreuses cavités et grottes à Chauves Souris

un peu trop aménagé à mon gout

des rondins de bois forment un escalier qui permet le passage

Passage devant une grande baume

Une petite passerelle

Le sentier monte et descend en suivant les diverses cavités rocheuses, des mains courantes aident à la progression

Le Styx : lieu nommé ainsi par le spéléologue français Édouard-Alfred Martel, lors de son exploration du Verdon en 1905. Le « Styx » est dans la mythologie grecque, l’un des fleuves menant aux Enfers. Le lieux est signalé par une plaque de bois posée sur un rocher. Cet endroit est un mini canyon, à l’intérieur du Grand Canyon. On y voit des vasques et des marmites creusées par l’érosion dans la roche calcaire blanche des gorges

Suivre le sentier de l’ Imbut

Les falaises se rapprochent et forment un petit tunnel

Petit tunnel ou toutes les branches charriées par le Verdon s’entassent à l’entrée…c’est le Chaos de l’Imbut ou il faut escalader les gros rochers pour atteindre le Baou Beni

Puis vient le Baou Beni

Le sentier Vidal : très raide mais des mains courantes facilitent le passage

Des marches creusées à même la roche

Et pour finir : une échelle à monter

Une petite pause casse croûte avant d’atteindre la D17

Après avoir traversé la D17, suivre la direction du parking des cavaliers

Ensuite le chemin grimpe progressivement jusqu’à rejoindre la belle piste du GR 99

GR 99 en sous bois

Puis rejoindre la D17 sur une centaine de mètres, passer devant plusieurs parking ( hôtel du Grand canyon) et rejoindre celui du départ.

Une belle randonnée pour ses magnifiques Gorges du Verdon mais un peu déçues par tous ces aménagements qui ôtent le coté sauvage et rustique de la randonnée. Rien de difficile, le sentier Vidal…. oui il est raide mais ce n’est rien qu’un grand escalier avec de grandes marches et les mains courantes facilitent la progression.

104 – Le Couar et le Cucuyon (04)

octobre 2019

Une très belle randonnée de 13 km pour 1100 m de dénivelé environ au départ du petit parking face au barrage de Vieraron après Archail. itinéraire balisé PR Pas de difficulté particulière.

Du parking, emprunter le sentier caillouteux et trempé qui grimpe vers le Sud-Est. Il suffit de suivre le chemin balisé qui vous mène jusqu’au pas d’Archail beau plateau herbeux à 1667 m d’altitude. Un abri pour les randonneurs permet de bivouaquer. L été les troupeaux de moutons et les bergers occupent le plateau. Prendre la sente au Nord-Est qui mène au pied du Cucuyon puis bifurquer à gauche pour grimper au sommet à 1886 m d’altitude. Redescendre au Pas d’Archail puis prendre la direction Sud-Ouest vers le Couar, le sentier monte progressivement en lacets vers le sommet à 1989 m d’altitude. Une nouvelle croix y a été installée. Redescendre par le même itinéraire. Dès qu’il y a possibilité de descendre par les crêtes, prendre un semblant de sentier à gauche qui longe le ravin et rejoint le Pas d’Archail plus rapidement. Ensuite reprendre le même itinéraire qu’à l’aller jusqu’au parking du départ

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=dYBRPnI7Kv&pass=d944f

A 1,5 km du village d’Archail, le petit parking pour 3 ou 4 voitures départ de la randonnée

Prendre le sentier caillouteux qui monte vers le Sud-est

Puis le sentier grimpe plus sèchement

Au début la montée se fait en foret

Puis progressivement nous atteignons des pierriers

La vue se dégage, nous pouvons apercevoir Le Blayeul

On peut apercevoir en bas, le petit village d’Archail et la réserve d’eau qui se trouve en face du parking du départ

Un joli sentier

ça grimpe progressivement

Les sommets avoisinants se dévoilent progressivement

Le pas d’Archail : joli plateau herbeux à 1667 m d’altitude et son abri pour les randonneurs. Au fond le Cucuyon

A l’intérieur de l’abri : de quoi bivouaquer : un poêle à bois, table, paillasse

Traverser le plateau herbeux direction Nord-Est pour rejoindre le pied du Cucuyon

Le Pas d’Archail et le Couar

rejoindre le pied du Cucuyon

Prets à grimper

Le sommet à 1886 m d’altitude

malgré sa faible altitude, le Cucuyon offre de jolies vues sur les sommets avoisinants

Vue sur le Couar

Cliquer sur le lien pour voir la vidéo : Vue du Cucuyon

https://youtu.be/9mjpmeaSWk0

Après etre redescendus du Cucuyon au Pas d’Archail, nous prenons la direction du Couar

Petit à petit la vue se dégage sur le Cucuyon

La montée est progressive, toute en lacets

Le sommet du Couar à 1989 m d’alt. Une nouvelle croix a été installée

La vue au Sud-Est

La jolie Barre des Dourbes

Au fond : Digne les bains

redescendre par le sentier en lacets

Nous suivons la crête pour redescendre au Pas d’Archail puis au parking du départ

L étendue d’eau qui se cache derrière les arbres prés du parking du départ


L’ église Notre-Dame de l’Assomption à Archail
En raison de l’état critique de la toiture, elle a dû être fermée au public.

Archail : 10 habitants à l’année

Il y a peu, il y avait à l’intérieur de quoi prendre l’apéritif, aujourd’hui nous y avons seulement trouvé de la grenadine !

La fontaine et le lavoir en très bon état

Derrière Archail : le Cucuyon et le Couar

Une jolie randonnée à faire au printemps ou en automne, l’été le Pas d’Archail est occupé par les troupeaux de moutons et les patous.

103 – Le Mourre Frey (04)

Septembre 2019

Une belle randonnée de 15 km pour 1250 m de Dénivelé. Hélas nous avons du faire demi-tour avant l’arrivée au sommet à cause d’un vent très violent , il aurait été dangereux de continuer en crête. Notre périple n’a donc été que de 14 km pour 1100 m de D au départ du beau petit village de Chavailles près de Prads-Haute-Bléone. Itinéraire non balisé mais les sentiers sont évidents puis des cairns indiquent la bonne direction.

Du parking à l’entrée de Chavailles, passer le pont et traverser le village par la petite route montante puis prendre la piste à droite qui descend. Au premier virage sur la gauche, trouver une sente caillouteuse qui plonge vers La Chanolette (rivière). La traverser et prendre en face le sentier qui grimpe en foret. A la sortie du bois, un cairn indique qu il faut virer à gauche, longer le champ pour retrouver juste au-dessus une piste. Suivre cette piste, passer la bergerie « Le Cougnas » et continuer à grimper par un sentier en sous-bois jusqu’à apercevoir à droite une sente dans un pierrier qui grimpe vers le plateau herbeux de La Meiris ou il reste quelques vestiges d’anciennes bergeries ou habitations. On peut apercevoir en face le Col du Talon. Suivre les cairns et la sente qui monte en lacets vers le Col à 1869 m d’altitude. Du Col, on peut apercevoir en contre-bas, la cabane du Col du Talon. Monter en crête sur la gauche direction Nord-Est jusqu’ à la cote 2100 puis grimper sur l’autre versant la Montagne de Coste Longue. L objectif est en vue, il suffit de suivre la crête jusqu’au sommet du Mourre Frey à 2282 m d’altitude. Le retour se fera par le même itinéraire qu’à l’aller.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=0d7mdVYj1i&pass=93754

Parking à l’entrée du beau petit village de Chavailles

Après le virage, 50 m environ sur la gauche trouver une sente caillouteuse qui descend vers La Chanolette

La Chanolette

Traverser la Chanolette et prendre le sentier en face qui grimpe en foret

Le sentier en foret

A la sortie du bois, virer sur la gauche pour rejoindre une piste juste au-dessus du champ

Suivre la piste jusqu’à passer devant la bergerie « Le Cougnas » continuer tout droit.

Le Cougnas

Suivre le sentier bien évident

Petit à petit, les arbres se rarifient, repérer une sente qui grimpe dans un pierrier sur la droite et qui mène au plateau herbeux « La Meiris »

On peut distinguer au fond le Col du Talon

traverser des vestiges de bergeries ou d’habitations

Suivre les cairns, une petite sente monte en lacets vers le Col

Monter progressivement vers le Col. On peut voir la montagne du Carton derrière Chavailles

Le Col du Talon et ses cairns

Le Col du talon

Grimper et suivre la Crète de la montagne de Lachen jusqu’à rejoindre l’autre versant  » La Montagne de Coste-Longue »

Dans le rétro

Notre objectif : Le Mourre Frey

A la cote 2100, grimper sur l’autre versant direction Le Mourre Frey

Le sommet est proche…mais le vent est très violent.

Le vent est si violent qu il nous faut prendre une décision….

Il ne faut pas braver la nature, soyons humbles et faisons demi-tour

le Blayeul

Chavailles

Eglise St Laurent

Son Saint patron ?

Petite visite du village

retour au parking du départ


Tout randonneur est amené un jour ou l’autre à se poser la question du demi-tour, notamment pour assurer sa sécurité ou celle de ses coéquipiers. Faire demi-tour n’est pas toujours facile, car il faut prendre la décision au bon endroit et au bon moment, on est parfois proche du but et c’est souvent vécu comme un échec mentalement. Bref, c’est presque un art… Mais les copains randonneurs du 04 savent qu ‘ils pourront à nouveau tenter l’ascension du Mourre Frey sous un jour meilleur !

102 – Le Grand Ferrand (05)

septembre 2019

Une magnifique randonnée sur le deuxième plus haut sommet du Dévoluy de 16 km pour 1438 m de dénivelé au départ de Maubourg près d’Agnières en Dévoluy. Vertigineux s’abstenir. Pour randonneurs au pied sur. Port du casque recommandé. Itinéraire balisé jusqu’au Col de Charnier. Quelques points rouges à peine visibles à partir de la cheminée. A faire par temps sec et clair. A éviter absolument par temps humide ou nuageux.

Se rapprocher le plus près possible du parking de Serre Long (attention piste en mauvais état) puis prendre de suite le sentier qui grimpe à droite de la barrière. Passer devant la cabane du chourum Clot, continuer à suivre le GR 93 jusqu’au Col de Charnier, quelques raccourcis permettent de couper le GR qui monte en lacets. Au Col de Charnier à 2105 m d’alt, prendre la sente au nord-est qui contourne les pentes pierreuses de la tête de Vallon Pierra. Plus de balise mais des cairns indiquent la bonne direction.Remonter un petit vallon et partir à droite pour gagner une crête. Remonter cette crête en direction d’un petit plateau herbeux, la terrasse des réflexions que l’on surnomme ainsi car c’est l’endroit où beaucoup de randonneurs se demandent s’ils ont le niveau pour la suite de l’ascension.De la terrasse, remonter la gravière à droite de la belle trace bien visible, en fait une trace de descente.Gagner la base de la cheminée à gauche des barres rocheuses. Remonter ce couloir assez raide et traverser à droite pour rejoindre une arête par des gradins d’éboulis.
Remonter cette arête par des passages rocheux aériens et exposés. Le sommet offre un panorama absolument fabuleux, grandiose. Retour par le même itinéraire qu’à l’aller. Nous avons essayé de couper dans les alpages mais sommes tombés sur de gros pierriers qui pourraient être dangereux donc à éviter.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=LJyvsiJJfN&pass=86822

Se rapprocher le plus possible du parking de Serre-Long mais piste en mauvaise état

Prendre le GR de suite à droite avant la barrière

Déjà notre objectif en vue

Passer devant la cabane du Chourum Clot

Dans le rétro, la brume du matin

Suivre le GR jusqu’au Col de Charnier

La barre rocheuse au-dessus des Adroits

descendre dans le vallon de Charnier

Roche Courbe

On ne quitte pas notre objectif des yeux

La montagne ressemble à du gruyère, de nombreuses grottes et chourums se succèdent

Une cabane de bergers ?

Col de Charnier à 2105 m d’altitude

En contre-bas, le lac du Lauzon à 1953 m

La tete de Lauzon à 2278 m

Des pierres dressées vers le ciel au Col de Charnier

La Tete des Vautes à 2188 m

Dans le rétro

Puis prendre une sente direction Nord-est qui contourne les falaises de la Tète de Vallon Pierra

Suivre les nombreux cairns qui mène à la Terrasse des Réflexions

Parvenir sur le dernier plateau herbeux : La terrasse des Réflexions

la vue magnifique de la terrasse des Refléxions

Des randonneurs venant de Treminis nous devancent

Au pied de la cheminée

Montée dans le pierrier avant la cheminée

Attention aux chutes de pierres , le casque est recommandé. Ranger les bâtons et grimper en vous aidant des mains

C est raide mais c’est très grisant

La vue sur les sommets avoisinants est grandiose

La tete de Garnesier et le Roc de Garnesier ?

Vertigineux s’abstenir, le pied montagnard est de rigueur

Suivre les traces rouges à peine visibles

Attention, ne pas tomber dans le chourum très profond

Le sommet

Encore des restes de neige tombée il y a 3 jours

Cliquer sur le lien pour visualiser la vidéo du sommet

https://www.youtube.com/watch?v=E1jI2gIl-Gs&feature=share&fbclid=IwAR3DtaKOcuu7RmWjwQL1nqZZ-kmOVIuYb1jyk9FSs7nQzv5A8mdsymRH0ig

Vue coté sud sur le Plateau et Pic de Bure

Vue coté Nord

Vue coté Ouest

L Obiou : le premier sommet du Dévoluy avec ses 2790 m d’altitude

Attention, la descente est périlleuse, mieux vaut avoir le pied sur

retour sur la terrasse des réflexions puis emprunter le même itinéraire qu’à l’aller

Une magnifique randonnée aux panoramas grandioses ! Le Grand Ferrand se mérite, l’ascension est impressionnante mais la descente l’est encore plus. Des passages vertigineux et exposés… des montées d’adrénaline….mais qu’est-ce qu on aime ça !!

101 – Le Tour des lacs des Cerces (05)

Septembre 2019

Une autre magnifique randonnée de 12,5 km pour 680 m de dénivelé au départ d’un petit parking peu avant le parking du Plan Lachat pour éviter la piste. Itinéraire très bien balisé.

Du petit parking dans le dernier virage au bas de la route du Galibier, passer le pont et prendre un petit sentier à droite qui grimpe direction le Col de Rochilles et des 3 lacs. Rejoindre ainsi la piste sur quelques centaines de mètres puis emprunter la sente qui part à gauche et grimpe à nouveau sèchement jusqu’à rejoindre le Col de la Paré et le premier garde corps du camp des Rochilles à 2400 m d’altitude. Continuer par la piste et passer devant le camp militaire des Rochilles pour emprunter le sentier caillouteux qui grimpe vers le Col des Rochilles. Un magnifique panorama sur le lac du Grand ban et le lac Rond en contre-bas. Descendre dans le vallon pour contourner les lacs par la gauche puis au bout du lac rond, prendre le sentier dans le pierrier qui conduit au lac de La Clarée à 2433 m d’altitude et au petit ouvrage des Rochilles ( P.O) postes d’observation et de défense de la crête frontière du Col des Muandes aux Rochers de la Grande Tempête ( point de jonction entre la Maurienne et le Briançonnais) Revenir au lac rond, le contourner par la gauche par le GR 57 en passant dans les rochers pour rejoindre le sentier qui grimpe sèchement vers le Col des Cerces à 2574 m puis redescendre vers le lac des Cerces. A la cote 2400, quitter le GR et prendre le sentier à droite qui rejoint Les Mottets . Rejoindre la piste sur quelques centaines de mètres puis prendre une sente à gauche qui rejoint la Jargette un petit chalet d’alpage. Retrouver la piste puis trouver une sente à la cote 2057 qui descend le long de la Valloirette et rejoindre le sentier emprunté à l’aller jusqu’au petit parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=Qji2x5rNxg&pass=0d667

Après le parking, passer sur le pont et virer à droite

Une sente à peine marquée rejoint la piste

Puis bifurquer à gauche : direction le Col des Rochilles et des 3 Lacs

le sentier caillouteux grimpe assez sèchement jusqu’à 2427 m

Possibilité de monter au Col de la Paré par l’interminable piste en contre bas

En montant, sur la gauche la jolie crête de Lacha

Premier corps de garde du camp militaire des Rochilles à 2400 m

Au corps de garde, prendre la direction du Col des Rochilles

Emprunter la piste qui passe devant le camp militaire des Rochilles

Le refuge des Rochilles devant le camp

Les belles aiguilles de la crête de Lacha

Emprunter un sentier qui coupe la piste pour monter au Col de Rochilles

Du col des Rochilles à 2491 m d’altitude, on peut apercevoir en premier plan le Lac du Grand Ban et au fond, le Lac Rond

Descendre par le joli sentier qui contourne par la gauche les 2 lacs

Lac du Grand Ban à 2470 m

Direction le Seuil des Rochilles

Dans le rétro

Puis le lac Rond

Après le lac Rond, continuer dans le pierrier

Traverser le pierrier

Le lac de la Clarée

L’ouvrage des Rochilles est une fortification faisant partie de la ligne Maginot,Il s’agit d’un petit ouvrage d’infanterie (POI) qui devait assurer l’interdiction du col du même nom, un passage reliant la vallée de la Maurienne et la vallée de la Clarée vers Briançon.

La curiosité m’a poussé à grimper la-haut : des fortifications de défense mais hélas pas de frontale ce jour là pour m’éclairer

Les galeries des fortifications

Il semblerait que toutes ces fortifications se relient entre elles

Contourner le lac rond par le GR 57 pour remonter vers le Col des cerces

Le sentier grimpe sèchement jusqu au Col des Cerces

Col des Cerces à 2574 m d’altitude, le vent souffle fort

Puis on redescend vers le lac des Cerces à 2410 m

En descendant vers le lac sur la gauche

Le Lac des Cerces

Un troupeau de moutons et de chèvres sur le sentier le long du ruisseau des Cerces

Quitter le GR 57 pour prendre à droite un sentier qui descend vers Les Mottets

Le petit sentier qui permet de rejoindre la piste aux Mottets

Emprunter une sente à peine marquée qui descend le long de la Valloirette

Retour au parking du départ.

Merci à Coco pour le partage des dernières photos car hélas, la batterie de mon APN était déchargée…

Le séjour à Villar d’Arène nous a encore enthousiasmés aussi nous avons déjà décidé d’y retourner l’année prochaine mais pour profiter de la flore, nous y reviendrons à la fin du printemps. Nous ne pouvons que conseiller l’Auberge des 3 Frênes à Villar d’Arène ou nous avons passé un excellent séjour dans une ambiance familiale et sympathique. Merci à Marie-Ange et à Franck Vinay pour leur accueil chaleureux, leur gentillesse, leur convivialité et leur disponibilité. Les petits plats délicieux de Marie-Ange ont été très appréciés.

https://www.3frenes.com/

100 – Le Col d’Arsine (05)

Septembre 2019

Une magnifique randonnée de 16 km pour 850 m de dénivelé au départ du petit village Le Casset à 5 km au nord de Monetier les Bains ( Hautes-Alpes 05) Itinéraire très bien balisé. Un parking un peu à l’extérieur du village est prévu pour les visiteurs.

Du parking, remonter la route vers le village, puis à gauche traverser la Guisane et prendre la direction  » Lac de la Douche ». Quelques petites sentes permettent de couper la piste qui montent en lacets. Le sentier caillouteux suit le Petit Tabuc (alimenté par le Glacier d’Arsine) dans une foret de mélèzes jusqu’au Lac de La Douche à 1900 m d’altitude. Passer la passerelle et prendre le chemin qui grimpe assez sèchement sur environ 1 km puis le dénivelé se fait beaucoup moins raide jusqu’à atteindre  » Les Chalets d’Arsine » un replat magnifique à 2250 m . Continuer en contournant les lacs d’Arsine et grimper direction le Col d’Arsine à 2340 m d’altitude. S’il vous reste de l’énergie, prendre la sente qui traverse les pierriers sur 1,3 km et grimper vers le lac du glacier d’Arsine à 2458 m d’altitude( + 120 m de D) Retour par le même itinéraire qu’à l’aller.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=B4JKmPrLWW&pass=cfaa1

Traverser le village de Casset, le long de la Guisane

Prendre la direction du Lac de la Douche

La piste suit « le petit Talbuc » ou Torrent d’Arsine alimenté par le glacier d’Arsine.

La piste caillouteuse traverse une foret de mélèzes

Puis le sentier quitte la foret…

Le Lac de La Douche à 1900 m d’altitude

Passer sur la passerelle et continuer par le sentier caillouteux qui grimpe assez sèchement

250 m de dénivelé sur moins d’1 km, ça grimpe !

Puis le sentier longe à nouveau le « petit Tabuc »en rive gauche et traverse quelques pierriers

Dans le rétro

Petit chalet d’alpage

Les chalets d’Arsine : un replat magnifique idéal pour une pause contemplation

La fonte du glacier d’Arsine alimente le torrent du petit Tabuc

Puis la grimpette continue direction le Col d’Arsine

On peut apercevoir, le glacier du Réou d’Arsine, du Casset, d’Arsine.

Le Col d’Arsine à 2348 m d’altitude et ses nombreux cairns

Si il vous reste un peu d’énergie, prendre à gauche le sentier qui mène au lac d’Arsine

On arrive ainsi au Lac du Glacier d’Arsine à 2458 m d’altitude, avec au fond, la falaise du Glacier d’Arsine. Il faut reconnaître qu’il n’est pas très beau….

Le Lac du Glacier d’Arsine serait apparu dans les années 1940. Il a grossi d’années en années avec la fonte du glacier, puis en 1986 un canal a été creusé pour le vidanger partiellement et ensuite contrôler son niveau, afin d’éviter une vidange accidentelle et brutale qui aurait devasté le village du Casset, en bas dans la Vallée de la Guisane. Coup de chance énorme, un mois après la mise en place du canal, un bloc de glace de 30000 mètres cubes s’est détaché du glacier. Sans ce canal, l’accident tant redouté aurait probablement eu lieu. C’est après cet évènement que serait apparue la seconde partie du lac (celle de droite sur la photo précédente). Voilà pour la partie historique.

Retour par le même itinéraire qu’à l’aller jusqu’au parking du départ.

99 – Les Sources de La Romanche (05)

Septembre 2019

Une magnifique randonnée de 19 km pour 587 m de dénivelé au départ du parking du Pont d’Arsine face au camping. Itinéraire très bien balisé et surtout très fréquenté

Du parking, prendre la direction du refuge de l’Alpe de Villar d’Arène. Le sentier suit le cours de La Romanche jusqu’au Pas d’Anna Falque puis il grimpe assez sèchement jusqu’à atteindre le refuge de l’Alpe. Puis redescendre dans la vallée pour suivre à nouveau la Romanche. Ignorer la bifurcation qui mène au refuge du Pavé, continuer le sentier qui traverse un gros pierrier et grimpe jusqu’à l’altitude 2150 m Les Sources de La Romanche. Le retour peut se faire par le meme itinéraire qu’à l’aller ou juste avant de regagner le refuge de l’Alpe, bifurquer par un sentier sur la gauche qui suit la Romanche jusqu’au parking du départ. Certains passages sont équipés de mains courantes pour rassurer le randonneur.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=5Aoqs53Wyo&pass=5486b

Le parking du départ face au camping du pont d’Arsine

Premier plan d’eau

Itinéraire très bien balisé : prendre direction refuge de l’Alpe

Sur la droite, en levant la tète on peut apercevoir le refuge de l’Aigle perché à 3450 m

Le refuge de l’Aigle sur son promontoire

Le sentier suit la Romanche jusqu’au Pas d’Anna Falque

 le Pas d’Anna Falque, que gravit le sentier d’accès au refuge de l’Alpe du Villard d’Arène.

Le Pas d’Anna Falque est un verrou rocheux qui barre la vallée de la Haute Romanche, entre le village de Pied du Col et le refuge de l’Alpe du Villard d’Arène (Hautes-Alpes).

La légende dit qu’il y a très longtemps, les gens voyaient parfois «lou foultrou», esprits follets aux pouvoirs maléfiques accompagnés de leur jument. Anna Falque, descendue fêter la St Jean au Pied du col, s’était vêtue d’une robe aux couleurs très vives, malgré l’interdiction de sa mère. Après une folle soirée, Anna rentra escortée par une troupe de joyeux lurons. Au pied des lacets du chemin appelé «les voûtes», une cavale apparut. Tous purent l’enfourcher. Aussitôt, cette jument bondit dans une grande flamme avec un ricanement sournois, emportant à jamais la désobéissante Anna Falque et ses quelques amis.

De nombreuses cascades jalonnent le sentier
La cascade du Ruisseau du Colombie, sur la gauche après le Pas d’Anna Falque.

Puis le sentier grimpe en lacets

Dans le rétro

Puis le sentier se fait moins raide et traverse un plateau herbeux

Les marmottes habituées aux randonneurs, nous regardent passer sans même bouger

L’itinéraire est très fréquenté

On peut apercevoir au fond, le refuge de l’Alpe de Villar d’Arène

L eau est présente de partout

Petite passerelle à traverser pour rejoindre le refuge

Le refuge de l’Alpe à 2077 m d’altitude

Puis on redescend dans le vallon pour suivre la Romanche

Devant nous, La grande Ruine

Puis le courant de La Romanche augmente, ses eaux sont de plus en plus laiteuses

La Grande Ruine

La passerelle de Valfourche

Dans le rétro

Le sentier continue et grimpe dans les pierriers

Au loin le glacier de la Plate des Agneaux

Retour par le même itinéraire jusqu’à la passerelle avant le refuge, puis bifurquer à gauche

Pause bain de pieds dans les eaux turquoises du Lac Pers

retour en suivant la Romanche

Retour par les Combes

On peut apercevoir au loin, notre point de départ

Des mains courantes assurent le randonneur au cours d’un passage un peu aérien

Puis redescendre au Pas d’Anna Falque

Retour au parking du départ.

98 – Le Lac du Pontet (05)

Septembre 2019

Une petite randonnée de 7 km pour 345 m de dénivelé au départ du beau village de Villar d’Arène près de La Grave. Itinéraire balisé.

Du parking à l’entrée du village, prendre la rue qui monte et traverse Villar d’Arène pour ensuite traverser la D 1091 , la suivre sur une centaine de mètres puis prendre le sentier à gauche qui grimpe vers la Chapelle St Antoine. Continuer et traverser le hameau « Les Cours » pour ensuite suivre la direction  » Lac du Pontet ». Suivre le sentier jusqu’à rejoindre la route. Des petits chemins permettent de couper la route en lacets, poursuivre jusqu à atteindre le Lac du Pontet à 1982 mètres d’altitude. Faire le tour du lac, le retour se fait par le même itinéraire qu’à l’aller.

Cliquer pour agrandir 
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=mIeOTQzo8K&pass=d16df

Prendre le petit sentier à gauche qui grimpe vers la Chapelle St Antoine

A l’intérieur de la chapelle, le cœur est fermé

En contre bas, on peut apercevoir Villar d’Arène

Le hameau « Les Cours »

Une rencontre

Des petits sentiers coupent la route qui monte en lacets

Le temps est incertain mais un courageux se baigne…

La chapelle Sainte Brigitte et sa cloche de 1882 à « Les Cours »


Un cadran solaire peint. 

Les Cours comptent 2 lavoirs

Le séjour à Villar d’Arène nous avait énormément plu l’année dernière aussi nous y sommes retournés pour d’autres magnifiques randonnées. A peine arrivés, nous sommes montés jusqu’au Lac du Pontet malgrè une météo incertaine.

97 – Les Parias et Le Piolit 05)

Août 2019

Une belle randonnée très technique de 16 km pour 1350 m de dénivelé au départ du parking de Rouanne Haute près d’Ancelle. Itinéraire balisé sauf l’ascension des Parias.

Du parking, prendre la direction du Col de Chorges, passer le petit pont en bois , emprunter le sentier qui monte progressivement en foret et bifurquer à gauche direction Col de Chorges. A un moment le sentier caillouteux surplombe la bergerie des Nais située dans La Plaine, un très joli vallon herbeux. A 650 m avant d’arriver au Col de Chorges, repérer un sentier à peine marqué à gauche qui grimpe sèchement vers les crêtes des Parias. Plusieurs cairns au sommet et un panorama magnifique. Redescendre par le même itinéraire qu’à la montée, attention il faut avoir le pied montagnard car la descente est très raide et glissante ! Reprendre le sentier direction Col de Chorges puis direction Le Piolit à 1 km environ. Arès avoir grimper au sommet du Piolit, redescendre par le même sentier pour rejoindre le chemin à peine marqué qui traverse Bonaparré. Quelques cairns indiquent la bonne direction pour rejoindre le Col de La Pourrachière à 2173 m. Puis bifurquer à gauche pour rejoindre la cabane de La selle. A la prochaine bifurcation prendre la direction du parking de Rouanne Haute. Ensuite le chemin traverse la foret ou une multitude de framboisiers nous incite à la cueillette. Continuer le sentier jusqu’à retrouver le sentier pris à l’aller et le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=tnzRrdHhso&pass=62a89

Parking de Rouanne Haute après 4 km de piste après Ancelle

Aire de pique-nique au départ qui permet même de faire des grillades

franchir le petit pont de bois au-dessus de la Rouanne

A la première bifurcation, prendre la direction du Col de Chorges

Le sentier caillouteux grimpe régulièrement

Continuer toujours vers le Col de Chorges

Dans le rétro :

La grande Autane déjà ensoleillée

A la Plaine, prendre toujours direction Col de Chorges

Le sentier surplombe La Plaine et sa bergerie

Les Parias en vue

Trouver le petit chemin à peine marqué à gauche de la piste qui grimpe sèchement à 650 m avant le Col de Chorges

Attention la montée est raide et demande un pied sur

Le dénivelé s’accentue rapidement

En crêtes, la montée semble moins raide

Le premier cairn se laisse apercevoir

Dans le rétro

Deuxième cairn au sommet

Enfin, le cairn du sommet à 2512 m d’altitude

Vue vers La Pousterle et les Aiguilles de Chabrières

Le Vieux Chaillol en arrière plan, devant La Petite Autane et la Grande Autane

La brume empêche la vue sur le lac de Serre-Ponçon

Le Piolit n’attend plus que nous…

Attention, la descente est très raide et demande un pied sur

Retrouver le sentier à peine marqué pour rejoindre la piste qui mène au Col de Chorges

Col de Chorges

Au Col de Chorges, prendre la direction Le Piolit 0,9 km

Le sentier caillouteux continue à grimper régulièrement

Dans le rétro, on peut voir le sommet des Parias

Le sentier continue à grimper

Au pied du Piolit

Au cours de l’ascension, la vue sur Bonaparré

Le sommet du Piolit à 2465 m d’altitude. Nous sommes envahies de fourmis volantes et de divers insectes…

La vue est aussi magnifique

On peut distinguer L’Arche 2256 m, L’Aiguille 2367 m, Le Clot du Rocher 2360 m d’altitude. Il est possible de monter au Piolit en suivant toutes ces crêtes…

La descente vers Bonaparré

Le sentier est à peine marqué mais des cairns indiquent la direction

Puis rejoindre la crête

Continuer en crete pour rejoindre le Col de Pourrachière

Au col de La Pourrachière, prendre à gauche vers la vallée de la Rouanne pour passer devant la cabane de Selle

prendre la direction de la vallée de La Rouanne

Le sentier pénètre en foret ou de nombreux framboisiers nous incitent à la pause

un banc nous incite à la pause et les framboisiers à la gourmandise !

Attention à l’indigestion, des framboises de partout !!

Bifurquer à droite : direction parking de Rouanne haute

Le sentier caillouteux du retour

Retour à La Rouanne ou un petit bain de pieds est très apprécié puis retour au parking du départ.

Très belle randonnée qui demande un pied montagnard car en effet l’ascension et la descente des Parias sont périlleuses et très techniques mais le panorama là-haut est magnifique. Vertigineux s’abstenir…

96 – La Tête de Garnesier (05)

Août 2019

Une très belle randonnée de 16 km pour 1200 m de dénivelé au départ du petit village La Cluse situé en-dessous du Col du Festre dans le Dévoluy 05. Itinéraire très bien balisé.

Du petit parking situé en dessous du village de La Cluse, prendre la direction du Col de Lauteret. Arrivé au pont en bois qui traverse L’Abéou, emprunter le GR à droite qui grimpe régulièrement en foret, passer derrière une bergerie puis remonter au milieu des alpages et des troupeaux de vaches. Au col de Lauteret, suivre le sentier direction Col de Plate Contier ensuite prendre le sentier à peine marqué à droite , un panneau en bois sur un arbre indique la direction de La Tête de Garnesier. Suivre le chemin, passer un ressaut puis rejoindre le pierrier qui rejoint le Pas l’Agneau : un très beau plateau herbeux et une vue magnifique. Continuer l’ascension par la sente à gauche qui grimpe vers le sommet. Ne pas se fier aux apparences, la montée après avoir dépassé les pierriers est assez aisée. Du sommet à 2365 m, redescendre par le même itinéraire qu à la montée jusqu’au Col de Plate Pontier puis couper dans les alpages à vue pour rejoindre le GR 94 et continuer par le même itinéraire qu’à l’aller pour retrouver le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=tTgc8fEf4e&pass=8a5ec

La randonnée est très bien balisée, au départ prendre la direction du Col de Lauteret

Après le pont qui traverse l’Abéou, prendre le sentier à droite

Après le pont, prendre toujours la même direction Col de Lauteret

Le sentier grimpe régulièrement

Passer derrière une bergerie

Monter dans les alpages en suivant toujours la même direction

Quelques portes à ouvrir et à refermer

Quelques troupeaux de vaches au milieu des alpages

Au col du Lauteret, prendre la direction du Col de Plate Contier

Passer la Tête du Pin

Au Col de Lauteret, suivre la direction indiquée Tête de Garnesier

franchir un petit passage escarpé

Continuer l’ascension jusqu’à rejoindre le chemin dans les pierriers

Le sentier dans les pierriers pour rejoindre le Pas l’Agneau

Le plateau herbeux du Pas l’Agneau : la vue est magnifique

le sommet se laisse apercevoir

le sommet de la Tête de Garnesier et du Roc de Garnesier 2383 m

Le beau vallon en contre bas, au fond la Tête de Vachères

Une sente à gauche grimpe au milieu des pierriers pour atteindre le sommet

Dans le rétro, la Tête des Ormans à 2140 m et le Pas l’Agneau

On se rapproche petit à petit du sommet

Après avoir franchi les pierriers, l’ascension est plus aisée

Un sentier grimpe jusqu’au sommet

Le sommet à 2365 m et derrière la mer de nuages

Au loin, on peut apercevoir Le grand ferrand et ses 2758 m

La descente dans les pierriers

La Tête des Ormans

Retour au Col de Plate Contier

traverser les alpages pour rejoindre le GR

Retour au point de départ. Vue sur le Pic de Bure

Une randonnée peu fréquentée que les copains randonneurs ont beaucoup aimée. L’ascension vers le sommet est plus aisée qu’il n ‘y parait aussi nous vous la conseillons car la vue là-haut est magnifique !!

95 – La Tête de Belau (04)

Août 2019

Une belle randonnée de 17 km pour 1098 m de dénivelé cumulé au départ de la grange des Béliers à Le Vernet en-dessous de Seyne(04) Itinéraire balisé jusqu’à la cabane de Val Pousane ensuite monter à vue. A noter : la carte IGN ne correspond pas toujours à la réalité du terrain. De nombreux sentiers à vaches peuvent dérouter le randonneur !

Se garer derrière la grange des béliers puis emprunter le sentier balisé en sous-bois direction le Col de Mariaud. Quelques raccourcis assez raides coupent les virages en lacets et font gagner 1 km environ. Au col Mariaud à 1561 m d’alt, prendre le chemin qui grimpe plein nord vers la Tête de la Bau à 1702 m. Ensuite bifurquer vers l’Est direction La cabane de Val Pousane, la sente suit la crête jusqu’à la cabane de Val Pousane à 1812 m. Ensuite Plus aucune indication donc se diriger à vue vers le Pic des Têtes bien visible en montant sur les crêtes jusqu’à la Tête de Belau 2242 m d’altitude.
(Les 300 derniers mètres se déroulent dans un pierrier très pentu). Du sommet , continuer à suivre la crête qui redescend petit à petit vers le pic des Têtes, au petit cairn, bifurquer à gauche pour redescendre progressivement à vue vers la cabane des Têtes et plus loin la Vieille Cabane. Attention de nombreux sentiers à vaches peuvent vous tromper !! Après la Vieille Cabane suivre la piste sur plusieurs centaines de mètres puis remonter à vue pour retrouver le chemin qui redescend vers la Tête de la Bau. Prendre le même itinéraire pris à l’aller pour regagner le point de départ.

Cliquer pour agrandir les photos
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=EZUPsrK1LL&pass=b4181

Possibilité de se garer juste avant la barrière

Jolie fontaine rencontrée sur la longue piste qui mène au Col de Mariaud

Lever de soleil sur le Blayeul

La cabane du Col de Mariaud

Si on continue à suivre la piste après le Col de Mariaud, on peut apercevoir l’endroit du crash de l’avion Germanwings en 2015.


la sphère solaire installée sur le site du crash de l’A320 de la Germanwings. L’oeuvre est composée de 149 pièces, comme le nombre de victimes, et contient des messages des familles.

Au Col de Mariaud, prendre la direction de La Tête de La Bau.

Le sentier caillouteux qui mène à la Tête de la Bau

Le passage escarpé pour atteindre la Tête de la Bau

A la Tête  de la bau, prendre la direction de la cabane de Val Pousane donc grimper le long de la clôture

Suivre la clôture qui suit la crête

Le sommet de Grisonnière et au fond le Blayeul

en contre-bas du sentier qui mène à la cabane de val Pousane, on peut apercevoir la sphère solaire

des lames rocheuses sillonnent le parcours

Puis apparaît la cabane de Val Pousane, le Pinet, la Tête  de Belau, la Tête de Beloupet et le pic des Têtes. 

La cabane de Val Pousane : tout est prêt pour recevoir le randonneur

Cabane très propre

A partir de la cabane, plus aucune indication donc se diriger à vue vers la crête, viser le Pic des Têtes 

Le Pinet et au pied la cabane de Val Pousane

Un endroit couvert d’Edelweiss

La longue ascension le long de la crête vers le sommet

Le pierrier pentu avant d’arriver au sommet

Dans le rétro

Le sommet de la Tête de Belau à 2242 m d’alt

En admiration devant un tel paysage, une vue magnifique…

Vue sur le Puy de la Sèche

L’immense pierrier du Pic des Têtes 

La crête à suivre sur une centaine de mètres pour redescendre progressivement à gauche vers la cabane des Têtes 

Du creux de la crête entre Belau et Beloupet, descendre progressivement

La cabane des Têtes 

La Vieille Cabane se rapproche

des vaches bien dodues nous font la fête

La source de la Vieille Cabane

Dans le rétro

De nombreux sentiers à vaches peuvent tromper le randonneur

Retour à la Tête de la Bau, prendre la direction du Col de Mariaud

Pour clore notre randonnée, il nous fallait aller à la stèle pour rendre hommage aux victimes du 24 mars 2015, jour de la plus grande tragédie aérienne qui a touché notre territoire. L’ émotion était grande….

94 – Le Pic Queyrel (05)

Août 2019

Une très belle randonnée de 18 km pour 1135 m de D environ au départ de la station Chaillol 1600 parking 2 après 1 km de piste plus ou moins carrossable avec une voiture basse. Il existe un itinéraire plus court mais nous avons rallongé le parcours pour corser un peu notre balade.
Le Queyrel domine le Champsaur du haut de ses 2 435 mètres et offre sur sa face sud un relief très caractéristique fait d’un empilement de murailles déchiquetées et de pitons semblant interdire tout accès.

Du parking, prendre la piste plein nord sur 1 km environ puis emprunter le sentier qui grimpe assez sèchement en foret direction « Le Chevalet » , au carrefour à 2040 m prendre à gauche direction « Les Cougnets – Col du Vialet ». Ensuite le chemin descend progressivement jusqu’à 1860 m, du carrefour Les Cougnets continuer direction Col du Vialet ( un seul L sur les panneaux de balisage). Le sentier continue son ascension jusqu’au Col à 2240 m d’alt. La vue est superbe sur tous les sommets avoisinants. Suivre une sente qui part sur la gauche au milieu des rochers. Puis à la cote 2300 laisser le sentier sur la droite, continuer tout droit sur un sentier à peine marqué puis grimper à gauche pour atteindre le sommet de la crête et redescendre de l’autre coté pour atteindre l’Arche double qui mérite d’être admiré. Revenir sur ses pas et trouver la brèche en face qui permet de remonter et retrouver le chemin qui mène au sommet du Pic Queyrel à 2435 m d’alt. Du sommet, redescendre coté nord en suivant les nombreux petits cairns jusqu’ au Col de l’Escalier à 2167 m. Attention la descente est très raide ++

Du Col de l’Escalier, prendre le sentier à gauche direction sud qui descend progressivement vers Merdarel 1860 m et prendre la direction  » Chaillol station », le sentier est agréable en foret mais dès qu’il passe plein sud, il est très exposé au soleil. Poursuivre jusqu’au Clot Chanu jusqu’à rejoindre le carrefour emprunté à l’aller et continuer la descente en passant par le carrefour Les Cougnets puis par les télésièges du Clot Chenu. Emprunter la piste qui rejoint le parking du départ

Cliquer pour agrandir les photos
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=VTvBo9GT3Z&pass=30ddd

Après 1 km de piste environ, prendre le petit sentier à gauche qui grimpe sèchement vers « Chevalet »

Du Chevalet, prendre la direction les Cougnitz et le Col du Vialet. Déjà + 300 m de dénivelé. Maintenant le sentier descend progressivement

Derrière le brouillard, on peut distinguer le Dévoluy

Vue sur la vallée coté sud

Arrivé au Cougnitz, prendre la direction du Col du Vialet. Le sentier monte progressivement

Les premiers Grès de Queyrel apparaissent

Les aiguilles de Queyrel

Magnifiques cheminées de Queyrel

Pause petit déjeuner sous une cheminée. Nous sommes en admiration devant ce magnifique spectacle


La paroi de ces cheminées révèle une roche essentiellement granuleuse connue sous le nom de Grès du Champsaur. Les grès sont formés des bancs métriques et renferment, surtout à leur base, bon nombre d’inclusions sous forme de galets de différentes tailles ). Au sommet des bancs, les sédiments sont plus fins disposés en lamines qui prennent un aspect schisteux.

On peut distinguer tous les sommets du Dévoluy

Le sentier continue son ascension vers le col du Vialet

Bientôt arrivé au Col du Vialet

Le Col du Vialet à 2240 m d’altitude

Vue magnifique du Col du Vialet

Le Vieux Chaillol et ses 3163 m

Le sommet se laisse apercevoir

Suivre ce beau petit sentier

L Arche double au bord de la falaise : vertigineux s’abstenir

Vue de l’Arche sur la vallée

La brèche qui permet d’accéder au sentier qui mène au sommet

Laisser les bâtons, un peu d’escalade sur une dizaine de mètres

Le sentier de la brèche au sommet

A la recherche de fleurs de génépi

Les vues sont superbes

Le sommet approche…


Le Pic Queyrel qui, tel un phare, se dresse sur le rebord sud du massif des Ecrins, à côté de son grand frère, le Vieux Chaillol.

Le sommet Pic Queyrel ou Queyron à 2435 m d’altitude

La descente coté nord par le Col de l’Escalier est très raide, les genoux sont mis à rude épreuve. Il suffit de suivre les nombreux petits cairns

Je déconseille cette descente aux randonneurs non avertis

Vue sur les crêtes du Barry , le Cuchon

Il nous faut encore descendre pour atteindre le Col de l’Escalier : – 300 m de dénivelé sur une très courte distance

Le Col de l’Escalier à 2167 m

Du Col de l’Escalier, vue sur les sommets du Dévoluy

En descendant vers Merdarel, le sentier traverse une jolie foret, bien agréable

Puis le sentier longe en contre bas des blocs rocheux coté sud, le soleil est chaud….pour rejoindre le chemin pris à l’aller

En levant la tète, les crêtes

Le sentier du retour. Non ce ne sont pas des mains courantes mais un long tuyau d’eau

Continuer à suivre la direction de Chaillol station

La piste traverse les télésièges du Clot Chenu

Au bout de la piste, une aire de pique-nique et un autre parking

Encore une très jolie randonnée pour les copains randonneurs du 04. Nous espérons que le récit de cette balade vous aura donné l’envie d’aller admirer ses beaux sommets du Champsaur.

93 – Le Mourre de Simance (04)

Juillet 2019

Une difficile randonnée de 16 km pour 1150 m de dénivelé environ au départ du parking avant le petit hameau de Chasse près de Villars Colmars dans le 04. Itinéraire balisé jusqu’à la cabane de Chabaud, la montée se fait à vue ainsi que la descente. Reprise du balisage à la cabane de Joyeux jusqu’au parking de départ.

Du parking de départ, suivre la piste vers le nord sur 2 km environ, après la barrière cassée prendre le chemin sur la gauche qui grimpe assez sèchement et franchir la petite passerelle en bois pour arriver aux Sagnes puis prendre la direction Cabane de Chabaux. Plus de balisage donc l’ascension sera à vue. Monter à gauche sur une pente herbeuse, rester à droite du torrent principal. Continuer sur quelques centaines de mètres jusqu’à traverser le torrent à gauche. Après avoir traversé le torrent, la pente diminue et la prairie s’élargit. A gauche la montagne de Michard élève ses hautes falaises jusqu’à la montagne de Vachière.
L’ascension reprend raide, après un passage sur une pente très forte, suivre à gauche un semblant de chemin en dévers. Puis faire une boucle à droite, continuer NE, traverser un éboulis de gros cailloux jusqu’à franchir un ravin de robine.
A la sortie du ravin un sommet apparaît, il cache le Mourre de Simance légèrement en arrière. De là, la pente qui y accède, traverse une prairie en partie couverte de gros cailloux qui monte très raide (200 m de dénivelé pour 500 m parcourus). De là-haut, la vue est exceptionnelle, aux sommets les plus proches, cités précédemment, s’ajoutent des vues plus lointaines. Les Préalpes de Digne, la montagne de Lure, le Ventoux, les Baronnies et le massif du Dévoluy avec son Pic de Bure, semblent tout proche. Redescendre pour emprunter à 200 m de dénivelé plus bas, la crête qui sépare le vallon de Joyeux et le vallon de Chabaud. Poursuivre la descente en crête jusqu’à la cote 2200 m puis traverser plein nord une foret de mélèzes, d’éboulis, de pierriers jusqu’à rejoindre le sentier qui mène à la cabane de Joyeux. De Joyeux rejoindre les Sagnes, l’itinéraire est de nouveau balisé puis prendre le chemin de l’Âne pour passer devant la cabane de Marie-Louise prête à s’effondrer , longer le cours d’eau jusqu’à rejoindre la piste empruntée à l’aller et le parking du départ

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=3Ffp6ipX1s&pass=69442

Le parking du départ juste avant le hameau de Chasse

Emprunter la piste plein nord sur 2 km environ

Après la barrière, prendre à gauche le sentier qui grimpe assez sèchement

franchir la passerelle qui mène aux Sagnes

Les Sagnes

Prendre la direction de cabane de Chabaud

Le sentier traverse une foret de mélèzes

La cabane de Chabaud ou nous avons rencontré la bergère, ses moutons et ses chiens très sympas !

un grand cairn avant d’arriver à la cabane de Chabaud

Les cabanes de Chabaud

Plus de balisage, l’ascension se fera à vue

Contourner la barre rocheuse pour continuer à monter vers le sommet

Le vallon de Chabaud est magnifique

L ascension est raide

on peut apercevoir les crêtes de la montagne de Vachière et de Michard

On aperçoit un sommet, serait-ce le Mourre de Simance ?

Dans le rétro, on peut apercevoir des copains randonneurs en bas

La vue sur la crete de la montagne de Vachire, la montagne de Michard, le sommet de Denjuan

Enfin, le sommet se dresse devant moi

Le sommet à 2511 m d’altitude

Deux cairn au sommet du Mourre de Simance et une vue à 360 °

Une vue magnifiue sur les sommets avoisinants : la montagne de Boules, le Mourre Frey, le sommet de Denjuan, au loin le Couard

Jolie vue pour la pause casse-croûte

Le vallon de Joyeux

Pour la descente, suivre la ligne de crête jusqu’à la cote 2200 m

Dans le rétro, le sommet derrière nous s’éloigne

La crête de Chabaud qui relie le Mourre de Simance au Sangraure (2559 m)

La descente sur la crête se poursuit sur 2 km environ

Petit à petit, on peut apercevoir la cabane de Joyeux

Apres la crête, descendre en foret puis dans les pierriers

Jusqu’à rejoindre plein nord, le sentier qui mène à la cabane de Joyeux

Arrivée dans le vallon de Joyeux

Traverser le riou de Joyeux

Le riou de Joyeux nous offre de jolies cascades

Prendre la direction Les Sagnes

La cabane de Joyeux

La bergerie de Joyeux

de nombreux passages à gué pour rejoindre Les sagnes

Retour dans la foret de mélèzes

Au carrefour pris à l’aller, prendre la direction Les Sagnes

Des nouveaux panneaux ont été installés pendant notre ascension. Prendre la direction chemin des Ânes

de nouveaux panneaux aux Sagnes

La cabane de Marie-Louise prête à s’effondrer

Le riou est propice à un petit bain de pieds

Retour sur la piste empruntée à l’aller et au parking du départ

Une difficile randonnée tant par l’ascension raide du sommet que par les passages dans les pierriers mais elle nous a offert de magnifiques vues à couper le souffle et de jolis paysages.

92 – Le Tour de la femme couchée par le plateau de Pisse en l’air (04)

Juillet 2019

Une magnifique randonnée de 20 km pour 1150 m de Dénivelé environ au départ du petit village de Villar Heyssier à coté de Beauvezer. L itinéraire est très bien balisé sauf au niveau du plateau de Pisse en l’air mais des cairns indiquent la direction à suivre. Passage dans les magnifiques Gorges de St Pierre ou le sentier est assez vertigineux donc les personnes sujettes au vertige, s’abstenir.

Au départ de Villar Heyssier, prendre la direction des Gorges de St Pierre, passer sur un petit pont de bois ou coulent quelques cascades puis continuer jusqu’à rencontrer un autre petit pont pour monter vers la cabane de Congerman. Prendre le petit sentier juste à coté de la fontaine qui monte à travers bois jusqu’à apercevoir le Plateau de Pisse en l’air et le petit Coyer . La vue à 360 °est magnifique. Traverser le plateau, des cairns indiquent la bonne direction. A la croix, un petit passage escarpé permet de descendre sur la barre de Pisse en l’air puis prendre le chemin qui descend à travers les mélèzes pour rejoindre la baisse de l’Orgeas. A la baisse, descendre par un petit sentier à peine marqué dans les hautes herbes vers la cabane de l’Orgeas puis continuer la descente sur le sentier caillouteux qui mène au joli petit village de Ondres . Continuer en prenant la direction du Plan, après avoir traverser le hameau, de suite à droite, prendre un petit sentier qui grimpe et rejoint le village de Villar Heyssier et le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=KK6Mi2ixGy&pass=14f6a

Au départ de la randonnée 7h30, 8° C.

du parking de Villar Heyssier suivre le balisage vers les Gorges de St Pierre.

Traverser le petit pont de bois ou coule une jolie cascade

La lumière du matin n’est pas idéale pour prendre de jolies photos

Le sentier est à flanc de montagne

Le sentier est assez large pour marcher tranquillement

Impressionnantes ces Gorges !

Traverser le petit pont de bois, prendre la direction de la cabane de Congerman

Le gite de Congerman à 1860 m d’alt. Des tables en bois nous permettent la pause petit-déjeuner. Pour réserver le gite : https://gitesetrandonnees.onf.fr/gite/gite-retrouvance-congerman/

d’autres cabanes ouvertes peuvent recevoir les randonneurs pour la nuit

Prendre le petit sentier à peine marqué à coté de la fontaine

Prendre la direction du Carton , Lac de Lignin

au fur et à mesure de l’ascension, la vue se dégage sur le plateau de Pisse en l’air. 11 h 15 il fait 18°C.

La belle barre rocheuse et en haut un aperçu du petit Coyer

Prendre le sentier qui mène sur le plateau

Sous le plateau de Pisse en l’air, la barre rocheuse est impressionnante !

La vue du haut du plateau à 2200 m d’alt. est grandiose !

Sur le plateau, des cairns indiquent la direction à suivre

Traverser tout le plateau pour rejoindre la croix

Le petit Coyer et ses 2583 m d’alt.

Au loin, on peut apercevoir : le sommet du Carton(2614 m) le grand Coyer (2693 m)

Derrière la croix, un petit passage escarpé permet de descendre pour rejoindre le petit sentier qui descend au milieu des mélèzes vers la baisse de l’Orgeas

Dans le rétro, le petit passage escarpé

Continuer jusqu’à trouver le petit sentier qui part sur la droite et descend en foret

Une belle rencontre

La descente au milieu des mélèzes pour rejoindre la baisse de l’Orgeas. Le sentier est fort agréable.

A la baisse de l’Orgeas, prendre la direction de Ondres mais éviter la longue piste, emprunter le petit sentier à peine marqué dans les hautes herbes qui passe devant un petit cabanon en bois

Passer devant le petit cabanon en bois, une balise jaune permet de se repérer

Descendre vers la cabane de l’Orgeas

La cabane de l’Orgeas fermée

Le sentier caillouteux plein sud sous La Femme Couchée

Bassin de la fontaine de Fontaras fermée en 1853

Arrivée à Ondres, joli petit village restauré et remis en état à partir de la fin des années 1950 par quelques familles de vacanciers tombées amoureuses du site.

Autrefois, le village abritait jusqu’à 250 personnes, on y trouvait une école primaire et un prêtre attaché à l’église Saint-Laurent, succursale de la paroisse de Thorame-Haute.

Ondres se caractérise par son aridité qui le fait parfois manquer d’eau en juillet-août. Le village n’est équipé ni en réseau d’électricité, ni en réseau d’eau, ni en lignes de téléphone. En été, il peut compter une centaine d’habitants et les constructions sont presque toutes restaurées.

La jolie petite église conservée dans son jus. Elle est ouverte l’été, il y a une exposition sur l’histoire du village et sa reconstruction à l’arrière de la nef.

Maintenant il fait chaud, la fontaine permet de nous rafraîchir, l’eau y est potable.

La vue sur la vallée et le Verdon

Sur le petit sentier qui rejoint Le Plan, une grande croix domine la vallée

Juste avant d’arriver à Le Plan, une halte s’impose pour un petit bain de pieds car la chaleur nous écrase.

Après avoir traverser Le Plan par le GRP, prendre à droite et emprunter le PR petit sentier qui grimpe raide vers Villar Heyssier

Retour au parking du départ devant une habitation joliment décorée

Les copains randonneurs du 04 étaient déjà allés aux Gorges de St Pierre en 2017 et avaient apprécié cette balade aussi nous y sommes retournés en passant par le plateau de Pisse en l’air. L’arrivée au plateau est magnifique !! Nous la conseillons pour ses jolis paysages variés, sa vue à 360 ° sur le plateau, et ses cascades magnifiques dans les gorges de St Pierre.

91 – Le Pic de Morgon (05)

juin 2019

Une magnifique randonnée de 19 km pour 1100 m de dénivelé cumulé . La balade est peu balisée, quelques cairns de temps en temps. A faire de préférence en juin-début juillet. Vertigineux s’abstenir…

La piste étant de mauvaise qualité, la voiture a refusé de monter jusqu’au parking du grand-Clot après l’Abbaye de Boscodon, aussi nous sommes partis d’en bas.

Emprunter la piste jusqu’au Parking du grand Clos puis grimper par le sentier caillouteux qui mène jusqu’aux portes de Morgon à 1906 m d’alt. Là le panorama sur le cirque du Morgon est grandiose ! Eviter de passer trop près de la bergerie, cela énerve les chiens. Continuer en passant plus à droite de la bergerie et grimper par le chemin bien tracé jusqu’au sommet du Morgon à 2324 m d’alt. La vue est spectaculaire sur le lac de Serre-Ponçon et ses alentours. Puis emprunter le sentier de crête au sud, quelques passages escarpés et délicats pour certains jusqu’à rencontrer le chemin de la descente dans le cirque. Nous avons continué en crête dans l’intention d’aller jusqu’à la tète de la Vieille à 2380 m d’alt. mais nous avons fait demi-tour car le GPS indiquait déjà un kilométrage assez élevé ! Donc redescendre par le sentier bien marqué jusqu’au bas du cirque, passer devant la grande croix , devant le lac de St Pierre et son sanctuaire la Chapelle de St Pierre ( ressemble à un kiosque). Puis remonter au-dessus du lac pour rejoindre le chemin qui retourne aux portes de Morgon. Reprendre le sentier pris à l’aller et redescendre la piste jusqu’au lieu de départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou pour télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=4UkmCacTGL&pass=ce546

La voiture a refusé de monter la piste aussi nous sommes partis d’en bas donc 3 km X 2 et 260 m de D en +

Prendre le sentier au fond du parking du Grand-Clot

Le Belvédère qui permet d’admirer le panorama

Coté nord, on peut apercevoir les Aiguilles de Chabrières

Puis Savines-le-lac et le pont qui permet de traverser le lac de Serre-Ponçon

La longue piste qui amène aux portes de Morgon

Les Portes de Morgon : l’entrée dans le cirque de Morgon est grandiose !

Il existe maintenant un sentier qui part sur la gauche avant d’arriver aux portes de Morgon, il contourne la bergerie et rejoint ensuite le chemin plus haut, il part vers la foret mais hélas vous n’aurez pas l’entrée spectaculaire dans le cirque de Morgon….

Le sommet est en vue. Eviter de passer trop près de la bergerie….

Les chiens sont interdits dans le cirque de Morgon entre le 15 juin et le 15 juillet, ainsi que du 15 Août au 15 septembre. Mais hélas certains randonneurs ne respectent pas la réglementation

Le Pic de Charance à 2316 m d’alt et la montagne sans nom à 2379 m d’alt.

Quelques cairns le long du sentier

Tout à coup un troupeau de moutons fait son entrée près de la bergerie

Des VTTistes tentent en vain l’ascension du Pic

Le sentier monte régulièrement mais le soleil commence à chauffer

Des fleurs de partout…..la saison idéale pour faire cette randonnée

La montée devient de plus en plus raide et la vue sur Embrun se dégage petit à petit

La vue sur Embrun et les montagnes avoisinantes

Un magnifique panorama

ça y est, nous sommes repérés ! une marmotte annonce notre arrivée !

Nous approchons du sommet….

Le sommet à 2324 m d’alt déjà bien occupé !

La vue sur le lac de Serre-Ponçon au sommet est magique !

Le sentier de crête qu’il nous faut prendre pour rejoindre la tète de la Vieille à 2381 m

la descente pour atteindre le chemin de crête est glissante…

La jolie couleur rose de la roche de Morgon

Dans le rétro…

A gauche du sentier : le cirque de Morgon

Quelques passages escarpés ou délicats pour certains. Vertigineux s’abstenir….

on peut apercevoir à droite le sentier qui descend vers le cirque de Morgon

La tète de la Vieille au fond mais nous devons faire demi-tour, le GPS indique un kilométrage déjà élevé….il nous faut penser au retour….

Nous prenons la direction du lac

Pause casse-croute avant d’arriver au lac

Le sanctuaire ou chapelle St Pierre à coté du lac

 Au Moyen-Age, la montagne appartenait aux moines de l’abbaye de Boscodon qui y faisaient paître leurs troupeaux. Cette étrange chapelle est le but d’un pèlerinage depuis des temps immémoriaux, qui a lieu tous les 29 juin, jour de la Saint-Pierre. La pratique de ce pèlerinage contient sans doute des survivances des rites païens du passé, à l’exemple de ces impressionnants blocs rocheux qui peuvent avoir été des tables de sacrifice. De ce sanctuaire abandonné au début du XXème siècle, ne subsistaient plus que ces rochers grossièrement taillés. Il fut cependant reconstruit à l’identique en juin 1992, en poutres de mélèzes, par les élèves du lycée professionnel d’Embrun. Depuis lors, des festivités y sont de nouveau organisées chaque année en juin.

Le lac de Saint-Pierre

Petit bain de pied dans le lac

retour vers les portes de Morgon

Le Pic de Morgon est une randonnée à effectuer préférablement tôt le matin ou tard le soir (c’est très bien exposé), en début/fin de saison si l’on veut profiter du calme (pas mal de passage en été). Un bel objectif pour une randonnée familiale ou un trail du matin. Nous conseillons de revenir via les crêtes du Cirque et de finir au Lac de Morgon.
Une randonnée incontournable de Serre-Ponçon, permettant d’accéder au plus beau panorama sur l’entièreté de la retenue de Serre-Ponçon (les deux bras). Une randonnée pas trop difficile, qui peut être complétée par le Tour du Cirque de Morgon.

90 – Retour aux Aiguilles de Chabrières à Réallon (05)

Juin 2019

Une magnifique randonnée de 15 km pour 900 m de dénivelé environ au départ du parking de la station de Réallon. L itinéraire est balisé point rond bleu.

Du parking, monter de suite vers les Aiguilles de Chabrières, itinéraire bien indiqué. Puis longer les crêtes jusqu’à l’aire de repos ou on peut admirer les Aiguilles, puis continuer en crête jusqu’à la table d’orientation. Redescendre et emprunter le sentier caillouteux qui mène à la brèche. Grimper en utilisant les mains si besoin jusqu’en haut de la brèche à 2270 m. Puis suivre les points bleus vers l’Ouest entre les rochers. A 2320 m d’alt environ, emprunter une sente qui grimpe vers le haut des Aiguilles ou un panorama splendide permet d’admirer le paysage grandiose. Redescendre et rattraper le sentier qui fait le tour de l’Oucane à la Serrière de la Fourche, passer devant la cabane des Rougnous et continuer la descente jusqu’au premier carrefour ou est indiquée la direction de Vaucluse. Suivre ce sentier agréable en sous-bois jusqu’à Vaucluse petit hameau de quelques beaux chalets. Poursuivre par le GR 50 jusqu’au retour à la station et au parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir

Au départ, la montée se fait à l’ombre, il fait déjà 15°C à 7h30 à 1547 m d’altitude !

Petità petit, les Aiguilles se dévoilent…

En bas, on peut apercevoir le petit village de Réallon

Au fur et à mesure de notre ascension, le Lac de Serre-Ponçon

Suivre le sentier qui suit la crête

Petite pause contemplative : la vue est superbe !

Passer devant l’arrivée du télésiège de Chabrières à 2113 m d’alt.

Aire de repos

La table d’orientation

Puis s’engager sur le sentier caillouteux qui mène à la brèche


Les crêtes des Aiguilles de Chabrières se singularisent par leur aspect déchiqueté, qui trahit la nature de leur principal constituant : les calcaires et dolomies du Trias moyen.

Le sentier qui mène à la brèche

Vue plein sud

Dans le rétro

L’ascension sur le sentier caillouteux est fastidieuse mais devient plus facile au niveau des rochers

Ranger les bâtons, escalader les rochers est assez aisé

Vue de la brèche : plein sud

Vue Nord-Ouest sur les Oucanes

Continuer à suivre les ronds bleus direction Nord-Ouest

Vue du haut des Aiguilles à 2366 m d’alt.

Quelques copains randonneurs sont restés en bas…


Les Oucanes, derrière les aiguilles de Chabrières, constituent un paysage tout à fait original pour le massif des Ecrins. Le karst qui les compose est développé dans d’épais calcaires et dolomies appartenant à l’écaille briançonnaise de Chabrières. Sur un espace restreint, ces oucanes donnent la possibilité d’observer les formes caractéristiques d’un karst alpin : lapiés, cannelures méandriformes, petites vasques, couloirs portant des cannelures de mur, exsurgences de Vaucluse.


« La principale caractéristique de l’Oucane de Chabrières est le développement considérable de grandes crevasses rectilignes (plus de vingt), conjuguées selon deux directions maîtresses (sud-est-nord-ouest et sud-nord); ces crevasses (environnées d’innombrables autres) mesurent de 10 à 155 m. de longueur et de 1 à 12 m. de largeur; leur profondeur arrive à 25 m. jusqu’à la neige qui les encombre et qui empêche de scruter leur réelle étendue verticale. Dans aucun lapiaz on n’a rencontré jusqu’ici de fissures aussi larges, aussi profondes, ni aussi régulières. » 

Dans le rétro : les Aiguilles face nord

Puis prendre la Serrière de la Fourche

Passer devant la cabane des Rougnous

Continuer à descendre ..

Pause casse-croûte devant un panorama splendide !

Au premier carrefour, bifurquer vers la Fond Renarde et Vaucluse

La cabane de la Fond Renarde est fermée

Le sentier agréable et ombragé qui mène à Vaucluse

Les chalets de Vaucluse

L’orage arrive, il nous faut accélérer le pas….

Retour à la station, les premières gouttes commencent à tomber…..ouf

Une magnifique randonnée déjà réalisée l’année dernière mais tellement belle que nous avions envie de la refaire car elle offre un panorama grandiose à 360° sur l’Embrunais, le massif des Écrins et sur le lac de Serre-Ponçon. Fin juin est la période idéale pour cette balade.

89 – Le Cuchon et les dents d’Autane (05)

Juin 2019

Une belle randonnée de 17 km pour 910 m de dénivelé environ au départ d’ Ancelle. L itinéraire est très bien balisé du début jusqu’à la fin. Quelques endroits vertigineux et un passage câblé.

Se garer au parking containers à poubelles au bord de la Rouanne, suivre la Rivière en rive gauche jusqu’au petit pont de bois et poursuivre en rive droite jusqu’à la balise indiquant le Cuchon. Prendre le sentier caillouteux plein nord qui grimpe régulièrement, un panneau en bois avec un sens interdit vous indique qu’il faut virer à droite. Suivre la sente balisée PR jusqu’au sommet du Cuchon. Monter jusqu’à la table d’orientation et profiter de la vue magnifique ( que nous n’avons pas eue) Puis grimper par le sentier en face qui grimpe vers les dents d’Autane, l’itinéraire est très bien balisé. passer un passage câblé un peu vertigineux , dépasser la brèche et poursuivre jusqu’ à 2200m d’alt. Au carrefour prendre la direction « cabane des gardes »et redescendre plein nord par le petit sentier en lacets qui mène à la cabane des gardes ( ouvert à l’étage)Puis emprunter le GR 50 jusqu’au belvédère qui permet une magnifique vue sur les différents sommets ( le Vieux Chaillol, le Palastre etc..) Dépasser les téléskis et continuer la descente jusqu’à rejoindre le beau village d’Ancelle et le parking du départ.

Cliquer sur les photos pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=LdDXnaKBcE&pass=2c061

Le parking du départ à coté des containers à poubelles. Prendre de suite en rive gauche

La Rouanne est déchaînée par les pluies abondantes de ces derniers jours

Emprunter le petit pont en bois pour passer en rive droite

L’itinéraire est très bien balisé. Au carrefour prendre la direction Le Cuchon

Le sentier caillouteux s’élève de plus en plus…

Le brouillard est là !

Petit à petit le sommet se dévoile

En bas, Ancelle se dégage

Au carrefour, prendre la direction Le Cuchon

En face, plein sud quelques sommets se dévoilent à leur tour….L Aiguille, le Piolit, la Coupa, Les Parias, la Pousterle etc

Les moutons sont dans les alpages à la cote 1778. Un berger et son border-collie sympa surveillent le troupeau

Passage dans les pierriers

le brouillard est là…

Petit sentier bien agréable avant d’arriver au sommet

Le sommet du Cuchon à 2002 m d’alt. dans le brouillard, pas de visibilité sur les alentours

Sa table d’orientation

L’arrivée du téléski au sommet du Cuchon

Au loin, plein sud, quelques sommets sur fond de ciel bleu

La vue sur notre itinéraire pour grimper aux dents d’Autane

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà ce que nous devrions voir sans le brouillard…

Le terrain est très glissant, les pluies de la nuit ont rendu le sentier très humide

Les dents d’Autane

Contourner les dents en empruntant une sente au nord

Le passage est très glissant, heureusement un câble assure notre progression

L’eau ruisselle de la roche…

Pas facile de se voir dans ce brouillard

Perché sur une dent !

Mieux vaut ne pas avoir le vertige !

Passage dans la brèche

Entre deux dents !

Dans le rétro

Vue sur Ancelle et encore plus loin sur Gap

L ascension n’est pas terminée, le sentier grimpe encore…

Le brouillard nous accompagne tout le long de notre passage en crête

Au carrefour à 2200 m d’alt., prendre la direction de « la cabane des gardes »

Le vent se lève, il ne fait vraiment pas chaud …..il nous faut redescendre…

Encore quelques névés sur le versant nord

Vue sur St Léger les Mélèzes

Le sentier en foret est agréable mais très humide

La cabane des gardes à 1725 m d’alt, l’étage est ouvert et permet de s’y mettre à l’abri

Arrivée au belvédère

Joli panorama sur les différents sommets au-dessus de St Léger les Mélèzes ( le Vieux Chaillol etc )

Le GR 50 vous ramène à Ancelle

Encore une très belle randonnée mais hélas le brouillard nous a accompagnés tout le long de notre ascension et donc ne nous a pas permis de profiter des beaux paysages mais nous vous conseillons cette belle balade peut être aurez vous plus de chance que les copains randonneurs du 04 !

88 – Retour au Contadour (04)

Juin 2019

Dans les pas de J.Giono

Retour au Contadour ou nous ferons l’itinéraire en sens horaire. Jolie randonnée de 12 km pour 300 m de dénivelé environ sur les hauteurs au-dessus de Banon. L itinéraire est très bien balisé PR

Départ au parking avant le hameau Tinette, prendre la direction de Tinette, la petite route se transforme petit à petit en une piste rocailleuse puis au premier virage emprunter le sentier qui grimpe sur la droite et continuer direction Jas des Terres du Roux, le seul Jas restauré. Poursuivre jusqu’à rejoindre un autre chemin et bifurquer à gauche plein nord sur 1 km environ puis virer à droite pour rejoindre une grande bergerie au deuxième carrefour. Continuer plein nord, passer les Fraches ou subsiste une bergerie en ruine et grimper vers le Jas des Agneaux qui hélas est complètement écroulé. Suivre le sentier qui monte en crête à 1413 m d’alt. passer devant un grand cairn et bifurquer à droite plein sud pour rejoindre un autre cairn à la cote 1431. Puis descendre tout droit en ignorant les autres sentiers jusqu’au carrefour du Jas de La Bouscarle ou un aller et retour s’impose pour aller admirer la bergerie datée de 1904. Revenir au carrefour puis à cent mètres environ, bifurquer sur la droite jusqu’à atteindre le premier carrefour et sa citerne .Virer à gauche plein sud et descendre rejoindre le parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=wkv2Viy5yw&pass=b48e2

première bergerie rencontrée

Le jas des Terres du Roux très bien restauré classé monument historique à 1,5 km de Tinette

L’arrière du Jas des Terres du Roux

Poursuivre en montant progressivement jusqu’à rejoindre un autre sentier

Au carrefour, prendre la direction de La Pévouilloue

On peut apercevoir au loin le géant de Provence : le Mont Ventoux

Au prochain carrefour, une autre bergerie tout en longueur presque 20 m !

Les Fraches : les ruines d’une bergerie

La bergerie des Fraches: Des arcs-diaphragmes maçonnés sont disposés à intervalles réguliers et encastrés à leur base dans les parois latérales de la bergerie.

Le Jas des Agneaux s’est complètement écroulé

Dans le rétro, on peut apercevoir à gauche le Jas des Agneaux et à droite en crête des cairns

Puis monter jusqu’à la cote 1413 m pour y admirer la vue magnifique

Vue sur la vallée du Jabron

Le cairn du pape à la cote 1413

Le grand cairn à la cote 1431

D’autres petites constructions en pierres sèches rencontrées avant d’arriver au carrefour du Jas de La Bouscarle

Au ravin de Font Brune , quelques abris de berger, plus petits et moins hauts, des cairns jalonnent le parcours. 

Au carrefour, on peut apercevoir en contre bas, le Jas de la Bouscarle au milieu des champs de lavande

Le jas de La Bouscarle

Une partie de la bergerie daterait de 1904 ?

on ne peut qu’admirer le travail réalisé pour bâtir ces bergeries !

Les ânes rencontrés au retour

Une jolie balade au calme, seul le chant des oiseaux et des grillons nous a accompagnés et peut être aussi un peu Jean Giono…

87 – Rabou – Chaudun par le sentier des bans (05)

Juin 2019

Vertigineux s’abstenir….

Une magnifique randonnée de 20 km pour 850 m de dénivelé environ au départ du parking au nord du petit village de Rabou. L itinéraire est balisé mais quelques manques par endroits.

Au vu des températures déjà élevées, nous avons opté pour un itinéraire anti-horaire aussi du parking nous avons pris la direction de « La font du moulin »par un sentier balisé PR qui rejoint une petite route jusqu’au lieu dit « La Rivière »puis emprunter un sentier qui monte vers « les Tournillons » ensuite grimper jusqu’au Col de Chabanottes à 1663 m d’alt. Redescendre par la piste très agréable qui traverse une foret de mélèzes. Dés que possible, n’hésitez pas à couper les lacets par de jolies petites sentes ça et là jusqu’à Chaudun . Après la visite du village ruiné, poursuivre par le GR qui longe le
 Petit Buëch durant quelques kms. Puis petit à petit le GR grimpe régulièrement pour rejoindre le sentier des Bans, petit sentier en corniche creusé dans la falaise et surplombant toujours le petit Buëch. Poursuivre jusqu’à atteindre l’Oratoire dédié à Ste Roseline puis bifurquer au sud pour rejoindre le parking du départ

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=0Qb33c8f2s&pass=6477e

Le parking du départ au nord du charmant village de Rabou

La piste du départ vers La Font du Moulin rejoint une petite route jusqu’au lieu dit « La Rivière ». Le torrent de la rivière en contre-bas de la route.

L’eau est présente partout et s’écoule tout le long de la route

Prendre le sentier balisé PR direction Les Tournillons et le Col de Chabanottes

De nombreux passages à gué du torrent de la Rivière.

Quelques portes à ouvrir et refermer

Le PR grimpe de plus en plus et laisse place à un paysage magnifique

Le Pic de Gleize

Dans le rétro, le sentier emprunté

Le sentier est raide pour atteindre le Col de Chabanottes

Le Pic de Courmian à 1855 m d’alt.

Le Col de Chabanottes à 1663 m d’alt.

Puis descendre par la piste qui rejoint Le village ruiné de Chaudun

Piste très agréable qui traverse une foret de mélèzes, de pins noirs d’Autriche, de pins à crochets, mais également toutes sortes  de feuillus.

L eau est toujours présente et nous suivra tout au long de cette balade

Dés que possible, couper la piste en lacets pour emprunter les jolis petits sentiers.

Le petit Buech traverse le sentier juste à l’entrée de Chaudun

Gites de l’ONF à louer : gite retrouvance capacité de 14 personnes 190 E/nuit 04-92-57-27-43

https://gitesetrandonnees.onf.fr/gite/gite-retrouvance-chaudun/

A l’arrière des gîtes

sa fontaine

Une ancienne meule repose par-terre

Prendre la direction du Col de Gleize puis emprunter le petit escalier en rondins de bois qui monte vers la chapelle et l’ancien cimetière de Chaudun

seule subsiste le devant de la chapelle

L’ancien cimetière

Chaudun en 1890

Continuer la boucle de la randonnée en empruntant le GR direction Rabou.

de l’autre rive du petit Buech, la terre est pauvre, rocailleuse

Le GR suit le petit Buech sur plusieurs kms

Une vieille fontaine

Pause casse-croûte les pieds dans l’eau sous l’œil suspicieux d’une grenouille !

Encore quelques passages à gué

La falaise tourmentée est sublime

l eau coule à flanc de montagne

des arbres coupés sont laissés à même le sol

Le GR croule sous les feuilles mortes

Par endroits, nous avons des feuilles jusqu’aux genoux

Un passage cablé

La randonnée est tellement jolie que nous en avons oublié de regarder le ciel……

quand nous sommes sortis du bois, l’orage était bien là et commençait à gronder….

Il nous faut donc accélérer le pas…

nous approchons du Bois de Luvie

Un agréable sentier ombragé

La roche est impressionnante

Le tonnerre gronde, le vent s’est levé, les premières gouttent ont commencé

Dans le rétro le Pic de Bure

Le sentier devient très glissant….il nous faut nous couvrir….

Le sentier des bans approche, il va falloir être très prudent car les rochers sont très glissant

Mon APN est plein d’eau….mais je ne veux pas rater quelques photos !

Sous la falaise nous sommes un peu à l’abri mais ce n’est pas prudent de rester là…..

Une croix blanche datée de 1963 : quelle est son histoire ?

Ouf….au loin nous apercevons Rabou, nous sommes bientôt arrivés

zoom sur Rabou

un oratoire au nom de Ste Roseline

Hélas, le retour a été un peu précipité à cause de l’orage, le rendu des photos est médiocre mais nous pouvons affirmer que cette balade est magnifique du début jusqu’à la fin, tous les paysages sont sublimes. Attention il manque du balisage par endroits.

86 – La Montagne de Mare (04)

Mai 2019

Une très jolie randonnée de 16 km pour 820 m de dénivelé environ au départ du hameau de Aubard au-dessus de St Vincent sur Jabron.

Avant d’arriver à Aubard, trouver un petit parking juste avant un panneau  » Nice – Aix en Provence ». Prendre de suite la petite route qui mène à Aubard, passer devant le centre international qui enseigne l’Art du CHI puis au carrefour ou trône fièrement une grosse statue en bois , virer à gauche, direction Montagne de Mare. L itinéraire est très bien balisé PR, il suffit de suivre les balises : Col de Verdun puis sommet Montagne de Mare. Au sommet à 1622 m, continuer nord-est et descendre direction La Fairotte. Emprunter le GR qui se divise en deux quelques centaines de mètres plus loin, prendre à droite. Le GR de pays descend régulièrement jusqu à rejoindre la petite route qui mène à Aubard. A la route, virer à gauche pour retrouver le parking du départ .

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=t33gavJ6Hg&pass=0f747

Petit parking juste avant le panneau « Nice Aix en Provence »

Passer devant le centre international qui enseigne l’Art du Chi

Parking privé du centre

La montagne de Lure nous suivra tout le long de la balade

A la grosse statue en bois, virer à gauche et suivre les balises PR direction montagne de Mare, Col de Verdun

des ânes sont venus nous saluer

L’itinéraire est très bien balisé

La montée est régulière

L ascension est de plus en plus raide

le Col de Verdun à 1316 m d’alt.

Le premier sommet à 1603 m se laisse apercevoir du Col de Verdun

Petit à petit, la vue se dégage

on peut y admirer la montagne du « Pied du Mulet »1537 m d’alt.

Plus modeste, on peut voir « La Tatie » 1337 m d’alt.

Le sentier devient de plus en plus raide mais les paysages sont de plus en plus magnifiques

Au loin, on peut apercevoir le géant de Provence : le mont Ventoux

Le premier sommet à 1603 m d’alt.

Le premier sommet et sa borne IGN

Vue sur le deuxième sommet à 1622 m d’alt.

Vue sur le petit village de Eourres

Le vent souffle fort au sommet

Un tapis de petites fleurs

En crête

Le deuxième sommet s’approche

Le deuxième sommet à 1622 m d’alt.

Pause casse croûte au sommet

La montagne de Lure nous suit toujours !

La descente dans les alpages direction Col St Vincent – La Fairotte

La Fairotte

prendre direction St Vincent du Jabron

Le Gr de pays descend régulièrement dans les genets en fleurs

Puis on contourne un champ et quelques Yourtes

Par endroits, le GR ne tient qu’à un fil !!

Puis on rejoint la petite route qui mène à Aubard

Virer à gauche pour retrouver le parking du départ

La montagne de Mare est un sommet modeste avec ses 1622 m d’altitude mais elle a tout d’une grande !! Surtout en cette saison, les paysages sont magnifiques avec toutes les fleurs de printemps et les panoramas sont de ouf. C’est le bon moment….

85 – Le Pavillon par Chateauneuf les Moustiers (04)

Mai 2019

Une longue et belle randonnée de 20 km pour 850 m de D environ au départ du parking  » les Aubanes » au dessus de La Palud sur Verdon.

Du parking, prendre de suite le sentier qui monte plein nord, traverse la petite route et grimpe à Chateauneuf les Moustiers petit village ruiné. Après la visite, emprunter le petit chemin derrière le cimetière qui monte régulièrement vers le Pavillon. Pas de balise mais des petits cairns ça et là pour vous orienter. Petit à petit le sommet se dévoile à 1625 m d’altitude. Au sommet, continuer en crête plein nord pour rejoindre le pied du Pavillon à 1530 m d’alt et prendre la piste sur une centaine de mètres puis bifurquer à gauche par une sente qui descend et amène au Col des Abbes à 1317 m. Continuer par la piste jusqu’au premier virage en épingle, prendre alors le petit sentier caillouteux qui descend au fond du ravin Les Chauvettes, traverser le Bau (riou) puis continuer en empruntant le chemin ombragé qui mène au « Pont de Sant Peire » à 1066 m. Poursuivre par l’ancienne voie romaine sur quelques kilomètres puis sur la droite on aperçoit la grotte N-Dame. Prendre le petit sentier balisé qui grimpe jusqu’à la chapelle. Après la visite continuer par la piste qui ramène à Chateauneuf les Moustiers et au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/?valid=XMZBIs2pQ2&pass=1d68d

Parking « Les Aubanes  » au-dessus de La Palud sur Verdon

Arrivée au village, la maison qui domine l’oratoire a servi de presbytère avant les troubles de la Révolution, elle est alors confisquée pour abriter la mairie. Comme beaucoup de maisons, les encadrements de portes ont été enlevés pour être réutilisés.

Un oratoire « reconverti » en monument aux morts rappelle les noms de 11 hommes nés à Châteauneuf les Moustiers et morts au cours de la Grande Guerre  

L’Eglise

Evolution de la population de Château neuf les Moustiers : fin du XIVe siècle, après la mort de la reine Jeanne, les Grandes compagnies, bandes de mercenaires incontrôlés, font régner la terreur en Provence ; les 50 « feux » de Châteauneuf les Moustiers en 1301, ne sont plus que 3 en 1471 ; c’est la première ruine du village qui ne fut cependant jamais déserté. Fin XVIe siècle le village bénéficie d’une nouvelle dynamique et un siècle plus tard, on dénombre 72 maisons habitées. 

A partir de 1830, le village décline ; l’isolement, les difficultés d’approvisionnement, l’ère industrielle naissante entraînent un exode inextinguible que la Première Guerre mondiale va précipiter, 19 hommes du village vont en effet y perdre la vie (voir infra). Le destin de Châteauneuf les Moustiers est scellé. Le dernier habitant quitte le village dans les années 1930 ; en 1974, la commune disparaît administrativement pour être « absorbée – fusionnée – associée » à La Palud sur Verdon.

Aujourd’hui la cinquantaine d’habitants habitent en grande partie les hameaux de Chauvet, du Ponçonnet et du Plan.

Suivre le sentier de découverte, ne pas entrer dans les ruines….

Son cimetière

Puis prendre le petit sentier derrière le cimetière qui grimpe plein nord. Vue dans le rétro sur les ruines de Chateauneuf les Moustiers

on peut apercevoir le Chiran, le portail de Blieux et le grand Mourre

Zoom sur le Chiran et son observatoire au sommet à 1905 m d’alt.

des cairns plus ou moins hauts orientent le randonneur

Le Chiran, le portail de Blieux, le grand Mourre

Par endroits, le Lac de Ste Croix se dévoile petit à petit

Les sommets plein nord : Le Couard, la crête de Géruen, les Monges, le Mourre Froid, le Vieux Chaillol etc …

Arrivée au pied du Pavillon..

Le sommet en plein vent à 1625 m d’alt.

Vue plein nord, les crêtes du Montdenier et son sommet à 1751 m d’alt.

Le Lac de Ste Croix

Vue sur le plateau de Valensole

Vue coté sud

La descente régulière pour rejoindre le Col des Abbes

Au Col des Abbes, prendre la direction Les Chauvets

Le portail de Blieux nous aura accompagnés tout le long de la randonnée

Le petit sentier caillouteux au premier virage en épingle

Petit bain de pieds avant de traverser le Bau (riou)

Continuer sur un sentier bien ombragé et fort agréable

Au carrefour, prendre la direction Chapelle Notre-Dame

Traverser le Pont de Sant Peire à 1066 m d’alt.

Pour le retour emprunter l’ancienne voie romaine

On peut apercevoir au loin dans la falaise, la grotte de Notre-Dame

D’autres grottes dans la falaise

Prendre le petit sentier à droite qui grimpe vers la grotte

Le sentier a été aménagé : une main courante aide à la montée

La chapelle vide

Quelques pierres et deux croix en bois servent d’autel

La grotte sert d’abri pour les bêtes

La « Grotte Notre Dame », aussi nommée « chapelle de Notre-Dame de la Baume », ou encore  » grotte de Notre-Dame ou des Templiers ».

Deux meurtrières ne laissent aucun doute sur un usage défensif qui ne surprend pas. On situe leur construction au XVIe-XVIIe siècle alors que les seigneurs de Rougon, comtes de Carcès, guerre de religions, invasion de la Provence troublent toute la région.

La tradition porte qu’un religieux Templier, s’étant évadé de sa prison, lors du procès célèbre intenté à cet ordre, vint s’y réfugier, et qu’il y mourut en odeur de sainteté. On y a depuis construit une chapelle en l’honneur de la Sainte Vierge, où l’on se rend en procession; le jour de l’Assomption. On croit de plus qu’il y avait au hameau de Chauvet un couvent des Templiers  

Remarquez le mur de courtine protégeant la partie basse et surtout, une vaste terrasse située au dessus de la grotte de la chapelle, protégée elle aussi par un mur, elle est accessible grâce à un boyau très étroit démarrant au fond de la partie basse (lampe obligatoire).

La grotte vue de l’autre côté du ravin du Bau. Un pèlerinage y était organisé le jour de l’Assomption. 

Début 1970, des abrutis détruisirent une paroi décorée, le sol pavé de carreaux de terre cuite et une cloison sur laquelle la date de 1746 apparaissait. 

Après la visite de la grotte, continuer par la voie romaine jusqu’au vieux village de Chateauneuf les Moustiers

retour au parking « Les Aubanes »

Une longue mais belle randonnée que les copains randonneurs du 04 ont fort appréciée

84 – Les Gorges de Vaumale et les grottes de Bérigoule(84)

Mai 2019

Une magnifique randonnée au environ de Murs, un peu technique pour les gorges de Vaumale de 15 km pour 500 m de dénivelé environ au départ du parking qui se trouve juste en face du sentier qui descend aux Gorges

Prendre le sentier caillouteux juste en face du parking, au premier carrefour emprunter le petit chemin à gauche qui descend dans les gorges. Les suivre sur 4 km environ. Des mains courantes, des câbles, des marches pieds et des cordes aident à la progression dans ces gorges étroites. A la sortie de ces gorges, prendre la direction de « La Débroussède ». Traverser la route et prendre un chemin direction la combe de « la Roquette ». Puis longer la route à gauche sur une centaine de mètres, suivre le balisage PR. Virer à droite, passer devant une habitation en cours de restauration, continuer le sentier jusqu’au carrefour. Prendre la direction de Bérigoule, puis prendre au petit cairn le petit chemin qui grimpe dans la foret pour rejoindre les grottes de Bérigoules. Après avoir visité les grottes, redescendre par le même chemin, reprendre le PR et poursuivre jusqu’à rejoindre « le Jas de Laurent » puis « Les Sautarels » puis prendre la direction « Des Calamels », bifurquer à droite par le GR pour descendre sur une piste caillouteuse qui rejoint une ancienne route Direction « Vaumale ». Traverser la D 4 et prendre en face un petit sentier qui ramène au parking du départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/AxF8o7FGY8

Tout d’abord il s’agit d’une remontée de lit de torrent à sec tout ce qu’il y a de plus facile, hormis les galets qui roulent sous les pieds

Les Gorges de Vaumales sont des gorges étroites, profondes avec quelques passages de petite escalade facile avec câbles et  mains courantes, marches pieds, cordes….facile par temps bien sec, par contre si la roche est humide, la vigilance sera de mise, et bien entendu une rando à exclure si le temps est à l’orage, ou dans le cas où dès le départ le niveau de l’eau dans le lit du torrent est élevé.

très étroites par endroit

des cairns ça et là pour orienter le randonneur mais il suffit de suivre le lit de la rivière

Un dolmen pointe le bout de son nez dans l’épaisse végétation

Ici une cheminée…

des cavités remplies d’eau forment des petites marmites

 De gros blocs coincés dans les goulets forment des bouchons, des barreaux scellés dans les parois permettent un passage facile

La sortie des gorges

a la soertie des gorges, prendre la direction  » La Débroussède »

Puis direction  » Combe de la Roquette »

Puis prendre la direction » La grande Blaque »

Les Grottes de Bérigoule forment un vaste et profond réseau de galeries dans un affleurement calcaire au nord du village. Depuis 1540 en effet, les seigneurs et évêques de Provence ont entamé une guerre contre les vaudois du Luberon, considérés comme hérétiques. En avril 1545, vingt-deux villages dont Mérindol et Cabrières d’Avignon seront incendiés. Fuyant les massacres de Cabrières et de Lacoste, vingt-cinq femmes et enfants vaudois fuient vers Murs, où la population est depuis longtemps acquise aux vaudois, le curé lui-même s’est déclaré vaudois et la ferme de la Bérarde abrite depuis le XVème siècle la famille Serre, grande famille vaudoise. Ils trouvent refuge dans les grottes de Bérigoule, au nord du village. Dans la semaine du 20 au 27 avril, le capitaine Mormoiron, représentant du vice-légat du pape à Avignon, apprend la présence de vaudois dans les grottes de Murs. Devant l’entrée des grottes, il ordonne des décharges de mousquets, mais personne ne sort. Il allume alors un feu pour enfumer les pillards qui mourront tous étouffés. Leur mission accomplie, les soldats de Mormoiron quitteront le village non sans avoir décimé les troupeaux paissant autour du village. En représailles, les habitants de Murs, multiplieront les attaques contre les catholiques à Malaucène, Carpentras, Joucas et ce jusqu’à la fin des guerres de religion en 1595.

Les grottes de Bérigoule sont au nombre de cinq.

Attention, le haut de cette grotte est prête à effondrée…

Prendre la direction  » Les sautarels »

Le PR longe des anciens murs de pierre

En redescendant pour rejoindre le parking du départ, on peut apercevoir au loin la falaise de la Madeleine à Lioux

Arrivé à la route D 4, prendre en face le petit sentier qui descend vers le parking du départ

une magnifique randonnée fort appréciée par les copains randonneurs, sur que nous y reviendrons…

A EVITER APRES DES FORTES PLUIES, ORAGE ETC….

83 – retour au Grand Marges par le sentier de l’Illoire

Mai 2019

retour vers le Grand Marges mais cette fois-ci le retour se fera par le sentier de l’Illoire. Une randonnée de 17 km pour 1100 m de D environ au départ du parking en face du camping de l’Aigle.

Le départ est assez raide, très bien balisé, donc suivre jusqu’au sommet à 1576 m puis redescendre par le GR, traverser le Pas de Garimbau puis la Petite Foret pour traverser la route D 71 à 957 m d’alt. Longer la route sur une centaine de mètres et prendre le sentier qui part au niveau du virage en épingle. Il reste quelques anciennes balises PR à suivre ou quelques cairns indiquent la bonne direction. Le sentier alterne les passages en foret, les sentiers caillouteux, pierriers et passages en corniche. un seul passage assez aérien au départ du ravin de Vaumale, des mains courantes et cordes aident à la progression. Vertigineux s’abstenir

Puis le sentier grimpe brutalement pour rejoindre le Col de l’Illoire. Un belvédère permet d’admirer les Gorges du Verdon. Remonter légèrement la route et trouver sur la droite un petit sentier qui descend sèchement, traverse la route en lacet, puis emprunter à nouveau le chemin qui ramène à Aiguines, longer la Chapelle St Pierre et rejoindre le parking du départ par la route.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/LWh7SJA1X8

Le camping de l’Aigle à Aiguines

Au fur et à mesure de notre ascension, la vue se dégage sur le lac de Ste Croix

Pause petit-déjeuner pour les copains randonneurs

on peut apercevoir la route D 71

Les crêtes du Montdenier, le Pavillon, le Chiran, Le grand Mourre, le Mourre de Chanier

Le Clot de La Glacière

La montée vers le sommet

Les gorges du Verdon vues du sommet

Le sommet à 1576 m d’altitude

Le terrain militaire de Canjuers

Le Pas de Garimbau

Passage agréable au milieu de La Petite Foret

On rejoint la route et au premier virage en épingle, prendre le sentier de l’Illoire

de nombreux pierriers sont à traverser

des cairns indiquent la bonne direction

Quelques passages encore assez humides

Quelques passages acrobatiques à franchir

Passage dans les pierriers : attention les chevilles !

Ne pas avoir le vertige, sinon s’abstenir…

Passage avec câbles et cordes mais quel joli panorama !

Le Verdon et ses eaux turquoises

La remontée vers le Col de l’Illoire

Le Col de l’Illoire

Le Belvédère du Col de l’Illoire

Le lac vu du Belvédère

Une aire de repos, de méditation devant ce joli spectacle

Une bien belle journée pour une magnifique randonnée que les copains randonneurs ont fort appréciée….

82 – Les Gorges de La Nesque (84)

mai 2019

Une magnifique randonnée de 16 km pour 730 m de dénivelé environ au départ du parking du Plan d’eau Le Bourget à Monieux. Le signal GPS se perd au fond des gorges mais la randonnée est très bien balisée.

Du parking, remonter vers Monieux pour une petite visite de ce beau village puis emprunter les escaliers ( chemin des chapelles) pour grimper jusqu’à la Tour de Guet et la chapelle St André. Revenir sur ses pas jusqu’au prochain carrefour, puis prendre la direction  » la chapelle St Michel ». Le GR 9 monte régulièrement sur 5 km environ pour redescendre sur la D942. La traverser et continuer à descendre par le GR ( attention les rochers sont patinés par le passage des nombreux randonneurs) jusqu’à atteindre au fond la chapelle St Michel. Juste après, traverser La Nesque à gué et remonter par le sentier qui longe la paroi des hauts rochers puis prendre direction  » La Peisse » par le GR ou par un petit sentier qui le rejoint un peu plus haut pour rejoindre le Champ de Sicaude. Virer à gauche, suivre le chemin « des Barberis ». A la prochaine intersection, continuer tout droit par un sentier qui mène à un ancien panneau « propriété privée « , des aiguiers + impluvum sur la droite méritent une petite halte. Continuer le petit sentier jusqu’à un belvédère qui permet d’admirer le Rocher du Cire. Attention vertigineux s’abstenir. En face , on peut apercevoir le Belvédère du Castelleras . Revenir sur ses pas jusqu’au carrefour de « La Peisse » ensuite continuer par le GR pour revenir au parking de départ.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur le lien pour visualiser la trace ou télécharger le fichier GPX

https://www.visugpx.com/hXURurXp77

Le plan d’eau Le Bourget à Monieux

on peut apercevoir au loin au-dessus des rochers : La tour de gué ou nous allons grimper

Le portail Meunier

L’église St Pierre

A l’intérieur de l’église

Oeuvre d’art-fontaine au belvédère en face de l’église

Emprunter l’escalier à coté de l’oratoire

Puis prendre le sentier des chapelles

La vue d’une ancienne tour des remparts du chateau

au premier carrefour, prendre direction chapelle St André

Petit à petit la Tour de Gué se dévoile

La chapelle St André n’est plus qu’une ruine

La Tour de Gué

Dans le rétro : le beau village de Monieux et sa Tour de Gué

Deux bories jumelées au bord du GR

Le GR grimpe régulièrement…

Traverser la D 942 et descendre dans les gorges : direction chapelle St Michel

Le panorama magnifique qui se présente à nous..

au fur et à mesure de notre descente, notre admiration ne fait que grandir…

Attention, les rochers sont patinés par le passage des nombreux randonneurs

Le sentier passe sous les falaises

Ne dirait-on pas un visage ?

De nombreuses baumes dans les gorges

La chapelle St Michel au fond des gorges

L’intérieur de la chapelle St Michel

La chapelle est semi troglodyte

Passage à gué de La Nesque